Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneAnse – La Citadelle, l’occupation...

2006
69 – Rhône

Anse – La Citadelle, l’occupation antique (phase 1)

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Catherine Coquidé

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Coquidé C. 2006 : Anse (Rhône, Rhône-Alpes) la Citadelle, l’occupation antique, phase 1, rapport final de fouille, Bron, Inrap.

Texte intégral

1La fouille gallo-romaine de La Citadelle est située à une trentaine de kilomètres au nord de Lyon. Cette opération fait suite à un projet immobilier initialement prévu sur 8,7 ha et sondé en 2001. Cinq sites du Néolithique au Moyen Âge ont été mis au jour, dont quatre, directement menacés par les travaux, ont été fouillés. Plus largement, depuis 1999, ce sont plusieurs dizaines d’hectares et quelques interventions ponctuelles qui ont permis d’aborder le potentiel archéologique d’un large secteur nord de la ville antique d’Asa Paulini (fig. 1). Les sondages avaient permis de repérer une longue section de la voie de l’Océan qui relie Lugdunum aux provinces du nord, ainsi qu’un diverticule routier bordé d’un bâti dense s’engageant dans le vallon de Pommiers. Contrairement à ce qui était attendu, aucune nécropole n’a été mise au jour et seules quelques incinérations occupent les accotements. L’étude des fossés ouest montre une gestion des ruissellements jusqu’au ive s., puis l’installation d’un chemin creux empierré médiéval.

Fig. 1 – Site de la Citadelle dans son environnement antique (synthèse des opérations « Zac »)

Fig. 1 – Site de la Citadelle dans son environnement antique (synthèse des opérations « Zac »)

Cabinet géomètre : P. Boussion ; DAO : A. Bouvier, C. Coquidé, V. Vachon (Inrap).

2C’est à distance de cet axe, au sud-ouest, qu’a été découvert le site de La Citadelle, jusqu’alors non mentionné sur la carte archéologique.

3Le projet initial s’étant scindé en plusieurs opérations immobilières, seules deux emprises non mitoyennes ont été étudiées à ce jour. Un second projet concernant la même occupation, et situé à quelques mètres de celui-ci, côté ouest, devrait voir le jour.

4Cette première phase a bénéficié d’une emprise globale élargie à l’assiette totale du projet (fig. 2). Sur les 2 080 m2 décapés, seule l’emprise I aura livré des vestiges, une partie de l’emprise II ayant été accidentellement détruite. Cette opération apporte des données inédites concernant le contexte antique de Asa Paulini, rive droite du val de Saône, en bordure de la terrasse inondable et au pied du versant des Monts du Beaujolais. Non mentionné sur la table de Peutinger au début du iiie s., Asa Paulini devient, d’après l’itinéraire d’Antonin, la première étape sur la voie de l’Océan en quittant Lugdunum vers le nord. Matérialisée par un castrum du iiie s. bien intégré à la ville contemporaine, la trame de « l’agglomération » ségusiave (?) reste pourtant totalement méconnue. Anse fédère en effet une nébuleuse d’habitats privilégiés et une nécropole (Saint-Romain), l’ensemble étagé en bas de versant sur près de 2 km nord-sud.

Fig. 2 – Coupes stratigraphiques de la voie

Fig. 2 – Coupes stratigraphiques de la voie

DAO : O. Franc, G. Macabéo, C. Plantevin, C. Vermeulen (Inrap).

5La fouille a permis de placer quelques jalons qui apportent un nouvel éclairage à ce contexte. L’emprise étend les marges nord au-delà de ce que révélait la carte archéologique, bien que les surfaces sondées ces dernières années montrent que cette extension ne se développe pas à plus de 100 m. L’occupation continue depuis la période augustéenne et l’évolution du bâti en trois périodes bien distinctes confirment que l’évolution complexe de l’implantation débute bien avant la mention sur l’itinéraire d’Antonin.

