Navigation – Plan du site
2007

Cournon-d’Auvergne – Carré du Buisson (lotissement Bois Joli 2)

Responsable(s) des opérations : Christine Mennessier-Jouannet
Notice rédigée par : Alain Wittmann, Daniel Parent, Béatrice Prat, Christian Cécillon, Marcel Brizard, Frédérique Blaizot et Christine Mennessier-Jouannet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2006/78

Date de l'opération : 2007 (EX)

1La commune de Cournon d’Auvergne, située à quelque5km au sud-est de Clermont-Ferrand, s’inscrit entre la grande plaine de La Limagne au nord, la dépression du bassin de Sarliève à l’ouest, bordé lui-même par des collines calcaires et la rivière Allier à l’est. Elle se situe donc au débouché du bassin de l’Allier vers la plaine. Le bassin de Sarliève, qui intéresse plus particulièrement, notre dossier est dominé à l’ouest par l’imposant plateau volcanique de Gergovie (commune de La Roche-Blanche) qui le surplombe de près de 400 m. Le bassin lui-même, replat qui se situe à une altitude moyenne de 345 m, a fait l’objet dans les années récentes de plusieurs et importantes opérations d’archéologie préventive, à La Gravière lors de la construction de la Grande Halle d’Auvergne (BSR, 2001, p. 97-98, Gérard Vernet) et à L’Enfer à l’occasion des travaux du contournement sud-est de Clermont-Ferrand (BSR 2005, p.110-111,Jean-François Beaucheron). Tout récemment un diagnostic (BSR, 2005, p. 97-98, Pierre Pouénat), suivi d’une fouille en 2006 (BSR, 2006, p. 102, Christine Mennessier-Jouannet) sur le site du Bois Joli (magasins de l’entreprise Babou) documentent l’occupation du versant oriental du bassin durant La Tène, la période gallo-romaine et le haut Moyen Âge. La parcelle jouxtant au sud l’emprise de l’opération en cours a fait l’objet d’un diagnostic-fouille en 2006 et a mis au jour une nécropole gallo-romaine installée à proximité d’un fossé (BSR, 2006, p. 99, Pierre Pouénat). Une nouvelle opération de diagnostic archéologique dans ce secteur sur les parcelles du Carré du Buisson s’inscrit donc dans un contexte de recherche particulièrement bien documenté.

2Le diagnostic effectué sur une vaste parcelle de près de 5 ha à l’emplacement d’un futur lotissement industriel a permis de compléter les observations sédimentaires engrangées lors de l’évaluation de la Grande Halle. On a pu constater l’évolution d’une sédimentation faite en milieu très humide, mais, plus qu’un processus de formation des sols, lent et progressif, ce sont plutôt des phénomènes érosifs qui sont mis en évidence: absence du puissant colluvionnement de bas de versant post-antique observé sur le secteur 1 de Bois Joli, érosion d’un des axes fossoyés.

3Le niveau tourbeux, reconnu sur la Grande Halle et nommé « couche noire », est présent sur toute l’emprise du diagnostic. Dans tous les cas, il recouvre directement les structures archéologiques. Le rapport de diagnostic consacre une large partie sur les problèmes de caractérisation et de datation de ce niveau. Les fouilles archéologiques et les études environnementales effectuées lors de la construction de la Grande Halle d’Auvergne ont montré que cette « couche noire » se met en place après une phase d’assèchement du bassin de Sarliève ou de très basses eaux du lac et qu’elle se caractérise par la présence de mollusques et diatomées révélateurs de la présence d’une tranche d’eau.

4L’appréciation du laps de temps qui a existé entre la phase d’assèchement et les occupations humaines qui en ont résulté et le moment où la remontée du niveau des eaux rend le secteur impropre à tout aménagement, habitation ou exploitation agricole, est encore difficile à apprécier. Les données archéologiques (comblement de fossés ou recouvrement de bâtiments par exemple) restaient encore lacunaires par manque de mobilier datant suffisamment abondant. Le recours aux datations par radiocarbone, pour nombreuses qu’elles aient été, a fini de jeter le trouble en assignant une datation très haute (le plus souvent entre la fin du Ier  s. av. J.-C. et le milieu du Ier  s. apr. J.C.) à ce phénomène climatique, avec pour conséquence une datation également très haute pour des structures – des réseaux de fossés, des parcellaires – au comblement le plus souvent stérile. Une seule des datations par radiocarbone a fourni une date dans le haut Moyen Âge, plus probablement au début du VIIe  s. apr. J.-C. (Ly-11363).

