Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneSainte-Colombe – Les Petits Jardi...

2006
69 – Rhône

Sainte-Colombe – Les Petits Jardins, RN 86, rue des Petits Jardins

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Michel Goy

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Goy M. 2006 : Sainte-Colombe (Rhône, Rhône-Alpes) les Petits Jardins, RN 86, rue des Petits Jardins, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le site présente un potentiel archéologique riche, avec une occupation attestée au moins depuis le ier s. apr. J.-C. jusqu’aux ive-vis. L’occupation antique et tardo-antique s’organise de part et d’autre d’un axe majeur de la cité, la voie romaine de Narbonnaise, qui traverse, du nord au sud, les parcelles soumises au diagnostic archéologique. Le tracé de cette voie peut être restitué sur 160 m de long, pour une largeur variant de 7,50 m à 9 m, selon les sondages. L’ensemble thermal du sud pourrait avoir une incidence sur le développement du quartier durant l’Antiquité, en délimitant des zones d’habitat et d’artisanat.

2Cette vaste zone, d’un peu moins de 2 ha, semble avoir été abandonnée dès l’Antiquité, à l’époque même où l’on note une rétraction de l’habitat sur Saint-Romain-en-Gal au début du iiis. Il n’est pas douteux de penser que la nécropole de la place de l’Égalité ait pu s’étendre au moins jusqu’au site des Petits Jardins, à 400 m au sud-est. Cette nécropole des Petits Jardins est peut-être à mettre en relation avec le martyrium paléochrétien du couvent des Dames de Sainte-Colombe (Delomier 1997), ou avec un monastère grinien proche de la voie romaine.

3Les données issues de l’atlas topographique de Vienne et de Saint-Romain-en-Gal permettent de dresser un plan d’urbanisme hypothétique dans ce secteur (fig. 1). Si la voie de Narbonnaise constitue l’axe principal, il semble possible de restituer un axe secondaire entre deux îlots urbains, dont les limites seraient fixées par la clôture entre les parcelles AB 332, 259, 260 et 258. Cette voie (?), perpendiculaire à la Narbonnaise, aboutirait à l’est vers le Rhône sur une esplanade, ou vers d’autres îlots urbains résidentiels.

Fig. 1 – Implantation des sondages et des structures

Fig. 1 – Implantation des sondages et des structures

DAO : É. Bayen, S. Couteau, D. Parent (Inrap).

Fig. 2 – Vestiges du sondage 3 : massifs rectangulaires (piliers ?), édifice, voie romaine et trottoir, fosses, niveaux de sols antiques

Fig. 2 – Vestiges du sondage 3 : massifs rectangulaires (piliers ?), édifice, voie romaine et trottoir, fosses, niveaux de sols antiques

Cliché : M. Goy (Inrap).

4Au sud de cette voie (?), les sondages ont mis en évidence une orientation parcellaire, fixée par des murs mitoyens, et dont on peut suivre la direction dans d’autres sondages. Ces murs évoquent une organisation d’habitat urbain (domus), autour d’un bassin bordé de sols en terrazzo et de pavement mosaïqué à décor végétal. Les structures construites renvoient à un plan de domus, organisé autour d’un péristyle, bordé au nord par la voie (?) transversale, à l’ouest par des quartiers artisanaux installés près de la voie Narbonnaise, et, à l’est, par une venelle et une colonnade longeant la palestre des thermes du sud. Sous le niveau de circulation de la venelle, un collecteur recouvrant un caniveau a été partiellement dégagé. Il est relié, selon toute vraisemblance, à deux autres caniveaux, qui doivent se jeter dans un grand collecteur qui passerait sous la voie est-ouest (fig. 3). À l’est de la venelle et du portique, ou de la colonnade, s’étend une zone dépourvue de structures bâties. Seul un niveau de circulation compact a été mis en évidence et interprété comme celui d’une palestre. Cette cour serait liée aux thermes du sud, et pourrait peut-être s’étendre un peu au-delà de la voie transversale.

