Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200626 – DrômeVassieux-en-Vercors – Les moulins...

2006
26 – Drôme

Vassieux-en-Vercors – Les moulins à vent, lieu-dit La Mure

Fouille programmée (2006)
Responsable d’opération : Alain Belmont

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Belmont A. 2006 : Les moulins à vent de Vassieux-en-Vercors, lieu-dit La Mure, département de la Drôme, rapport de fouilles programmées.

Texte intégral

1La région Rhône-Alpes en général, et les Alpes du Nord en particulier, passent pour n’avoir connu, au cours du passé, que des moulins à eau. Or, une recherche systématique, entreprise ces dernières années à travers les archives et sur le terrain, a permis d’inventorier plus d’une cinquantaine de moulins à vent uniquement dans les départements de l’ancien duché de Savoie et du Dauphiné. Beaucoup se dressaient aux abords des villes, mais d’autres s’élevaient aussi en pleine montagne.

2Située au sud-est du plateau du Vercors, la commune de Vassieux en a ainsi compté jusqu’à huit, qui venaient pallier les déficiences d’un moulin à eau, souvent contraint à l’inactivité du fait du gel ou de la sécheresse. Certains de ces huit moulins vassivains virent le jour dès le Moyen Âge, comme celui qui avait été fiché au sommet d’une des tours de l’enceinte fortifiée du village. La plupart furent construits aux xviie et xviiie s. par des paysans aisés de la communauté (des ménagers), qui profitèrent de la liberté conférée par l’absence de banalité sur cette partie du plateau. C’est à cette époque-là que les moulins à vent de La Mure furent érigés : la parcelle sur laquelle ils se dressent est décrite comme étant en pré en 1569, alors qu’un texte de 1742 évoque les « artifices » en activité.

3Le site se présente comme une butte calcaire perchée à 1 100 m d’altitude et perpétuellement ventée. Sur cette butte, des ménagers du hameau voisin, nommés Bernard et Didier, ont fait bâtir deux moulins à vent implantés côte à côte et semblables aux modèles provençaux : des tours cylindriques en pierre, coiffées par des toits en poivrière et équipées d’ailes en croix. Le moulin oriental (MAV2) est le plus petit (5,70 m de diamètre extérieur) et le plus abîmé des deux. Au début du chantier, il ne présentait plus qu’un moignon de mur émergeant d’un monceau d’éboulis. Le moulin occidental (MAV1) est apparu nettement mieux conservé, avec sa tour de 7,75 m de diamètre, montant encore à 6 m de hauteur, et son parement extérieur quasiment intact. Précédée par une campagne de déminage menée par la Sécurité civile de la Drôme, puis par une consolidation des élévations, l’opération a d’abord concerné les abords immédiats des tours, sur une surface de 140 m2. Aucune structure particulière n’a été découverte à cet endroit, hormis les restes d’un dallage de pierre devant le seuil du MAV1 et une aire en terre battue entre les deux moulins. L’absence de fosses d’ancrage d’un éventuel gouvernail a néanmoins démontré que les ailes des moulins étaient positionnées face au vent par un système de rotation du toit aménagé dans les bâtiments eux-mêmes, en l’espèce une ratelière (crémaillère), disposée au sommet des murs.

4La fouille s’est également attachée à l’intérieur des tours. Le moulin oriental a été purgé de ses décombres, de manière à faire ressortir son plan, puis fouillé sur la moitié de sa surface jusqu’au sol naturel. Sa construction est apparue relativement frustre, les fondations en partie assises sur une ancienne mare, ce qui explique probablement sa mauvaise conservation. Il n’a livré aucun matériel notable, mais seulement des indices de réoccupation (foyers, ossements d’ovi-caprinés).