5Le dépôt des restes d’une incinération a été découvert lors du présent diagnostic et apporte une pièce nouvelle à ce dossier. La cohérence chronologique du mobilier ramassé et l’immédiateté du geste du dépôt permettent de resserrer la fourchette chronologique : la remise en eau du lac n’intervient pas avant 150 apr. J.-C.

6L’occupation humaine du secteur paraît liée à l’existence d’un réseau de fossés visant à assainir certaines zones, les plus basses du bassin. Un puissant axe nord-sud longeant une de ces zones basses, encore perceptible dans la microtopographie du secteur, a été reconnu avec une largeur à l’ouverture d’au moins 4 m. Deux coupes confirment une profondeur conservée de 0,80 m à 1 m. En l’absence de mobilier dans les couches profondes de comblement, on ne peut pas avancer de date pour le creusement et la phase de fonctionnement de ce drain. Le (ou les) comblement(s) primaire(s) est/sont obtenu(s) à partir des sédiments argileux des niveaux encaissants. Au moins un tronçon a fait l’objet de curage et recreusement. Également large, voire même très étalé et à fond plat, un axe est-ouest se raccorde perpendiculairement sur cet axe majeur.

7À l’extrémité sud du fossé F103, le rejet des restes d’une crémation gallo-romaine (F103.5) est effectué sur le sommet du bord occidental du fossé. Très peu épais, il a été reconnu sur une surface d’environ 1,50 m2 . Il se caractérise par une accumulation de charbons de bois et de cendres, d’ossements humains brûlés, de mobilier céramique très fragmenté rejeté en tas inorganisé (Fig. n°1 : Plan du rejet de crémation F103.5 ) . Les ossements humains sont ceux d’un individu immature dont l’âge peut être au minimum de 5 ans et au plus de 15 ans. La crémation, puis le ramassage et le rejet au bord de ce fossé ont contribué à éparpiller et mélanger les ossements au milieu du reste du dépôt charbonneux (Frédérique Blaizot). Parmi les ossements, quelques fragments sont attribuables à du porc (Pierre Caillat).

8Le mobilier céramique est daté entre 160 et 220 apr. J.-C. (Fig. n°2 : Mobilier céramique de la structure F103.5) . La monnaie brûlée n’est plus identifiable. À 1,5 m au nord, dans l’axe du même fossé, le rejet en tas de tuiles à rebord et d’un bord de dolium (F127) atteste qu’à partir de la seconde moitié du IIe  s. apr. J.-C. la partie profonde du fossé était déjà totalement envasée. Deux datations par le radiocarbone sont tentées sur deux lots de faune présents dans la partie sommitale du comblement du fossé (Alain Wittmann).

9Aucune trace d’époque médiévale, au sens le plus large du terme, n’a été relevée sur l’ensemble du diagnostic.

10Mennessier-Jouannet Christine, Blaizot Frédérique, Brizard Marcel, Cécillon Daniel, Parent Christian, Prat Béatrice et Wittmann Alain

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan du rejet de crémation F103.5

Fig. n°1 : Plan du rejet de crémation F103.5

Auteur(s) : Brizard, Marcel (INRAP). Crédits : Brizard, Marcel (2007)

Fig. n°2 : Mobilier céramique de la structure F103.5

Fig. n°2 : Mobilier céramique de la structure F103.5

Auteur(s) : Wittmann, Alain (INRAP). Crédits : Wittmann, Alain (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan du rejet de crémation F103.5
Crédits Auteur(s) : Brizard, Marcel (INRAP). Crédits : Brizard, Marcel (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. n°2 : Mobilier céramique de la structure F103.5
Crédits Auteur(s) : Wittmann, Alain (INRAP). Crédits : Wittmann, Alain (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/5997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Wittmann, Daniel Parent, Béatrice Prat, Christian Cécillon, Marcel Brizard, Frédérique Blaizot et Christine Mennessier-Jouannet, « Cournon-d’Auvergne – Carré du Buisson (lotissement Bois Joli 2) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5997

Haut de page

Responsables d'opération

Alain Wittmann

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Daniel Parent

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Béatrice Prat

UNIV

Articles du même responsable de fouilles

Christian Cécillon

INRAP

Marcel Brizard

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Frédérique Blaizot

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Christine Mennessier-Jouannet

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals