Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneSavigny – Abbatiale Saint-Martin

2006
69 – Rhône

Savigny – Abbatiale Saint-Martin

Sondage (2006)
Responsable d’opération : Olivia Puel

Notes de la rédaction

Puel O. 2006 : Bilan de la recherche sur l’abbatiale Saint-Martin de Savigny (69). Sondage d’évaluation archéologique : le chevet ; analyse archéologique du bâti : le gouttereau nord, Lyon.

Texte intégral

1Au cours de l’été 2006, une intervention archéologique a été menée afin de comprendre la morphologie et la chronologie de construction du chevet.

2Édifice dont la construction est généralement située au xie s., cette église était jusqu’alors très mal connue. Pour l’époque moderne, l’existence attestée d’un vestibule, d’une nef à trois vaisseaux, d’un transept, d’une chapelle axiale et de deux chapelles latérales, ne permet néanmoins pas de restituer un plan précis. Pour les périodes plus anciennes, les données sont encore plus rares, et le plan du chevet, notamment, peut faire l’objet de toutes les hypothèses. Or, ce point est essentiel pour savoir dans quelle tradition architecturale s’inscrit l’abbaye de Savigny au moment de son apogée, alors même qu’elle concurrence directement l’église de Lyon, la seigneurie de Beaujeu et le comté de Forez. Prône-t-elle la conservation des coutumes héritées des temps carolingiens, comme l’église de Lyon, ou au contraire favorise-t-elle un renouveau, comme l’abbaye de Cluny ?

3Le sondage, soumis à de strictes conditions de sécurité, a révélé, sous une épaisse couche de remblais contemporains, la présence de niveaux de sols en place, contre lesquels viennent buter des couches de démolition sur une hauteur de 2 m environ. Il existe trois niveaux de sols superposés et nettement différenciables, dont un sol de terre battue, auquel pourraient être associés des fragments de mosaïque trouvés dans la démolition et un lit de pose en mortier comportant des empreintes de dalles. Ce niveau le plus récent pourrait correspondre au dallage installé à la charnière des xiiie et xive s. par l’abbé Étienne de Varennes.

4Ces couches de démolition sont la résultante d’une récupération intensive des matériaux de construction au xixe s. : le mur entourant ces niveaux a été détruit jusqu’aux fondations. De ce fait, il est possible d’observer que les niveaux de sols sont installés, au moins en bordure, sur d’épaisses couches argileuses, rapportées, de toute évidence, puisqu’elles contiennent des pierres, des tegulae et quelques tessons de céramique.

5L’emplacement de ces vestiges par rapport aux murs-gouttereaux de l’abbatiale Saint-Martin, leur morphologie sensiblement semi-circulaire et la découverte de fragments de vitres et de vitraux sur le sol le plus récent, suggèrent que l’espace ainsi défini correspond à une abside axiale, qui, par projection symétrique, pourrait avoir un diamètre d’environ 7 m.

6Par ailleurs, en limite nord du sondage, une fosse perce tous ces niveaux de sols : du fait de son dégagement partiel, sa forme est mal définie. Elle semble strictement orientée et possède un angle droit au sud-est. Son remplissage par des couches de démolition laisse envisager la présence d’une structure bâtie, tel un caveau funéraire, qui aurait également été détruit au siècle dernier.

7En fin de fouilles, un dernier carré a été ouvert au centre du sondage et au pied des niveaux de sols, pour essayer, en vain, de retrouver le niveau de sol naturel. Une maçonnerie composée de gros blocs liés avec un mortier dur, jaune et graveleux est alors apparue sous les couches argileuses. Ce mur, dégagé sur une très petite surface, est probablement le ressaut de fondation du mur disparu de l’abside.

Fig. 1 – Localisation de l’église sur le plan masse révolutionnaire et sur le plan cadastral actuel

Fig. 1 – Localisation de l’église sur le plan masse révolutionnaire et sur le plan cadastral actuel

La comparaison des plans met en évidence la démolition quasi-systématique qu’a subie l’édifice dans les années 1796-1830.

Archives départementales du Rhône, 2 PL 196 ; www.cadastre.gouv.fr « Savigny : le Bourg ».

Fig. 2 – Gouttereau nord de l’église, parement interne

Fig. 2 – Gouttereau nord de l’église, parement interne

L’usage de matériaux de construction divers n’empêche pas de distinguer les trois états de de ce mur. À droite, la maçonnerie en grand appareil se termine par une harpe d’attente qui marque un temps d’arrêt volontaire dans la construction. À gauche, la maçonnerie en petit appareil très régulier bute contre la précédente : toutes deux témoignent d’une construction par enveloppement autour d’un édifice antérieur. En partie basse, le petit appareil irrégulier et hétérogène correspond à une reprise en sous-œuvre tardive.

Cliché : O. Puel.

Fig. 3 – Sondage effectué à l’emplacement du chevet de l’église : les vestiges, visibles depuis le sud, correspondent aux niveaux de sol successifs de l’abside axiale

Fig. 3 – Sondage effectué à l’emplacement du chevet de l’église : les vestiges, visibles depuis le sud, correspondent aux niveaux de sol successifs de l’abside axiale

Les murs et les absidioles latérales ont disparu lors de la récupération intensive des matériaux de construction. Seul un ressaut de fondation subsiste dans le petit sondage profond. Dans l’encadré : fragment de mosaïque, mis au jour dans les remblais de démolition, qui pourrait trahir l’existence provisoire d’un sol prestigieux.

Cliché : O. Puel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de l’église sur le plan masse révolutionnaire et sur le plan cadastral actuel
Légende La comparaison des plans met en évidence la démolition quasi-systématique qu’a subie l’édifice dans les années 1796-1830.
Crédits Archives départementales du Rhône, 2 PL 196 ; www.cadastre.gouv.fr « Savigny : le Bourg ».
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Titre Fig. 2 – Gouttereau nord de l’église, parement interne
Légende L’usage de matériaux de construction divers n’empêche pas de distinguer les trois états de de ce mur. À droite, la maçonnerie en grand appareil se termine par une harpe d’attente qui marque un temps d’arrêt volontaire dans la construction. À gauche, la maçonnerie en petit appareil très régulier bute contre la précédente : toutes deux témoignent d’une construction par enveloppement autour d’un édifice antérieur. En partie basse, le petit appareil irrégulier et hétérogène correspond à une reprise en sous-œuvre tardive.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60326/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3 – Sondage effectué à l’emplacement du chevet de l’église : les vestiges, visibles depuis le sud, correspondent aux niveaux de sol successifs de l’abside axiale
Légende Les murs et les absidioles latérales ont disparu lors de la récupération intensive des matériaux de construction. Seul un ressaut de fondation subsiste dans le petit sondage profond. Dans l’encadré : fragment de mosaïque, mis au jour dans les remblais de démolition, qui pourrait trahir l’existence provisoire d’un sol prestigieux.
Crédits Cliché : O. Puel.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Puel, « Savigny – Abbatiale Saint-Martin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60326

Haut de page

Auteur

Olivia Puel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivia Puel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search