Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200607 – ArdècheRecherche sur les limites du terr...

2006
07 – Ardèche

Recherche sur les limites du territoire des Helviens dans les cantons du sud et de l’ouest du département

Prospection diachronique (2006)
Responsable d’opération : Andrée Metéry

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Association Carta

Texte intégral

1Le bornage systématique d’une voie par les Helviens, à l’époque de l’empereur Antonin, donne, pour le sud, un indice irréfutable : la borne milliaire XXXIII, trouvée au lieu-dit « La Villette » près de Barjac, dernière borne inscrite au nom de l’empereur sur l’itinéraire vers Nîmes. Il est d’autres marques d’une limite de territoire : une ligne de crête ouest-est, où est édifié le village de Vagnas, domine de 100 m une dépression vers Barjac où l’on trouve d’abord la zone humide de Lassagne. Au point élevé de cette ligne, se trouve le milliaire XXXI, surmonté d’une croix de pierre blanche dont l’un des bras porte la date 1717. C’est en ces lieux que furent écrasés les Camisards montant du sud.

2Notre attention s’est aussi portée sur la continuité de l’itinéraire Vagnas-Virac-Pont-d’Arc, vers la rive gauche de l’Ardèche, comme voie secondaire alternative au gué de Chauvieux lors des crues de la rivière. La présence de tegulae a déjà été signalée, dans la Carte archéologique de la Gaule (p. 269). Il y en a une quantité remarquable, principalement dans un clapas en bordure du chemin, à l’opposé des ruines de la chapelle Sainte-Catherine, ainsi que des fragments de dolia et d’infimes débris de poteries. L’occupation du lieu serait antérieure à la construction de l’édifice religieux. La construction repose sur une motte artificielle de trois terrasses elliptiques superposées.

3Au sud du Chassezac, que l’on traverse par deux gués, à Avonas-Maisonneuve et, en amont, à Chaulet, se trouve la commanderie de templiers de Jalès fondée sur le territoire de Berrias, mais le diocèse médiéval est celui d’Uzès, alors que les deux églises du site de Saint-Maurice-Carabasse pourraient relever de celui de Viviers, comme de celui d’Uzès. La question posée est celle du rôle frontière de la rivière Chassezac sur une partie de son cours : est-ce une limite de territoires entre les Helviens et les Volques, la cité d’Alba et celle de Nîmes, depuis le gué d’Avonas, débouché d’une gorge ou, plus en amont, à l’entrée de cette gorge ? La source pérenne, dite « fontaine de Berre », au nord-ouest du village, à 150 mètres du cimetière, a été utilisée et aménagée en canaux divers à plusieurs reprises au cours des siècles. Près de la bouche principale, restaurée en 1945, nous avons trouvé des fragments de tegulae un de dolium, une scorie, trois fragments de poteries, des fragments de tegulae également dans la vigne à l’ouest de la source ainsi que des remploi dans le mur de soutènement le long de la Berre Un fragment de tuileau se voit aussi près du dispositif d’ouverture d’un des canaux. Il semble clairement qu’un site d’occupation gallo-romaine se trouve à l’ouest de la fontaine.

4En amont des Vans et de Chambonas, le Chassezac et son affluent, la Borne, encaissés dans des vallées étroites, contribuent à des barrières naturelles. Des tours et des castra hérissent, depuis le Moyen Âge, la rive gauche des gorges et le rebord du plateau à Malarce (Lafigère tour), Paris (castrum), Loubaresse (castrum), castrum exclu de donation aux Chambons, Saint-Laurent (tour et Borne, castrum et tour). Cette défense est renforcé par l’orographie : altitude élevée, gorges profondes. Et, cependant, le site de Borne se distingue dans l’histoire. C’est sur cette terre que s’établit l’abbaye des Chambons au xiie s. Un extrait de l’acte de donation de 1152 consentie par Guillaume Pierre et Guigon de Borne précise, pour délimiter une partie du terrain des Chambons : « du ruisseau Riou Brun jusqu’à la croix de Bauzon remonte au Tanargue (...) se rend au ruisseau de la Loubeyre, sentier qui descend au château qu’on nomme Château-Vieux, et de là, monte entre Chazalettes et Ville-Vieille (...) et se rend au ruisseau Riou Brun ». Le Castrum Vetus devrait, d’après cette définition de limite, se trouver sur un piton granitique au-dessus d’un gué (rare exemple) sur la Borne. L’itinéraire par ce gué fut, par la suite, chemin de transhumance.

5Ce qui renforce l’impression de limite et de « bout du monde », outre le nombre de tours (l’une d’elle est impressionnante, celle du deuxième château de Borne et il y en a une tout près à Saint-Laurent), c’est aussi que l’abbaye des Chambons est placée en zone de limite de col, partage des eaux. On est là encore dans un « bout du monde ». Cependant, très tôt, l’abbaye a une grange à Chabrolières, dans la commune de Planzolles, ce qui souligne l’importance d’une communication vers le sud-est et la plaine. Le deuxième château de Borne a une tour ouverte à l’ouest, et, au sommet du piton, un dispositif (mur) de guet (ou de défense ?) avait été construit.

Fig. 1 –Vagnas, carrefour vers la Rochette : borne XXXI

Fig. 1 –Vagnas, carrefour vers la Rochette : borne XXXI

Cliché : A. Métery (Carta).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 –Vagnas, carrefour vers la Rochette : borne XXXI
Crédits Cliché : A. Métery (Carta).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59220/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrée Metéry, « Recherche sur les limites du territoire des Helviens dans les cantons du sud et de l’ouest du département » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59220

Haut de page

Auteur

Andrée Metéry

Association Carta

Haut de page

Responsable d’opération

Andrée Metéry

Association Carta

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search