5La tour occidentale a livré une moisson plus riche, bien qu’une fouille clandestine ait, à la fin du xxe s., détruit une partie conséquente des niveaux archéologiques de ce qui passait alors pour un ancien château. Les détails architecturaux du parement intérieur, ainsi que les trous de poteaux, aires de circulation et mobilier mis au jour, ont permis de restituer les aménagements et une partie du mécanisme de l’ancien moulin. Après avoir descendu une marche et franchi un couloir de 2 m, soit l’épaisseur du mur, on pénétrait dans une salle partiellement pavée avec des fragments de meules, qui servait à entreposer les sacs de grains et de farine, et accueillait le dispositif de réglage d’écartement des meules. Partant à droite de la porte, un escalier tournant en bois, large de 86 cm, menait à l’étage où se situait la chambre de meunerie. Celle-ci disposait d’un plancher reposant sur une corniche. Elle était éclairée par deux fenêtres ouvrant à l’est et à l’ouest, qui permettait aussi au meunier de suivre la course des ailes. Deux poutres de forte section (60 x 50 cm) portaient le couple de meules horizontales. Celles-ci mesuraient 1,23 à 1,27 cm de diamètre et étaient taillées dans un microconglomératique à ciment calcitique bleuté. Leur origine a pu être identifiée : elles proviennent de la carrière de meules des Mertières, à Saint-Martin-en-Vercors. Leur pierre est caractéristique de meules « brunes » et servait à moudre le seigle, l’orge et l’avoine. Le reste du mécanisme du moulin (ailes, rouet, lanterne, arbre moteur, crapaudine, etc.) n’a laissé aucun vestige, ce qui indiquerait leur récupération, peut-être au profit d’autres moulins à vent de la commune. Le mobilier exhumé en fouilles consiste essentiellement en matériel osseux, en céramiques (dont une assiette en service jaune de Larnage) et en outils agricoles (pointe d’araire) postérieurs à l’utilisation du bâtiment en tant que moulin. Son abandon intervient avant le début du xixe s. : il est cité comme étant en ruines en 1830 et sert alors de bergerie. Ses murs ont encore été utilisés pendant les événements tragiques de juillet 1944, lorsque les troupes SS percèrent une brèche face à la porte et installèrent une mitrailleuse. Une centaine de balles et de douilles de marque Mauser issues de cet événement ont été retrouvées. Les codes inscrits autour de l’amorce ont montré qu’elles provenaient de dix-sept usines différentes, et avaient, pour les trois quart d’entre elles, été fabriquées avant la Seconde Guerre mondiale.

6Les tours de La Mure sont les derniers moulins à vent encore conservés en élévation dans les Alpes du Nord et en milieu montagnard. Tous les édifices similaires attestés par la documentation ont disparu. Leur présence à Vassieux, dans le contexte très particulier de ce village martyr, tient du miracle. À l’initiative du Parc naturel régional du Vercors, une étude de faisabilité a été engagée, qui devrait entraîner l’acquisition de ces monuments exceptionnels, puis la restauration et la remise en état de marche du moulin occidental.

Fig. 1 – Développé de l’élévation extérieure du moulin à vent 1

Fig. 1 – Développé de l’élévation extérieure du moulin à vent 1

DAO : A. Belmont (CNRS).

Fig. 2 – Vue générale du moulin à vent 2 à l’issue de la fouille

Fig. 2 – Vue générale du moulin à vent 2 à l’issue de la fouille

Cliché : A. Belmont (CNRS).

Fig. 3 – Le moulin d’Antoine et Jean Bernard, à l’heure de la fermeture du chantier

Fig. 3 – Le moulin d’Antoine et Jean Bernard, à l’heure de la fermeture du chantier

Cliché : A. Belmont (CNRS).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Développé de l’élévation extérieure du moulin à vent 1
Crédits DAO : A. Belmont (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59614/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 2 – Vue générale du moulin à vent 2 à l’issue de la fouille
Crédits Cliché : A. Belmont (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 3 – Le moulin d’Antoine et Jean Bernard, à l’heure de la fermeture du chantier
Crédits Cliché : A. Belmont (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59614/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 521k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Belmont, « Vassieux-en-Vercors – Les moulins à vent, lieu-dit La Mure » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59614

Haut de page

Auteur

Alain Belmont

Larha, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Belmont

Larha, CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search