Navigation – Plan du site
2007

Bellerive-sur-Allier et Vichy – Lac d'Allier

Responsable(s) des opérations : Olivier Troubat
Notice rédigée par : Olivier Troubat

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 26

Date de l'opération : 2007 (SD)

1Un pont de bois antique a été découvert et relevé dans le lit de l’Allier à Vichy. La datation d’un bois au radiocarbone 14 C a donné POZ-21971, 1920 + 35 BP : 50-130 cal AD (à un sigma) et 0-220 cal AD (à deux sigma). Toutefois on ne peut exclure un âge plus ancien que présume l’analyse radiocarbone (débord possible sur le Ier  s. av. J.-C.), d’autant que l’analyse a été faite sur un bois d’une palée bien constituée et qui ne semble pas être la plus ancienne.

2Cinq groupes de palées ont été retrouvés jusqu’à présent. Ils sont répartis sur 165 m entre la rive gauche actuelle et jusqu’à 100 m de la rive droite (Fig. n°1 : Secteur du cours de l’Allier prospecté) . La partie centrale située dans le chenal et sous un banc de sable n’a pu être prospectée. Sauf arrachement par les anciens services de navigation, d’autres palées pourraient s’y trouver. Le pont de bois paraît se prolonger sous la rive gauche actuelle. Il a subi au moins six réparations importantes ou reconstructions, montrant une utilisation sur une longue période. Deux styles de construction différents se dégagent, laissant penser à deux phases séparées par un abandon provisoire. Ses dimensions sont importantes, puisque quelques alignements de palées avoisinent les 6 m – autorisant donc un trafic de chariot à double sens – et qu’un système de contrefiches semble avoir été nécessaire pour renforcer un ouvrage apparemment d’importance majeure.

3C’est le deuxième pont de bois antique trouvé sur cette rivière, le précédent, en aval à Varennes-sur-Allier ayant été daté du IIIe  s. apr. J.-C. Les découvertes de ponts de bois antiques datés avec certitude sont peu nombreuses et bienvenues.

4Plusieurs possibilités de passages ont été identifiées par ailleurs dans cette zone de la rivière, notamment les restes de deux gués à orientations divergentes, attestant de l’intérêt de cette zone de passage. Un autre pont de bois est possible en amont immédiat.

5En aval du groupe de palées le plus près de la rive droite, à 100 m de la rive actuelle, se trouvent plusieurs blocs de grande taille très soigneusement taillés (Fig. n°2 : Bloc à « cupules ») et des morceaux de meules, identifiables à l’époque gallo-romaine. L’accident de transport paraît improbable, les matériaux utilisés à Vichy venant pour la plupart de carrières proches et situées sur la même rive. Le calcaire utilisé est de surcroît abondant dans toute la vallée, ne favorisant pas une activité d’exportation et de transport coûteux, le matériau étant disponible partout à de courtes distances. Enfin, le fond de la rivière est composé d’alluvions sur 4 m à 5 m, qui reposent sur un  substratum imperméable de nature argilo-calcaire, affectant la dureté d’une roche tendre à partir de 0,20 m à 0,50 m. Les ingénieurs ayant travaillé au pont-barrage inférieur en 1962-1963 signalent que tout élément lourd posé dans le lit traverse progressivement les alluvions et ne s’arrête que sur le substrat dur. Les blocs visibles peuvent donc appartenir à un enrochement tardif ou à une construction écroulée, peut-être de rive, celle-ci étant très changeante. Seul un sondage pourra vérifier ces hypothèses.

6Un bateau gallo-romain chargé de vases en céramique sigillée signalé en 1963 a été recherché. Un banc important se trouve en amont et à l’est du groupe 3 du pont de bois. D’après les indications de témoins, souvent contradictoires, il semble qu’il faille sonder avant tout cette zone. Ce banc fait un hectare environ.

7Tous ces éléments se trouvent dans une vaste zone de 400 m de longueur, sensiblement limitée par les deux lignes de traversée de bateaux allant, en aval, de la Rotonde à la Marina et, en amont, du Parc Napoléon, face au bassin des Cygnes, jusqu’à l’embarcadère du Pavillon du Golf. Ces deux lignes paraissent pouvoir être provisoirement retenues comme délimitations de la zone archéologique sensible à absolument protéger.

8Une deuxième zone, située à un kilomètre et en amont du pont de Bellerive, a été définie et montre des éléments de traversée de la rivière du Moyen Âge à l’époque contemporaine et des aménagements de ports. L’étiage a montré plusieurs bois émergeants et des blocs d’un possible radier.

9Troubat Olivier 

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Secteur du cours de l’Allier prospecté

Fig. n°1 : Secteur du cours de l’Allier prospecté

Auteur(s) : Penalver, Bruno (COL). Crédits : Penalver, Bruno (2007)

Fig. n°2 : Bloc à « cupules »

Fig. n°2 : Bloc à « cupules »

Auteur(s) : Troubat, Olivier (BEN). Crédits : Troubat, Olivier (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Secteur du cours de l’Allier prospecté
Crédits Auteur(s) : Penalver, Bruno (COL). Crédits : Penalver, Bruno (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. n°2 : Bloc à « cupules »
Crédits Auteur(s) : Troubat, Olivier (BEN). Crédits : Troubat, Olivier (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Olivier Troubat, « Bellerive-sur-Allier et Vichy – Lac d'Allier », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5987

Haut de page

Responsable d'opération

Olivier Troubat

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals