Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneChaponost – Les Viollières, fouil...

2006
69 – Rhône

Chaponost – Les Viollières, fouille d’un tronçon enterré de l’aqueduc du Gier

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Jean-René Le Nézet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Archeodunum SAS

Le Nézet J.-R. 2006 : Chaponost (Rhône) les Viollières, fouille d’un tronçon enterré de l’aqueduc du Gier, rapport de fouille, Chaponay, Archeodunum, 2 vol.

Texte intégral

1La fouille du secteur des Viollières, situé entre les nos 59 et 63 de la rue Paul-Doumer, a été consacrée à l’étude d’un segment enterré de l’aqueduc du Gier (fig. 1 et 2), la plus longue adduction d’eau alimentant la colonie de Lyon/Lugdunum. Une petite nécropole des iiie-ive s. apr. J.-C., non détectée lors des évaluations, a été découverte sur le flanc sud de l’aqueduc.

Fig. 1 – Coupe de la partie conservée de l’aqueduc

Fig. 1 – Coupe de la partie conservée de l’aqueduc

Vue vers l’est. Échelle : 1/20.

DAO : équipe de fouille (Archeodunum).

Fig. 2 – Section conservée de l’aqueduc, à l’extrémité orientale de l’emprise

Fig. 2 – Section conservée de l’aqueduc, à l’extrémité orientale de l’emprise

Vue vers l’est.

Cliché : équipe de fouille (Archeodunum).

240 m de l’aqueduc, environ, ont été étudiés. Le conduit en maçonnerie était intégralement conservé sur une longueur de 26 m. La construction forme un cadre incluant la voûte, les piédroits et la semelle. Appuyés sur la semelle de 0,35 m, les piédroits sont épais de 0,50 m et soutiennent une voûte de 0,40 m. L’extrados est protégé par une couverte de dallettes de pierres plates liées à l’argile. Intérieurement, le conduit présente une hauteur de près de 1,60 m et une largeur de 0,60 m. Le fond accuse une pente moyenne d’environ 3,3 pour mille.

3Un regard (fig. 3) a été découvert à l’extrémité orientale du tronçon préservé. Il se présente sous la forme d’un caisson de maçonnerie de 2 m de côté, légèrement plus large que le conduit. En son centre, il est percé d’un puits rectangulaire de 0,75 sur 0,60 m, dont les petits côtés sont soigneusement voûtés en claveaux. L’accès au conduit est facilité par des opes ménagées dans les parois. Ce regard devait supporter une superstructure en opus reticulatum, dont des fragments ont été retrouvés à l’intérieur du canal.

Fig. 3 – Face nord du regard

Fig. 3 – Face nord du regard

Vue en direction du sud.

Cliché : équipe de fouille (Archeodunum).

4L’ensemble de la construction est homogène, sans indice de transformation. Par contre, des éléments de l’organisation du chantier ont été relevés. Le relevé des négatifs des cintres de bois, parfaitement visibles, sur lesquels a été établie la couverture voûtée, a pu être corrélé aux différences de maçonnerie observées à l’extérieur du conduit. La longueur étudiée s’est révélée insuffisante pour en déduire un éventuel rythme correspondant aux tranches affectées aux différentes équipes œuvrant à la mise en place de l’aqueduc.

5Un enjeu majeur de cette opération concernait la date de construction de ce monument, qui demeure encore indéterminée. Les tranchées de fondation de l’aqueduc étaient susceptibles de fournir des indices de premier ordre. Elles se sont révélées stériles. Aux abords, aucune trace du chantier (aire de gâchage, de taille, etc.) n’a été détectée. Lors du diagnostic, des espoirs avaient été fondés sur la présence de fosses au contact de la structure, considérées comme antérieures à celle-ci. La fouille extensive a démontré une chronologie relative inverse. Ces fosses doivent en réalité être rattachées à une nécropole installée au sud de l’aqueduc.

Fig. 4 – Amphore funéraire St. 5

Fig. 4 – Amphore funéraire St. 5

Vue vers le nord.

Cliché : équipe de fouille (Archeodunum).

6Dix tombes de cet ensemble funéraire ont été fouillées dans le temps imparti à la fouille. La nécropole s’étend vraisemblablement au-delà de la zone d’étude. Les modes d’inhumation sont variés : en pleine terre pour la plupart, un cercueil en bois, un coffrage de tuiles et de dalles de terre cuite (dalles de suspensura), une amphore pour un enfant (fig. 5). Les squelettes étaient fortement dégradés par l’acidité du terrain granitique. Le mobilier indique une datation des iiie et ive s. apr. J.-C.

Fig. 5 – Vue de l’appareil des piédroits après démontage partiel du conduit

Fig. 5 – Vue de l’appareil des piédroits après démontage partiel du conduit

Vue vers l’ouest.

Cliché : équipe de fouille (Archeodunum).

7Si les attentes concernant la date de construction de l’aqueduc sont demeurées sans réponse, la découverte, inopinée, de cette nécropole est riche d’enseignement. Elle indique la présence proche d’une zone d’habitat, ce que corroborent quelques matériaux de construction disséminés sur le gisement. L’installation des tombes au contact direct de l’aqueduc témoigne de la disparition des mesures de protection entourant la structure hydraulique. Par conséquent, elle signe la fin de son fonctionnement normal, et, probablement, son abandon.

Haut de page

Bibliographie

Coquidé C. 2004 : Chaponost (Rhône, Rhône-Alpes) Viollières 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Coquidé C. 2005a : Chaponost (Rhône, Rhône-Alpes) Viollières 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Coquidé C. 2005b : Chaponost (Rhône, Rhône-Alpes) Viollières phase 2, avenue Paul Doumer, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe de la partie conservée de l’aqueduc
Légende Vue vers l’est. Échelle : 1/20.
Crédits DAO : équipe de fouille (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 2 – Section conservée de l’aqueduc, à l’extrémité orientale de l’emprise
Légende Vue vers l’est.
Crédits Cliché : équipe de fouille (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 3 – Face nord du regard
Légende Vue en direction du sud.
Crédits Cliché : équipe de fouille (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Fig. 4 – Amphore funéraire St. 5
Légende Vue vers le nord.
Crédits Cliché : équipe de fouille (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 5 – Vue de l’appareil des piédroits après démontage partiel du conduit
Légende Vue vers l’ouest.
Crédits Cliché : équipe de fouille (Archeodunum).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-René Le Nézet, « Chaponost – Les Viollières, fouille d’un tronçon enterré de l’aqueduc du Gier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60254

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-René Le Nézet

Archeodunum

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search