Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneAnse – Château de Messimieux

2006
69 – Rhône

Anse – Château de Messimieux

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Catherine Coquidé

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Coquidé C. 2006 : Anse (Rhône, Rhône-Alpes) Château de Messimieux, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Une campagne de sondages archéologiques a été mise en place avant des travaux de réaménagement de la maison de retraite installée au sein du château de Messimieux d’Anse. Elle représentait l’opportunité rare d’aborder 2000 ans d’occupation autour du castrum antique d’Asa Paulini. La bâtisse, construite au xviie s., et souvent remaniée, s’érige, en effet, sur le mur antique, ses deux pavillons d’angle s’appuyant sur deux des quinze tours de l’enceinte gallo-romain (espaces circulaires, courtines visibles dans les caves, pièce de plan ovoïde à l’étage, côté ouest). De nombreuses contraintes techniques (proximité des murs, passages des réseaux, stockage des terres) ont limité à la fois la surface et l’amplitude des décapages. Aucun palier n’étant possible, les observations ont été effectuées depuis le haut des coupes, à partir de 1,70 m de profondeur. Les cinq sondages préimplantés n’ont ainsi pu explorer le sous-sol que jusqu’à concurrence de 3,20 à 3,50 m de profondeur. À l’instar des trois autres opérations de sondages mises en place ces dernières années, ceux du château de Messimieux n’ont finalement permis qu’un aperçu incomplet de la stratigraphie ansoise.

2Le niveau antique n’a été atteint dans aucun sondage, que ce soit intra-muros (arrêt des décapages entre 170 et 170,80 m) ou extra muros (arrêt à 170,20 m au pied du bâti et à 169,15 m, à 30 m du mur d’enceinte). Rappelons que les sondages situés à l’est ont enregistré des tegulae à 168,71 m (Rebiscoul 2003). Le toit de l’occupation antique était présumé à 172,35 m lors de l’étude de l’une des tours de l’enceinte (ressaut de fondation), et à 171,01 m (ive s.) sur la place des Frères Fournet (Feuillet et al. 1982 ; Guyon 1995). Si un effet de pente nord-sud est envisageable, force est de constater que, sur l’emprise, mobilier antique et médiéval, voire moderne, coexistent sur plusieurs niveaux. De même, tuiles et tegulae se mêlent jusqu’à la cote 172,50 m (sondage 1), 171 m et 171,70 m (sondages 2 et 3) ou 170,50 m (sondage 4). Concernant l’Antiquité, ce ne sont donc que quelques éléments céramiques tardifs (col d’amphore de Bétique, métallescente, claire B, céramiques communes grises et rouges) qui ont été recueillis. Aucun de ces tessons ne permet de remonter au-delà du iiie s., date de construction du castrum.

3Partout, c’est le Moyen Âge classique et le bas Moyen Âge qui apparaissent en fond de sondages, peut-être le haut Moyen Âge dans le sondage 2 (à 171 m). La charnière Moyen Âge/période moderne reste floue.

4Intra muros, à l’exception du sondage situé au nord-ouest du château, d’épais remblais très organiques et humides exhaussent la surface, jusqu’à la cote 172,20/172,50 m. Ils recèlent puis sous-tendent les structures médiévales, modernes et contemporaines.

5Le sondage 1, côté ouest, paraît en effet beaucoup moins humide et révèle un empierrement quadrangulaire, à la cote 172, suivi de fosse, ou même d’un fossé, associée à une suite de sols extérieurs, entre 173 et 174 m. Ces derniers pourraient correspondre à une série d’éléments architecturaux qui apparaissent dans le sondage 2, à l’est. À une probable base d’escalier à vis en usage de la fin du Moyen Âge au début du xviie s. (base insérée à 173 m), succède une cave, perpendiculaire au bâti civil mitoyen. Ces éléments ont pu être partiellement contemporains de l’ancienne maison forte de Hugonin de Laye, seigneur de Messimieux, mentionnée au xive s., et dont l’assiette reste inconnue. Tous sont recoupés par une élévation qui s’aligne sur la façade principale du château moderne. Plus à l’est encore, un sondage dans la maison dite « Chanel » livre une série de vestiges (puits, four, fosse), qui s’insèrent à différents niveaux stratigraphiques, entre 170 et 171,70 m. Un mur en élévation, dont la base n’a pu être atteinte, coexiste sans doute. La répartition verticale de ces structures indique un phasage interne aux remblais, qui n’a pas été perçu lors du décapage, humidité et pression ayant probablement contribué à modifier les mises en place originelles. Plus haut, aucun indice chronologique n’intervient, la construction de la maison Chanel fixant peut-être l’occupation du sol à cet endroit.

6Extra muros, à proximité du castrum antique, des dépôts en contre-pente (sud-nord) signalent peut-être la partie sommitale du comblement d’un large fossé d’enceinte (sondage 4). Plus haut, les sols en calcaire damé et murs sont contemporains des états antérieurs du château de Messimieux. À 30 m hors du castrum, les niveaux sont moins anthropisés, mais la base de la stratification archéologique n’est probablement pas atteinte (sondage 5). En effet, le sondage s’arrête à 169,15 m, et des tegulae ont été mises au jour, à 168,71 m, sur des sondages situés juste hors emprise, à l’est (Rebiscoul 2003). Un mur de clôture, également mis au jour lors des sondages cités précédemment, et un niveau daté des xvie-xviie s. interviennent dans cet espace à l’écart de la zone urbanisée.

7Globalement, l’amplitude stratigraphique est surprenante et aucun niveau antique en place n’est atteint à plus de 3 m de profondeur. Suite au dépôt d’épais remblais médiévaux (« terres noires » urbaines ou niveaux de démolition organiques ?) puis modernes (sols ou démolitions), la surface actuelle intra muros a bénéficié d’un fort exhaussement. Elle se situe autour de 174,10 m sur la façade nord du château, et de 173,53 m dans la maison Chanel. Extra-muros, elle varie de 173,40 m dans le sondage 4 à 172,34 m dans le sondage 5. Si la confluence naturelle de la Saône et de l’Azergues se situait auparavant plus au sud, le cours actuel de l’Azergues n’a été canalisé qu’au xviiie s. En 1983 et en 2002, la cote d’inondation dépassait encore les 173 m. Même en supposant un régime hydrographique différent de l’actuel, ces nouvelles cotes altimétriques, très basses pour l’Antiquité, renforcent les interrogations qui ont cours concernant l’environnement du castrum, ainsi que les liens existants avec l’agglomération antique ou la voie de l’Océan.

Haut de page

Bibliographie

Feuillet M.-P., Grillet C., Guilhot J.-O. 1982 : Le castrum d’Anse, rapport de fouille, Lyon.

Guyon M. 1995 : Castrum d’Anse, stratigraphies du ive au xxe s., place des frères Fournet, place Saint Cyprien, rue Saint-Albon, rue Saint-Cyprien, DFS de fouille d’évaluation archéologique.

Rebiscoul A. 2003 : Anse (Rhône) 5 rue Saint-Cyprien (parcelle AA 185, 186, 187, 282) : DFS d’opération préventive de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Coquidé, « Anse – Château de Messimieux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60216

Haut de page

Auteur

Catherine Coquidé

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Coquidé

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search