Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200626 – DrômeMontélimar – Zac des Portes de Pr...

2006
26 – Drôme

Montélimar – Zac des Portes de Provence, zone 5

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Jean-Michel Treffort

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Treffort J.-M. 2011 : Montélimar (Drôme, Rhône-Alpes) Des alignements de structures de combustion à pierres chauffées du Néolithique moyen, rapport de fouille, Bron, Inrap, 3 vol.

Texte intégral

1En janvier et février 2006, l’opération de fouille archéologique préventive conduite à l’emplacement de la future Zac des Portes de Provence, a concerné le premier des cinq secteurs à forte sensibilité archéologique repérés sur l’emprise du projet, sondée en 2005 sous la direction de P. Hénon.

2Sur une surface décapée de 16 194 m2, et si l’on excepte quelques aménagements historiques d’intérêt secondaire (puits modernes, fossés antiques), les structures mises au jour se rattachent exclusivement au Néolithique moyen (Chasséen récent). Ce sont une dizaine de fosses en cuvette peu profondes, un puits, une sépulture et plus de 70 structures de combustion à pierres chauffées. L’originalité du site tient à la présence de ces foyers, particulièrement nombreux et regroupés, pour l’essentiel, en batteries organisées au sein d’un alignement dont la longueur dépasse cent mètres. Son intérêt est renforcé par sa localisation, à moins d’un kilomètre au sud du célèbre site du Gournier (Fortuneau et Daurelle), et à moins de 500 m du lac de Gournier, dont le rôle symbolique est parfois avancé pour expliquer la densité des vestiges du Néolithique moyen au sud-ouest de Montélimar.

3Les foyers sont des fosses circulaires de 0,80 à 1,30 de diamètre, dont la profondeur ne dépasse pas 25 cm, et dont la base est recouverte de galets chauffés. Ce type d’aménagement est connu sur de nombreux sites néolithiques, notamment dans le sud de la France. À Montélimar même, il est bien représenté au sein des différents locus fouillés du Gournier. Ce qui est remarquable ici, c’est le nombre de foyers mis au jour et leur organisation, ainsi que la rareté des aménagement périphériques. Les vestiges mobiliers sont également très rares, si l’on excepte une série d’éléments de mouture fragmentés et de petite taille, qui apparaissent davantage comme des éléments récupérés et utilisés au même titre que les galets que comme les témoins d’une activité liée à l’utilisation des foyers.

4Le potentiel du site et son aptitude à répondre à un certain nombre de questions récurrentes concernant ce type de structures sont apparus d’emblée, en raison de la bonne conservation des foyers et des qualités du matériau majoritaire au sein des empierrements : le quartzite. Sa fragilité au feu et la relative facilité de remontage des galets, entités volumétriques bien individualisables, en font en effet une matériau idéal pour travailler sur les relations interstructures. Le protocole de fouille a cependant dû être adapté aux conditions de l’intervention, conduite en hiver, et avec un volant de moyens matériels et humains n’autorisant pas le traitement intégral de tous les foyers. Seule une vingtaine d’entre eux ont pu être fouillés avec un enregistrement maximaliste. Tous les éléments fracturés ont été prélevés pour la recherche de remontages, outil principal de l’analyse dynamique.

5Leur analyse interne, complétée de données expérimentales, montre que le feu a été pratiqué sur le dessus de calades de galets soigneusement aménagées. Elle révèle, en outre, qu’ils n’ont été utilisés qu’une seule fois. En l’absence quasi totale de témoins associés, seuls les référentiels extérieurs, archéologique et ethnographique, nous renseignent sur leur fonction. Ils désignent, avec une probabilité assez forte, des foyers culinaires, qui utilisent les propriétés de rétention thermique des galets pour une cuisson sur sole, à la manière d’un gril. L’analyse dynamique inter-structures livre, quant à elle, des données précises et inattendues sur le fonctionnement des batteries de foyers. Elle met en évidence de multiples transferts d’éléments, liés à des actions de récupération, dont la chronologie révèle une utilisation séquencée des foyers articulée selon deux principes :

  • leur utilisation successive au sein de chaque batterie, avec une progression systématique en direction de l’est ;
  • l’utilisation successive de chaque batterie au sein de la moitié occidentale du grand alignement, avec la même logique de progression vers l’est.

6Le rattachement évident des batteries orientales au même dispositif conduit à proposer, à titre d’hypothèse, leur intégration à ce processus global de fonctionnement, avec la même logique de progression spatiale.

7Comment expliquer le caractère tout à fait original du mode de fonctionnement mis en évidence ? Son séquençage livre une image qui diverge largement des représentations généralement associées à ce type de sites, où l’on admet souvent, de manière plus ou moins explicite, une simultanéité d’utilisation des structures au sein des batteries, voire des batteries entre elles. Le préparation et la consommation d’importantes quantités de nourriture dans un laps de temps réduit est, en tout cas, difficilement compatible avec le fonctionnement décalé des batteries et des foyers au sein de batteries, ce qui met partiellement à mal l’hypothèse classique des grands foyers cérémoniels.

8Plusieurs faits consacrent le caractère exceptionnel du site : position à l’écart des lieux de la vie quotidienne, contemporanéité, au sens large, et potentiellement au sens strict, de tous les vestiges mis au jour, faible nombre de structures autres que des foyers à pierres chauffées, codification stricte présidant à l’utilisation, unique, de ces derniers, comblement rapide, et probablement volontaire. Si l’on postule une complémentarité effective entre les batteries de foyers et certaines des structures périphériques, notamment la sépulture et le puits, on pourrait se retrouver dans un configuration analogue à celle du « monument funéraire » de Fortuneau (Beeching 1992), à une autre échelle et selon une géométrie différente. La temporalité particulière de l’utilisation des foyers renverrait alors directement à la liturgie de cérémonies funéraires ou liées à un culte funéraire,

9Cette proposition n’épuise évidemment pas le champ des hypothèses. Dans tous les cas, les résultats obtenus illustrent la complexité de ce type de site, la vanité de toute interprétation dépourvue de base analytique et le caractère indispensable de l’approche développée. La succession de gestes mise en évidence et leur chronologie relative dégagent, en effet, une vision dynamique, qui, au final, représente une clé de compréhension aussi importante que les vestiges matériels considérés sous le seul angle typologique et descriptif, simple reflet d’un état d’abandon dépourvu de profondeur chronologique.

Fig. 1 – Vue générale

Fig. 1 – Vue générale

Cliché : Inrap.

Fig. 2 – Vue générale de la batterie de foyers IV (structures 28 à 33) après le dégagement de leur empierrement

Fig. 2 – Vue générale de la batterie de foyers IV (structures 28 à 33) après le dégagement de leur empierrement

Vue prise de l’ouest.

Cliché : É. Durand (Inrap).

Fig. 3 – Vue générale des batteries de foyers à pierres chauffées après la fouille des structures traités exhaustivement

Fig. 3 – Vue générale des batteries de foyers à pierres chauffées après la fouille des structures traités exhaustivement

Au premier plan, la batterie IIa et la structure 14. Vue prise de l’est.

Cliché : Inrap.

Haut de page

Bibliographie

Beeching A. 1992 : Le Gournier : chantier sud « Fortuneau » et « Daurelle » à Montélimar (Drôme), évaluations préliminaires et fouilles de sauvetage 1988-1991.

Hénon P. 2005 : Montélimar (Drôme) ZAC Les Portes de Provence, rapport final de diagnostic archéologique, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59476/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 2 – Vue générale de la batterie de foyers IV (structures 28 à 33) après le dégagement de leur empierrement
Légende Vue prise de l’ouest.
Crédits Cliché : É. Durand (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59476/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 814k
Titre Fig. 3 – Vue générale des batteries de foyers à pierres chauffées après la fouille des structures traités exhaustivement
Légende Au premier plan, la batterie IIa et la structure 14. Vue prise de l’est.
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59476/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Treffort, « Montélimar – Zac des Portes de Provence, zone 5 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59476

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Treffort

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Michel Treffort

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search