Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneLyon (5e) – 3 rue Benoist-Mary, g...

2006
69 – Rhône

Lyon (5e) – 3 rue Benoist-Mary, groupe scolaire Ferdinand-Buisson

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Emmanuel Bernot

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Bernot E. 2007 : 3 rue Benoist Mary, 69005 Lyon, groupe scolaire Ferdinand Buisson, département du Rhône, région Rhône-Alpes, diagnostic archéologique, Lyon, Sam.

Texte intégral

1Un diagnostic réalisé dans l’enceinte du groupe scolaire Ferdinand Buisson a permis de mettre au jour deux grandes phases d’occupation discontinue.

2Durant le iie s. apr. J.-C., la présence d’une base de monument funéraire témoigne de la vocation du site. Celui-ci est, en effet, à mettre en relation avec la vaste nécropole bordant l’ancienne voie d’Aquitaine dont le tracé correspond à l’actuelle rue de la Favorite et, plus à l’ouest, à l’avenue du Point-du-Jour. Une portion de voie a également été mise au jour sur le site. D’orientation nord-est – sud-ouest, elle pourrait correspondre à une bifurcation de la voie d’Aquitaine à l’approche de la ville antique. Il est vraisemblable que le monument funéraire découvert à proximité, qui renfermait des restes d’incinération en position secondaire, bordait cette chaussée. L’abandon de ces structures pourrait être intervenu au cours de la seconde moitié du iie s.

3La période médiévale n’est pas du tout représentée. Un hiatus de plus de 1500 ans sépare les deux phases d’occupation. Au cours du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, le site est situé à l’extérieur du bourg organisé autour des églises de Saint-Just et de Saint-Irénée et occupé par des nécropoles, ainsi que par un habitat sporadique. À une époque qu’il est difficile de préciser, ce quartier se dote d’un rempart. Son fossé est en usage du xiie au xviiie s.

4À la fin du xviiie s. et au cours du siècle suivant, le site présente indéniablement un caractère rural, matérialisé par la présence d’une épaisse couche de terre végétale et sans réelle occupation pérenne. Ce phénomène a pu être observé sur l’ensemble des sondages.

5Enfin, vers 1886, la construction du groupe scolaire engendre un rehaussement important des niveaux de sol. Les remblais utilisés proviennent pour l’essentiel du creusement des caves et des structures enterrées de l’école.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Bernot, « Lyon (5e) – 3 rue Benoist-Mary, groupe scolaire Ferdinand-Buisson » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59783

Haut de page

Auteur

Emmanuel Bernot

Service archéologique municipal, Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Bernot

Service archéologique municipal, Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search