Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200626 – DrômeMontélimar – Fortuneau

2006
26 – Drôme

Montélimar – Fortuneau

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Frédéric Cordier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Cordier F. 2008 : Montélimar (Drôme, Rhône-Alpes) Fortuneau, rapport final d’opération de fouille, Bron, Inrap, 2 vol.

Texte intégral

1Nous devons prendre avec prudence les premiers résultats de ce travail : le fait de ne pouvoir étudier qu’une partie des zones de voiries, d’une largeur moyenne comprise entre 10 et 20 mètres, sur des sites d’une telle ampleur ne facilite pas les interprétations spatiales, pourtant nécessaires à la bonne compréhension de ce genre d’occupation. Il ressort tout de même de cette opération de nombreux points positifs.

2Dans le mobilier céramique, on observe une prédominance des formes basses (coupes en calotte, écuelles carénées), suivies des vases à col et épaulement et des grands vases de type jarre. Les moyens de préhension sont nombreux et variés, les barrettes multiforées sont notamment très bien représentées. Les décors sont rares, exceptions faites de quelques coupes à sillons et d’un décor gravé en moustache. La série céramique, provenant aussi bien des fosses que des niveaux de circulation, est homogène et se rattache au Chasséen groupe C, défini par Alain Beeching.

3Dans chaque fosse, l’industrie lithique est faiblement représentée. Toutefois, quelques points communs peuvent être mis en avant : présence marquée des grattoirs, la production d’éclats sur place, l’importation des lames et lamelles sous forme de support... On remarque également la présence d’éléments en obsidienne, ainsi que sept objets en roches tenaces (lames polies, lissoir et galets travaillés). Dans la série lithique, plusieurs éléments caractéristiques, en particulier les nucleus quadrangulaires ou de type mixte et les chanfreins, exclusivement présents en zone C, rattachent cet ensemble à une phase récente du chasséen.

4Le matériel de mouture est relativement important : sur l’ensemble du site, on dénombre 60 outils, essentiellement en basalte et grès. La proportion des éléments passifs ou actifs (meule/molette) est équilibrée. En revanche, on constate la faible représentation de l’outillage lié à la confection et à l’entretien du matériel de mouture. On remarque la forte proportion d’outils dans les structures empierrées AS 2, 3 et 4 de la zone C. Dans l’ensemble, la spécificité du matériel recueilli relève plus d’une raison fonctionnelle que culturelle ou chronologique.

5La faune est peu représentée, sauf dans la zone C et dans le groupe A/1 de la zone B. Dans l’ensemble, la faune domestique domine, avec, par ordre décroissant : les ovicaprins, les bovins, les porcins et le chien. Il semble que nous soyons principalement en présence de déchets de l’alimentation carnée. Une première approche de l’industrie osseuse montre que cette série s’intègre parfaitement dans le corpus chasséen connu dans le sud de la France. Au regard des séries mobilières recueillies, il est très délicat d’affiner l’attribution fonctionnelle de ce site. Toutefois, plusieurs indices tendent vers une vocation domestique (agriculture ou élevage ?) : vases de grandes dimensions à vocation de stockage (?), nombreux grattoirs, lustres de faucille, de lissoirs et de poinçons en os, importante représentation du matériel de mouture, forte proportion de la faune domestique.

6Le funéraire est présent dans deux fosses-silos de la zone C, sous la forme d’une sépulture d’adulte AS 48 et de membres inférieurs d’immatures (AS 6). La structure AS 48 présente de nombreuses similitudes avec certaines sépultures des sites voisins : EDF 6 du Gournier à Montélimar, fosses 16, 69 et 70 des Moulins à Saint-Paul-Trois-Châteaux, structure 46 de La Roberte à Châteauneuf-du-Rhône (Beeching 1994 ; Crubézy 1991). Ces structures s’inscrivent parfaitement dans les pratiques funéraires mises en évidence dans les sépultures chasséennes en silo déjà rencontrées dans la région.

