Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneLyon (2e) – Abbaye Saint-Martin-d...

2006
69 – Rhône

Lyon (2e) – Abbaye Saint-Martin-d’Ainay

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Isabelle Parron
Notice rédigée avec Christine Becker

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Parron I. 2007 : Église Saint-Martin d’Ainay, étude du bâti, 69002 Lyon, rapport de fouille, Lyon, Sam, 3 vol.

Texte intégral

1Située au sud de la presqu’île, l’abbatiale d’Ainay est une des rares églises romanes conservées en élévation à l’intérieur de la ville de Lyon. Elle constitue un très bel exemple d’église à transept inscrit, couvert d’une coupole, un clocher porche ponctuant la façade occidentale. En dépit de sa richesse architecturale, elle n’a pas véritablement fait l’objet d’une étude approfondie depuis celle de l’abbé Chagny. Plusieurs chercheurs se sont pourtant intéressés à cet ensemble prestigieux : Jean-François Reynaud pour la morphologie du bâtiment, Victor Lassalle pour le décor sculpté, mais aucune approche archéologique fine. Il faut attendre la rénovation des parements intérieurs de la chapelle Sainte-Blandine, pour qu’une première analyse archéologique du bâti soit enfin réalisée par Anne Baud en 1997. La restauration des parements extérieurs de l’ensemble abbatial, conduite de juin 2005 à septembre 2006, a offert l’opportunité de réaliser une approche globale de cet édifice par l’étude archéologique de l’ensemble des murs et des structures charpentées, complétée par une recherche en archives.

2L’organisation topographique de l’ancienne abbaye a fortement été bouleversée par l’urbanisation du quartier, à partir du xviiie s., et surtout au xixe s. On perd ainsi, peu à peu, le plan de l’établissement monastique pour ne garder plus que l’église devenue paroissiale en 1690. À la Révolution, elle est transformée en magasin militaire, puis en salpêtrière. Rendue au culte en 1797, cette église va connaître de nombreuses restaurations au cours du xixe s., dont les interventions de l’architecte Pollet entre 1820 et 1840, qui modifient sensiblement l’aspect extérieur et le volume intérieur de l’église, notamment avec l’adjonction des chapelles latérales et la création des voûtes en plein cintre sur les nefs. En 1840, elle est classée au titre des monuments historiques et les travaux de restaurations se poursuivront alors sous la maîtrise d’œuvre de leurs architectes tout au long du xixe et du xxe s.

3Dans le cadre de notre intervention, il a été essentiel de remettre à plat l’ensemble de ces travaux. En effet, une partie de notre problématique touchait à ses restaurations afin d’en bien saisir l’ampleur. De même, il convenait de reprendre l’ensemble de la littérature archéologique et architecturale. Notre étude, basée sur l’analyse fine des différentes maçonneries, des charpentes et des enduits peints, amène des éléments nouveaux qui permettent de proposer une évolution chronologique.

Les vestiges autour de l’an Mil

4Sainte-Blandine qui, en raison de son désaxement a toujours été considérée comme le bâtiment le plus ancien de l’abbaye, a effectivement livré les vestiges d’un premier bâtiment repérés uniquement dans les maçonneries de la nef. Les élévations sont caractérisées par un appareil composé de moellons de petites dimensions (principalement des pierres granitiques) qui alternent avec des rangées horizontales de pierres calcaires de moyennes dimensions, le tout étant lié avec un abondant mortier à tuileau. Les vestiges observés permettent de proposer la restitution d’une chapelle relativement courte, d’environ 8,50 m de long. En revanche, il est difficile de proposer un plan précis pour le chœur, car les élévations ont été très reprises à la fin du xie et au xixe s. Toutefois, les observations réalisées à l’intérieur de la crypte en 1997 par Anne Baud et Jean-François Reynaud ont établi que la voûte d’arêtes était construite en mortier à tuileau. En l’absence d’échantillons prélevés sur cette maçonnerie, il est impossible d’effectuer une comparaison tangible entre ces éléments. Cependant, on ne peut pas exclure que la crypte existait depuis la création du premier état de cette chapelle. De fait, on peut se demander si les chapiteaux à entrelacs qui ornent le chœur de la chapelle n’appartiendraient pas à cette première phase de construction.

Les vestiges de la fin du xie s.

5Ce deuxième état coïncide avec la rénovation complète de la chapelle. Le mur gouttereau sud est reconstruit sur près de 1,60 m de hauteur. À la limite avec la maçonnerie primitive, sont disposées des pierres de taille de moyen appareil, en réemploi, qui constituent une sorte de chaîne horizontale. Au-dessus, l’élévation se poursuit en petit appareil de moellons de tout venant liés par un mortier grisâtre à chaux et à sable mal tamisé. Le chevet plat est lui aussi réaménagé pour recevoir un décor de panneaux polychromes. Cette rénovation s’accompagne de l’installation des soffites à cupules quadrilobées soutenus par des modillons à copeaux qui entrent dans la composition de la toiture.

6Le clocher-porche (fig. 1), qui présente le même désaxement que la chapelle Sainte-Blandine et qui est orné d’un décor polychrome, appartient vraisemblablement à cette même étape de construction. Il est érigé en avant d’une église méconnue mais dont l’implantation contraint les constructions qui viennent s’y accoler, expliquant ainsi leur désaxement. La lecture des élévations montre que cette tour est homogène en dépit des différences de matériaux qui la composent : pour le premier niveau des blocs de calcaire antique et pour les parties hautes des pierres calcaires de moyen appareil, l’ensemble étant lié par un mortier grisâtre à chaux et à sable mal tamisé. En dépit de ses restaurations au xixe s., le décor polychrome en place rythme chaque étage du clocher.

Fig. 1 – Clocher-porche : mur ouest

Fig. 1 – Clocher-porche : mur ouest

DAO : équipe de fouille (Sam).

L’édifice du xiie s.

7La lecture archéologique de l’extrémité orientale de l’église (chevet, transept et tour lanterne) montre une construction réalisée au cours d’un même chantier. Cette question d’homogénéité n’était pas évidente, notamment pour le chevet. En effet, la partie inférieure de l’abside et des chapelles secondaires érigée en petit appareil de tout-venant contraste de manière importante avec la partie supérieure élevée en pierres de taille. Le mariage des maçonneries est en fait réalisé avec soin et les mortiers sont parfaitement identiques.

8La tour lanterne (fig. 2) présente la même différence d’appareil entre les parties inférieures et supérieures. Sa base est édifiée presque exclusivement avec des moellons de calcaire des Monts d’Or et la partie sommitale largement ouverte par des baies géminées est construite en pierre de taille. Ici en revanche, on ne rencontre pas de décor polychrome, quelques briques sont employées dans la maçonnerie mais à des fins techniques de réglage d’assises. Cette élévation est donc là aussi très homogène et la présence de l’escalier en vis à l’angle nord-est de la tour qui entre dans la typologie des escaliers du début du xiie s. confirme encore cette homogénéité. Cet escalier était en relation avec un passage circulant au sommet du transept nord et qui débouchait dans les bâtiments conventuels reliant ainsi avec cette partie de l’église.

Fig. 2 – Tour-lanterne, mur est et tour d’escalier : murs est et sud

Fig. 2 – Tour-lanterne, mur est et tour d’escalier : murs est et sud

DAO : équipe de fouille (Sam).

9Si nous avons pu constater l’homogénéité des parements du chevet et du transept, il n’en est malheureusement pas de même pour les murs gouttereaux de la nef qui ont été largement refaits au xixe s. en même temps que la toiture. De fait se pose toujours la question du couvrement initial de la nef. Des représentations du xixe s. montrent qu’une voûte lambrissée avait précédé l’installation de la voûte en plein cintre réalisée vers 1830. L’étude archéologique des pièces de bois conservées au-dessus de la voûte en briques démontre que cette charpente en arc brisé a été mise en place au plus tôt dans le courant du xvie s. Les arcs servaient uniquement de support aux lambris et ne portaient pas la toiture. Il faut donc chercher une charpente de toit placée plus haut. Les négatifs des pentes de toit relevés sur le mur ouest de la tour lanterne le laissent supposer d’autant que ce dispositif est contemporain de la construction de la tour. Par ailleurs, l’absence de négatifs sur le clocher-porche confirme l’antériorité de ce dernier par rapport à l’édification de la nef.

Les bâtiments conventuels

10Le cloître se développait au nord de l’abbatiale. Du fait de sa destruction, les seuls éléments connus à ce jour provenaient des documents iconographiques : le plan scénographique de 1550 et le plan terrier de 1750. En fait une infime partie des bâtiments conventuels est conservée dans les bâtiments que l’on nomme aujourd’hui « local scout ». On accédait au cloître par une porte retrouvée dans le mur nord du transept.

11Le bâtiment rectangulaire, barré par la rue des Remparts-d’Ainay, abritait en fait la salle capitulaire. Accolé contre le mur du transept, le mur ouest était ponctué de plusieurs arcatures et d’une large porte en plein cintre. Le mur oriental de ce bâtiment est aussi conservé, il était percé d’une fenêtre et d’une porte qui donnait accès à la chapelle Saint-Pierre.

12De la chapelle Saint-Pierre, on conserve uniquement le mur gouttereau sud qui est lié à la construction du mur oriental de la salle capitulaire. La charpente tronquée, mise en place au xviie s. et conservée dans le comble, permet de retrouver la largeur de la chapelle et sa longueur a été estimée à partir d’une position centrale de la porte monumentale percée dans le mur gouttereau.

13Ces bâtiments conventuels ont subi des modifications qu’il nous a été possible de saisir par petites touches.

14Les intrados des arcatures de la salle capitulaire sont ornés d’un décor que l’on peut situer plutôt vers la fin du xiiie s. Un bandeau bicolore rouge et jaune ponctué de pastilles blanches souligne la ligne extérieure de l’intrados des arcatures. Dans ce cadre ont été peintes des figures inscrites dans des cercles, la mieux dégagée représente un chien dont la posture rappelle celle des lions héraldiques.

15Au xve s., le bâtiment monastique oriental est modifié de manière importante par la construction de la chapelle Saint-Michel. Son implantation se fait au détriment de l’ancienne salle capitulaire : les arcatures sont bouchées, une porte basse est percée et le bâtiment est surélevé. La découverte de négatifs de bois autorise la restitution d’une galerie à deux niveaux qui courait le long du bâtiment est du cloître. Cette galerie communiquait avec un escalier en vis et permettait ainsi d’accéder à l’étage des bâtiments conventuels.

16La salle capitulaire est divisée, la partie nord du bâtiment est rénovée et reçoit un plafond à un seul niveau de poutre. Les planches sont dissimulées par des couvre-joints qui portaient un décor peint de motifs géométriques et végétaux qui appartiennent à un répertoire en usage à la charnière de l’époque gothique et de la Renaissance. L’étude de la charpente et l’analyse dendrochronologique placent l’installation de ce plafond en 1495.

17Les résultats de l’étude archéologique des élévations de l’ancienne abbaye d’Ainay montrent une fois encore tout l’intérêt de réaliser une analyse fine des monuments. Il est ainsi possible, aujourd’hui, de retracer l’évolution chronologique de l’ensemble des bâtiments à travers cinq étapes de modifications majeures échelonnées entre le xie et le xixe s. (fig. 3). Cependant, il reste encore bien des pistes à explorer pour une meilleure connaissance de ce monument lyonnais jusqu’alors négligé.

Fig. 3 – Évolution chronologique de l’abbaye

Fig. 3 – Évolution chronologique de l’abbaye

DAO : É. Bouticourt (Sam).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Clocher-porche : mur ouest
Crédits DAO : équipe de fouille (Sam).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Titre Fig. 2 – Tour-lanterne, mur est et tour d’escalier : murs est et sud
Crédits DAO : équipe de fouille (Sam).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59764/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 3 – Évolution chronologique de l’abbaye
Crédits DAO : É. Bouticourt (Sam).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/59764/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Parron, Christine Becker, « Lyon (2e) – Abbaye Saint-Martin-d’Ainay » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59764

Haut de page

Auteurs

Isabelle Parron

Service archéologique municipal, Ville de Lyon

Articles du même auteur

Christine Becker

Service archéologique municipal, Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Parron

Service archéologique municipal, Ville de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search