Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneLyon (9e) – 105 rue du Bourbonnais

2006
69 – Rhône

Lyon (9e) – 105 rue du Bourbonnais

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Étienne Hofmann

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Hoffman É. 2007 : 105 rue du Bourbonnais 69009 Lyon, rapport de fouille archéologique, Lyon, SAVL, 2 vol.

Texte intégral

1La construction d’un immeuble résidentiel doté de parking souterrain aux 103-105 rue du Bourbonnais, dans le neuvième arrondissement de Lyon, a fait l’objet de deux prescriptions de diagnostic archéologique par le SRA Rhône-Alpes, un à chacune des deux adresses. Lors de ces diagnostics, un bâtiment doté d’un sol en mortier de chaux à effet de terrazzo et un bassin avaient été mis au jour. La présence de tubuli et de pilettes suggérait la proximité d’une installation de chauffage par hypocauste, sans qu’elle n’ait été découverte. Les datations oscillaient entre le ier et le ive s. apr. J.-C. pour les structures hydrauliques, et les iie-iiie s. apr. J.-C. pour l’édifice. La fouille préventive au 105 de la rue du Bourbonnais avait donc pour but de mieux caractériser un site localisé dans la partie est de la plaine de Vaise, et donc à même d’apporter des précisions sur l’extension occidentale du vicus antique. L’ensemble de la surface concernée par le projet de construction au 105 rue du Bourbonnais, soit 845 m2, ont été explorés après la mise en place d’une berlinoise sous la surveillance des archéologues.

2C’est le cône de déjection tardiglaciaire du ruisseau des planches qui est à l’origine de la topographie de la rue du Bourbonnais, c’est-à-dire du pendage accusé vers l’est et secondaire vers le sud. La première occupation anthropique s’installe sur un important colluvionnement en provenance de l’éperon de Valvert, dès la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. (terminus post quem : 40 apr. J.-C.). Deux murs de terrasses orientés nord-sud et parallèles sont implantés. Observés respectivement sur une longueur de 28,5 et de 40 mètres, ces murs sont mal conservés, mais leur rôle de soutien et de délimitation de l’espace est évident. La maçonnerie la plus occidentale marque d’ailleurs la limite de dépôt des sédiments anthropisés. Les maçonneries, le mobilier archéologique et les matériaux de construction retrouvés, indiquent tous la proximité immédiate d’un habitat.

3Durant le dernier quart du ier s. apr. J.-C. (terminus post quem : 70 apr. J.-C.), l’implantation de structures hydrauliques, hélas situées en limite sud-est d’emprise, et le dépôt de tubuli et de fragments de peinture murale, mettent en évidence le réaménagement, peut-être même l’extension, de ce même habitat, entrevu lors des diagnostics.

4Les derniers dépôts sont clairement datés du dernier quart du ive s. apr. J.-C. On ne peut cependant pas parler de hiatus puisque les découvertes réalisées lors du diagnostic au 105 rue du Bourbonnais présentaient un corpus céramique caractéristique du iiie s. apr. J.-C.

5Bien que l’emprise de fouille soit située sur les marges du site archéologique proprement dit, il est possible aujourd’hui d’affirmer l’existence d’une villa aux abords de la rue du Bourbonnais, et ce, dès la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. Malgré des fluctuations probable en terme d’extension, cet habitat semble perdurer jusqu’au ive s. apr. J.-C. L’arasement prononcé de plusieurs maçonneries indique qu’elles ont été la cible d’opération récupération de matériaux.

6Il ne semble pas y avoir eu d’occupation postérieure : après l’abandon du site, le colluvionnement reprend jusqu’à l’époque moderne, où l’urbanisation croissante du secteur, a entraîné l’apport de remblais pour réaliser l’étagement des parcelles de part et d’autre de la rue du Bourbonnais.

7Bien que l’emprise de la fouille ait été circonscrite à la périphérie de la villa, la localisation et la datation de cet établissement sont aujourd’hui acquises. Ce site participe donc à notre compréhension de l’occupation antique dans la partie ouest de la plaine de Vaise. On peut cependant regretter de n’avoir pas eu plus de structures bâties au sein de l’emprise de la fouille préventive.

Haut de page

Bibliographie

Bellon C. 2005 : Lyon 9e (Rhône, Rhône-Alpes) 105 rue du Bourbonnais, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Hoffman É. 2007 : 103 rue du Bourbonnais 69009 Lyon, rapport de diagnostic archéologique, Lyon, SAVL.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Hofmann, « Lyon (9e) – 105 rue du Bourbonnais » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/59941

Haut de page

Auteur

Étienne Hofmann

Service archéologique municipal, Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Hofmann

Service archéologique municipal, Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search