6Les premières décennies autour de l’an zéro livrent un habitat antique précoce mais marginal (four, fosse d’extraction et niveau de démolition avec enduits peints). Un réseau de fossés semble déjà quadriller l’espace. Au cours du ier s., puis du iie s., plusieurs larges espaces probablement ouverts et connectés émergent. Cet ensemble, d’une largeur d’emprise restreinte (11 m), est orienté nord-sud, et s’étend au-delà des bermes. L’installation d’une voirie, qui dessert à la fois l’amont de ce bâti et l’aval des édifices repérés côté ouest lors des sondages, matérialise la pleine expansion du site. Repérée au plus large sur 6,20 m, construite d’une succession de radiers plus ou moins caillouteux et très tôt sans fossé drainant (seul un bassin récolte les ruissellements d’une contre-pente), la chaussée devient vite une contrainte pour son environnement immédiat et participe aux dégâts observés sur les murs en contrebas.

7Ainsi, pour la première fois, un faciès de type agglomération est mis au jour à Anse, sans que l’on puisse encore présager de la trame, continue ou non, de l’ensemble. Sur l’emprise, la taille des modules d’espaces et leur disposition ne plaident pas en faveur d’une utilisation domestique. L’hypothèse d’espaces techniques, cours ou aires de stockage, a été soulevée. Un bâtiment carré (funéraire, commémoratif, cultuel ?), de faible surface intérieure (4 m2), surplombe la chaussée, et annonce l’accès à Asa Paulini ou bien les abords de la nécropole de Saint-Romain. La mise au jour d’un fragment de calotte crânienne réutilisé en outil illustre, peut-être, la proximité des premières sépultures. Le déclin de la fin du iie s. ou du début du iiie s. donne suite à une survie d’ampleur au sol plus restreinte. De petits édifices sur solins érodés puis un chemin creux et un fossé, empruntant tous deux un accès antique fossile, traversent l’Antiquité tardive jusqu’au début du haut Moyen Âge. Au vie s., une colluvion caillouteuse, peut-être issue du démantèlement du site, recouvre tous les vestiges. Lors des siècles qui suivent, un épais dépôt de bas de pente signale l’abandon de ce secteur, mais aussi l’érosion accrue des pentes, sans doute due aux défrichages (étude géomorphologique : Odile Franc, Inrap-Bron).

8Hors étude céramique, le site a bénéficié de trois études connexes concernant les enduits peints, la métallurgie et les objets métalliques. Le bas de versant très oxydé n’a en revanche pas été favorable aux études paléoenvironnementales (étude de la faune réalisée par D. Lalaï, Inrap-Bron).

9Les enduits peints, les fragments de sol en terrazzo et un stuc de colonne révèlent un bâti d’influence italique dès avant l’an zéro. « Bien que l’on ne puisse pas restituer l’aspect général de la peinture murale d’Anse, on peut supposer que cette composition présentait une distribution verticale bipartite (plinthe/zone médiane à fond monochrome) et horizontale du type rue des Farges, peinture B2bis. Ce décor était en outre doté d’une zone qui a reçu un traitement privilégié, probable support d’une emblema (décor figuré) dont il reste les filets simples sur un enduit avec apprêt à la chaux particulièrement soigné. Ces motifs appartiennent au style dit candélabre, forme précoce du troisième style pompéien, bien daté par les exemples lyonnais et viennois entre 20 et 10 av. J.-C. Ces quelques fragments attestent donc la présence pour cette période d’un habitat romain, qui, bien que de terre et de bois, était doté d’un décor de qualité constituant le premier exemple de ce style connu à Anse. » (étude des enduits peints réalisée par T. Caparros, Inrap-Pantin).

10La présence d’un atelier de forge et de soudure, au sein de deux étroites fosses mitoyennes et posées en entaille sur le versant, a été mise en évidence. Cette activité, qui n’a produit que de petites pièces lors de 36 à 40 temps de forgeage, n’a pu intervenir que sur un court laps de temps, sans doute à l’occasion de travaux particuliers. L’apparition de ces vestiges correspond à la fois à la pleine expansion du bâti au iie s. et au niveau précédant l’implantation des radiers de voie, selon l’étude de la métallurgie réalisée par A. Mélo.

