Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200626 – DrômeSaint-Paul-Trois-Châteaux – Place...

2006
26 – Drôme

Saint-Paul-Trois-Châteaux – Place Chausy et Tour Neuve

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Pascale Réthoré

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Réthoré P. 2006 : Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme, Rhône-Alpes) places Chausy et Tour Neuve, 1ère tranche, note intermédiaire, diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1La ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux est connue pour correspondre au chef-lieu de la peuplade celto-ligure des Tricastinii de la confédération Cavarre. Les prémices de son occupation sont peut-être à associer au site du Moulin où de nombreux vestiges du Néolithique ont été observés. Plus certainement, l’occupation urbaine du site trouve son origine dans une implantation humaine dès l’âge du Fer sur le flanc sud de la colline de Saint-Paul, à l’emplacement de l’actuel quartier de l’Esplan (fouille archéologique de 1989). Cependant, le chef-lieu de la peuplade des Tricastinii, est traditionnellement associé au site d’oppidum de Barry situé plus au sud de la colline de Saint-Paul, sur le promontoire de Saint-Restitut. La cité antique qui succède à cette occupation prend le nom d’Augusta tricastinorum et bénéficie du statut de colonie au Haut-Empire. Aux alentours du changement d’ère, cette cité est dotée d’une enceinte qui s’inscrit dans la centurie DD IX CK V du cadastre d’Orange.

2Le tracé de cette enceinte est aujourd’hui en grande partie reconnu. La zone, objet de ce diagnostic ne s’inscrit pas dans le périmètre de cette enceinte. Cependant, les futurs aménagements urbains sont susceptibles de toucher cette construction. De plus, outre l’enceinte, une occupation extra muros n’est pas impossible. La présence d’un fragment de mosaïque à l’emplacement de la place de la Tour Neuve a été signalée en 1946.

3Les sept sondages réalisés au cours de cette intervention ont permis de vérifier ta présence d’un fort recouvrement sédimentaire entre le sol actuel et les niveaux antiques, sur l’ensemble des terrains compris dans ce projet : 3 m de recouvrement sur la zone du stade (future Grande Prairie et place Chausy), 4 m sur la place de la Tour Neuve et 1,50 m près de la porte de l’Esplan. Cependant, le rempart antique qui a pu être retrouvé au cours de ce diagnostic est coté à 94 m NGF, soit à seulement 0,50 m de l’actuelle chaussée au niveau de la Porte de l’Esplan. Le segment de rempart, qui a pu être observé au cours de cette intervention sur une largeur de tranchée, soit deux mètres, permet de vérifier qu’il est large de 1,50 m, qu’il est construit en petit appareil de moellon calcaire et qu’il a connu plusieurs phases de remaniements depuis son origine au Haut-Empire : l’une entre les vie et viiie s., une autre aux xie-xiie s.

4Avant la construction de ce rempart, les niveaux d’occupation de l’âge du Fer, déjà observés à proximité, à l’emplacement de l’hôtel de l’Esplan, ont pu être retrouvés. Leur succède une occupation du Haut-Empire, marquée par la construction d’un mur à contrefort dont les moellons de calcaire ébauchés sont liés à la terre. Un même type de mur avait déjà pu être observé en 1989 à l’emplacement de l’hôtel de l’Esplan. Cependant, la datation de cette première occupation antique, tout comme celle de l’origine du rempart, ne peut être donnée avec précision, faute de mobilier suffisamment caractéristique.

5Au-delà du rempart, l’occupation antique apparaît quasi inexistante, avec seule une zone d’occupation sans doute à vocation artisanale, sans que l’on puisse en préciser la nature, du fait de la forte érosion des niveaux observés.

Fig. 1 – Rempart avec noyau de maçonnerie M8 (mortier jaune) et reprise de parement M4 avec mortier rose

Fig. 1 – Rempart avec noyau de maçonnerie M8 (mortier jaune) et reprise de parement M4 avec mortier rose

DAO : P. Réthoré (Inrap).

Fig. 2 – Vue du rempart

Fig. 2 – Vue du rempart

Cliché : équipe de fouille (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Rempart avec noyau de maçonnerie M8 (mortier jaune) et reprise de parement M4 avec mortier rose
Crédits DAO : P. Réthoré (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2 – Vue du rempart
Crédits Cliché : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59538/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Réthoré, « Saint-Paul-Trois-Châteaux – Place Chausy et Tour Neuve » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59538

Haut de page

Auteur

Pascale Réthoré

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pascale Réthoré

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search