7Deux surfaces ont été étudiées sur les niveaux de circulation : l’une sur la branche ouest-est (surface a), et l’autre sur la branche nord-sud (surface b) de la zone B. La surface (a) présente quelques particularités dans le mobilier recueilli, avec une lamelle d’obsidienne, des os travaillés et une présence marquée de fragments de bovins, sans qu’aucune organisation nette ne soit observable. La surface (b) est, elle aussi, très riche en mobilier. On note toutefois l’absence de restes fauniques. La surface (b) montre une organisation circulaire des vestiges. Aucune fosse n’a pu être repérée sur ces niveaux. Ces points de divergences traduisent une différence dans l’attribution fonctionnelle de ces deux surfaces. La surface (a) peut être interprétée comme une aire d’activités domestiques dont la finalité reste à définir ; la surface (b) pourrait tendre vers une fonction d’habitat (?), avec, au nord, une concentration de fosses profondes.

8La taphonomie générale du site a permis la bonne conservation des vestiges néolithiques, sous la forme de « sol d’habitat » en zones A et B. En zone C, si la couche néolithique est présente, on ne retrouve pas le « sol d’habitat », à proprement parler. L’approche des remplissages sédimentaires des fosses a permis de déceler trois zones particulières : en zone C, des fosses à remplissage rapide de sédiments non anthropisés ; au nord de la zone B, des fosses à remplissage de sédiments anthropisés ; au sud, les fosses ovales au remplissage lent de sédiments provenant essentiellement du « sol d’habitat ».

9La répartition spatiale des structures a permis de mettre en évidence plusieurs regroupements possibles, chacun pouvant correspondre à des fonctionnalités différentes, mais complémentaires. On distingue en zone A deux ensembles : l’ensemble A/1, qui regroupe les structures à galets dans des fosses en cuvette plate, et, plus à l’est, l’ensemble A/2, constitué par des fosses plus profondes. Le caractère domestique de l’ensemble A/2 est envisageable. Par contre, il reste délicat d’attribuer une fonctionnalité à l’ensemble A/1.

10En zone B, deux ensembles bien distincts s’organisent de part et d’autre du niveau de circulation :

11l’ensemble A, dans lequel deux regroupements sont observés : le groupe A/1, où se concentrent les fosses contenant de nombreux restes fauniques, et le groupe A/2, formé principalement par des fosses profondes, à fonction de stockage (?).

12l’ensemble B, caractérisé par une série de calages de poteaux et une présence marquée des fosses ovales. Une certaine organisation semble se dessiner dans cette zone : alignements de trous de poteaux, association de silos et de calages. Deux fosses ovales, AS 3 et 56, tendraient vers une interprétation fonctionnelle liée à l’élevage.

13Dans la zone C, nous remarquons une concentration de fosses plus profondes du groupe 3, avec notamment la présence d’un puits. L’étude des phytolithes d’AS 32 évoque une activité en relation avec l’agriculture. Toutefois, on retrouve également dans cette zone deux structures funéraires et trois empierrements contenant un imposant matériel de mouture.

14Les corrélations possibles entre ces premières remarques et une première approche fonctionnelle des structures ou des aires d’activité restent encore très délicates à établir. On observe ainsi que le groupe A/2 et l’ensemble B de la zone B semblent tournés vers une activité à caractère domestique. Toutefois, certains regroupements de structures (l’ensemble A/1 de la zone A et le groupe A/2 de la zone B), ainsi que le caractère spécifique de la zone C (association du funéraire avec un dépôt de matériel de mouture), pourraient nous orienter vers d’autres interprétations.

Fig. 1 – Plan général de synthèse

Fig. 1 – Plan général de synthèse

DAO : F. Cordier (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Beeching A. 1994 : Le Gournier - chantier sud : La Roberte à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme) fouilles de sauvetage 1993-94.

Beeching A. 2005 : Le site des moulins à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), rapport de fin de première année (2004-2005), Action collective de recherche.

Crubézy E. 1991 : Les pratiques funéraires dans le Chasséen de la moyenne vallée du Rhône, in Identité du Chasséen , actes du colloque international de Nemours 1989, Apraif, p. 393-398.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de synthèse
Crédits DAO : F. Cordier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59439/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 219k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Cordier, « Montélimar – Fortuneau » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59439

Haut de page

Auteur

Frédéric Cordier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Frédéric Cordier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search