11La majeure partie des éléments métalliques en fer et alliage cuivreux a été recueillie en contexte de voie, que ce soit dans les niveaux de radiers, du milieu du iie s. au début du iiie s., ou de colmatage (étude du mobilier métallique réalisée par D. Mazuy, Inrap-Bron ; étude de la monnaie réalisée par Christian Cécillion, Inrap-Bron). Ce mobilier illustre surtout la circulation quotidienne des biens et des personnes : barres, plaques diverses et clous de menuiserie, mais aussi anneaux, crampons de liaison, charnières, frettes de moyeux, clous d’appliques, clef « lève-verrou », fibule, monnaie. Une petite enclume (?) pyramidale (H. : 4,7 cm) et un mors de fer et bronze (fig. 3) sont en revanche assez exceptionnels.

Fig. 3 – Mors (alliage cuivre et fer)

Fig. 3 – Mors (alliage cuivre et fer)

Dessin : C. Plantevin (Inrap).

12Il paraît prématuré de tirer des conclusions à grande échelle à partir d’un décapage de 2 000 m2. Néanmoins, il convient de noter que la proximité de deux ouvrages d’échelle provinciale (la voie de l’Océan et le castrum) ne peut être sans conséquence pour le secteur décapé. L’activité de la Citadelle n’a pu ignorer l’axe majeur qui la borde à quelques dizaines de mètres à l’est. Ce dernier hérite probablement d’un faisceau plus ancien, la topographie du val de Saône ne laissant que peu de possibilités de circulation. Le style des enduits peints mis au jour révèle d’ailleurs une influence italique dès les dernières décennies du ier s. av. J.-C.

13Le développement de la voie majeure initialisée autour de l’an zéro correspond à la charnière entre les périodes I et II, qui voit une réorganisation de l’espace et le développement d’un bâti à vocation technique. Plus tard, au début du iiie s., la fin de la période II témoigne d’un recul de l’occupation, et matérialise peut-être l’instabilité de l’Antiquité tardive, qui conduira à la construction d’un relais routier protégé sous forme de castrum au iiie s.

14L’importance de cet axe nord-sud se lit également dans le mobilier, qui montre de nombreuses similitudes avec celui de Lyon et, au-delà, de Saint Romain-en-Gal ou de Mâcon. Les connexions est-ouest sont quasi absentes. Bien que supposé en territoire ségusiave, il existe assez peu de points communs entre les lots céramiques de « la Citadelle » et ceux du Roannais. De même, le mobilier de la rive gauche de la Saône ne trouve pas d’écho dans les ensembles d’Anse, d’après l’étude céramique réalisée par K. Grand-Giry (Inrap-Bron).

15Les résultats de cette première fouille d’archéologie préventive sur « l’agglomération » antique de Asa Paulini est totalement synchrone et mitoyenne de la zone restant à fouiller côté ouest. D’autres sondages devraient intervenir plus au sud. Ces résultats, joints à ceux de « la Citadelle », permettront de préciser la trame nord d’une implantation complexe, qu’elle soit continue ou non, et peut-être d’identifier le type d’activité dévolu à ces marges. La proximité de la nécropole et du bâti de Saint-Romain ainsi que celle du site de « Grange Baronna/Bancilion » issu de la « nébuleuse » de Asa Paulini sont également significatives.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Site de la Citadelle dans son environnement antique (synthèse des opérations « Zac »)
Crédits Cabinet géomètre : P. Boussion ; DAO : A. Bouvier, C. Coquidé, V. Vachon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
Titre Fig. 2 – Coupes stratigraphiques de la voie
Crédits DAO : O. Franc, G. Macabéo, C. Plantevin, C. Vermeulen (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Fig. 3 – Mors (alliage cuivre et fer)
Crédits Dessin : C. Plantevin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Coquidé, « Anse – La Citadelle, l’occupation antique (phase 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60221

Haut de page

Auteur

Catherine Coquidé

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Coquidé

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search