Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200626 – DrômeChâteauneuf-du-Rhône – La Maladre...

2006
26 – Drôme

Châteauneuf-du-Rhône – La Maladrerie, les Jardins de Phébus

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Christine Ronco

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Ronco C. 2008 : Châteauneuf du Rhône (Drôme, Rhône-Alpes) La Maladrerie, les Jardins de Phébus, rapport final d’opération 2006, Bron, Inrap, 2 vol.

Texte intégral

1Cette fouille réalisée à l’emplacement du futur lotissement des Jardins de Phébus a permis la découverte de 43 structures à pierres chauffées, datées de la fin de l’âge du Bronze (viiie s. av. J.-C.), dont dix-sept ont été intégralement étudiées (fig. 1).

Fig. 1 – Structure à pierre chauffantes

Fig. 1 – Structure à pierre chauffantes

Cliché : P. Rigaud (Inrap).

2Elles sont disposées sur deux alignements parallèles, l’un de 29 unités regroupées sur 125 m de long en deux ensembles, et l’autre de 14, sur 102 m de long, divisé lui-même en deux séries. Elles sont toutes globalement réalisées sur le même modèle. Leur forme (fosses subrectangulaires à fond plat et angles arrondis) et leurs dimensions (entre 1,60 et 2,50 m de longueur, 0,75 et 1,50 m de largeur) sont homogènes. Les parois sont verticales, souvent rubéfiées et parfois durcies par la chaleur. Leur profondeur est comprise entre 0,17 m pour la structure la plus érodée, et 0,43 m pour la mieux conservée.

3La stratigraphie est toujours la même sur les niveaux inférieurs. Le premier niveau est constitué par la couche de combustible, assez peu épaisse (0,05 m au maximum), un limon très charbonneux avec quelques éléments partiellement brûlés (brandons). Le niveau suivant est composé presque exclusivement de galets de quartzite, largement incrustés dans le limon charbonneux. Ces galets portent souvent des traces de chauffe. Les petits éclats thermofractés se situent plutôt à la base de la couche de galets, dans le niveau charbonneux, alors que les galets thermofractés encore en connexion semblent surtout se trouver au sommet de la couche. La quantité de galets par structures reste variable (entre 78,39 et 235,26 kg/m2 soit une moyenne de 154,6 kg/m2). Ils représentent entre 19 et 51 % du volume complet de la structure. La taille des galets reste moyenne (0,1713 m par 0,1238 m en moyenne pour les six structures où a été effectuée une mesure des galets entiers conservés). La seule variante notable se trouve dans le comblement supérieur des fosses : dix des 43 structures présentent un double comblement, constitué d’abord d’un limon argileux brun rouge avec nodules d’argile rubéfiée, localisés sur les bords de la structure et recouvert d’un limon argileux brun jaune, ne contenant pas ou peu de nodules d’argile rubéfiée. Les 33 autres ont un comblement simple, constitué uniquement du limon argileux jaune. Les structures présentant ce double comblement semblent avoir été recouvertes de terre lors de leur utilisation.

4Le mobilier céramique est essentiellement présent dans ces niveaux supérieurs, parfois posés à plat sur le niveau brun rouge (F59) mais le plus souvent sans organisation particulière. Une seule structure (F14) contenait de la céramique dans le niveau de combustible (fig. 2).

Fig. 2 – Structure F14

Fig. 2 – Structure F14

Cliché et DAO : E. Ferber, P. Rigaud (Inrap).

5La période néolithique est aussi représentée par une sépulture isolée datée par 14C de la phase ancienne (âge calibré de -4352 à -4074 av, J.-C.). D’autre part, un lambeau de sol a été fouillé. L’observation des pâtes céramiques permet de proposer une datation du Néolithique final.

6Par ailleurs, un petit habitat très sommaire représenté par un bâtiment de 11,70 m par 4,70 m, avec des murs constitués de solins de moellons de calcaire, d’une élévation en terre et d’un sol en terre battue, a été fouillé au nord-est du secteur (fig. 3). Il n’a été utilisé que très brièvement entre la fin du ive et le début du ve s. Une sépulture en amphore datée du iiie s. apr. J.-C., elle aussi notée, avait été fouillée lors du diagnostic.

Fig. 3 – Vue générale du bâtiment

Fig. 3 – Vue générale du bâtiment

Cliché : E. Ferber, P. Rigaud (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Cordier F. 2005 : Châteauneuf-du-Rhône (Drôme, Rhône-Alpes) La Maladrerie, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Structure à pierre chauffantes
Crédits Cliché : P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59353/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 885k
Titre Fig. 2 – Structure F14
Crédits Cliché et DAO : E. Ferber, P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Fig. 3 – Vue générale du bâtiment
Crédits Cliché : E. Ferber, P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59353/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Ronco, « Châteauneuf-du-Rhône – La Maladrerie, les Jardins de Phébus » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59353

Haut de page

Auteur

Christine Ronco

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christine Ronco

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search