Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200626 – DrômeSainte-Jalle – Rue du Poët, quart...

2006
26 – Drôme

Sainte-Jalle – Rue du Poët, quartiers les Faysses et Prayot

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Stéphane Bleu

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique a été mené du 20 au 24 novembre 2006, au lieu-dit le Prieuré. À l’occasion de l’extension des réseaux d’eaux usées et potables, une opération de diagnostic archéologique a été réalisée sur prescriptions et contrôle scientifique de l’État. L’équipe d’archéologues de l’Inrap était constituée, pour la phase terrain, de Stéphane Bleu et Jean-Claude Mège.

2Le projet se situe dans la commune de Sainte-Jalle, qui possède un riche patrimoine archéologique. Durant l’Antiquité, elle devait correspondre à l’un des chefs-lieux de pagi voconces énumérés par Pline, ou restitués à partir des itinéraires antiques (Barruol 1975, p. 282-284). C’est sans doute alors une modeste bourgade, Bagenus viens, dont le centre principal se situerait à l’emplacement de l’église actuelle de Notre-Dame de Beauvert. En 1999, des travaux de terrassement à proximité immédiate de l’église Notre-Dame de Beauvert ont permis la mise au jour de sept autels votifs entiers ou en partie fragmentés, mentionnant les déesses Baginatiae et le dieu Baginus (Lurol 2000). Ces dernières pourraient provenir de mausolées des iie et iiie s., et font partie d’une vaste nécropole antique repérée au moins jusqu’au ruisseau qui coule en contrebas de l’église (Tardieu 2002).

3Une première église, connue sous le vocable de Saint-Étienne, a vraisemblablement existé en ce lieu, dans le courant des ve ou vie s. (Barrillon 1999). Sa destruction serait intervenue au cours du viiie s. Un édifice carolingien lui succède, comme l’attestent plusieurs fragments lapidaires décorés d’entrelacs à double boucles réemployés. L’église Notre-Dame apparaît dans les textes au ixe s. Au xiie s., elle devient la propriété de l’ordre de Cluny, qui établit en ces lieux un prieuré, avec seulement trois religieux (prieuré Sainte-Marie de Sainte-Jalle). Cette église a vraisemblablement été entourée d’un cimetière et de bâtiments conventuels. En 1380, le prieuré est rattaché au prieuré de Lagrand, situé dans les Hautes-Alpes. À cette époque, il est progressivement abandonné. Cette église est enfin réhabilitée en église paroissiale en 1855, et porte depuis l’appellation de Notre-Dame de Beauvert.

4Dans le secteur concerné par cette intervention, les vestiges mis au jour sont à mettre en relation avec le prieuré médiéval de Notre-Dame de Beauvert. Les vestiges sont concentrés dans le sondage 1, les sondages 2 et 3 s’étant avérés négatifs. D’après la stratigraphie et l’étude du mobilier, deux périodes différentes sont relativement bien définies :

5la période gallo-romaine, par la présence de matériaux antiques pris dans un limon argileux gris-vert, que nous supposons être le niveau antique. Il s’agit essentiellement de fragments de tuiles et de céramique tardive (dolium, céramiques à revêtement argileux). Il n’a cependant pas été possible d’identifier la nature de l’occupation.

6la période médiévale, représentée par un mur et une dizaine de sépultures sous lauzes. En ce qui concerne le mur M1, il n’en reste qu’une imposante substruction, constituée de galets de calcaire de 0,82 m de largeur, liés à l’aide d’un béton de chaux. Il peut s’agir, à titre d’hypothèse, de la fondation d’un mur d’un bâtiment du prieuré. Les sépultures, quant à elles, ont été découvertes entre 0,60 et 1,40 m de profondeur sur au moins deux niveaux, et recoupent le niveau d’occupation antique. Lors des travaux de construction de la route départementale, certaines dalles ont certainement été mises au jour (couverture de la sépulture 1 en partie absente), mais, dans l’ensemble, la nécropole, dans le secteur qui nous concerne, n’a pas été trop endommagée.

7Des dix tombes fouillées émergent deux types principaux : huit sont des sépultures en coffres anthropomorphes avec couvercle de lauzes, et les autres des sépultures en pleine terre. Généralement constituées de dalles fines et longues en calcaire reposant sur un coffre trapézoïdal, leur plan général semble le plus souvent rectangulaire ou légèrement trapézoïdal. On observe de toute façon un rétrécissement accusé du plan vers les pieds. Les parois emploient le plus souvent dalles et moellons du même matériau que le coffre. Ce type de tombes anthropomorphes accompagne très fréquemment les édifices romans, églises, chapelles ou prieurés.

8Enfin, la sépulture en pleine terre Sép. 9 est posée sur un coffre de dalles, et se trouve également sous la grande majorité des coffres reconnus. Il est donc possible de préciser qu’il existe au moins trois niveaux de sépultures bien distincts, qu’il conviendra de caractériser lors d’une éventuelle opération de fouille.

9Ces structures témoignent donc de la présence d’un important espace funéraire attribuable au milieu du Moyen Âge (xiie-xiiie s.) et d’un ancien édifice mal caractérisé. Elles permettent cependant d’étayer l’image selon laquelle le site est localisé à l’emplacement de l’ancien cimetière médiéval, qui fonctionnait avec le prieuré clunisien.

Fig. 1 – Vue d’ensemble des structures

Fig. 1 – Vue d’ensemble des structures

Cliché : équipe de fouille (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Barruol G. 1975 : Les peuples pré-romains du sud-est de la Gaule : étude de géographie historique, De Boccard : Paris, De Boccard.

Lurol J.-M. 2000 : Sainte-Jalle (Drôme) : Notre-Dame de Beauvert, rapport d’intervention archéologique, Bron, Afan.

Tardieu J. 2002 : Sainte-Jalle : Peyssier, sondages positifs, Lyon, SRA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue d’ensemble des structures
Crédits Cliché : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59559/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 815k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Bleu, « Sainte-Jalle – Rue du Poët, quartiers les Faysses et Prayot » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59559

Haut de page

Auteur

Stéphane Bleu

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Bleu

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search