Fig. 3 – Vestiges du sondage 8 : maçonneries, trous de poteau, caniveaux, fosse

Fig. 3 – Vestiges du sondage 8 : maçonneries, trous de poteau, caniveaux, fosse

Cliché : M. Goy (Inrap).

5À l’ouest de la domus au bassin, le long de la voie Narbonnaise, un portique sur piliers a été mis en évidence. Sous le portique, étaient ouvertes des boutiques (?), qui disposaient, sur l’arrière, de parcelles artisanales avec des sols en terre battue, où l’on a dégagé des zones de foyers et de petites installations artisanales.

6Au nord-est de la voie est-ouest, se dessine un bâtiment à galerie avec sol en portier, sur lequel s’appuie un autre bâtiment, au sujet duquel on a peu d’éléments. Il pourrait s’agir ici aussi d’une zone artisanale.

7À l’extrémité nord-ouest du site, le sondage 1 a permis de dégager, en bordure de la voie, des niveaux de sol en terre battue, les vestiges d’une boutique (?), en arrière de laquelle s’ouvre un portique orienté est-ouest, bordé probablement par un bassin (?). Le portique est accessible par un escalier depuis le niveau de circulation de la voie.

8Dans le sondage 10, dans des remblais de démolition antique, une nécropole tardive (vie-ve s.) à inhumations est à signaler. Les sépultures sont orientées vers l’est, au moins en ce qui concerne celle encore en place mais non fouillée dans la coupe. Sous ces remblais, des structures construites ont été dégagées (fig. 4), dont un mur à architecture de terre et bois, datant de l’époque de Tibère, et plus ou moins parallèle à l’orientation de la voie Narbonnaise. Un bâtiment en petit appareil a été dégagé avec un sol en terre battue (cave ?). Il s’appuie sur un mur en opus mixtum qui pourrait être daté du ier s.

Fig. 4 – Structures du sondage 10, US 96, 99, US 95

Fig. 4 – Structures du sondage 10, US 96, 99, US 95

Cliché : É. Bayen (Inrap).

9Les sondages n’ont fait qu’effleurer des niveaux de terrasse remaniée. L’horizon fersiallitique notamment, qui se trouve normalement à sa surface, est toujours en contexte remanié. Des tessons du ier s. apr. J.-C. attestent, soit d’une première fréquentation ténue, soit de premiers travaux, entraînant des remaniements d’alluvions caillouteuses, avant les constructions en dur.

10À l’appui des coupes, nous avons pu dresser une stratigraphie cumulée de l’occupation antique, qui montre que le niveau d’apparition du bâti et de la voie est assez haut, et se situe entre 154,50 NGF et 153,50 NGF, alors que le NGF actuel est à une moyenne comprise entre 155,75 NGF et 154 NGF. Le recouvrement des vestiges varie entre les sondages. Il est à peu près constant, c’est-à-dire inférieur à 1 m, entre les sondages 2, 3, 4 et 6, et supérieur à 1 m dans les autres.

11La répartition des sondages sur le projet d’aménagements publics fait apparaître des risques importants dans les parcelles AB 258, 260 et 345, et plus faibles dans la parcelle AB 316, où le bâti est absent.

Haut de page

Bibliographie

Delomier C. 1997 : Le couvent des Dames, Sainte-Colombe-les-Vienne (Rhône), Bron, Afan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Implantation des sondages et des structures
Crédits DAO : É. Bayen, S. Couteau, D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2 – Vestiges du sondage 3 : massifs rectangulaires (piliers ?), édifice, voie romaine et trottoir, fosses, niveaux de sols antiques
Crédits Cliché : M. Goy (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60358/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 3 – Vestiges du sondage 8 : maçonneries, trous de poteau, caniveaux, fosse
Crédits Cliché : M. Goy (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60358/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 – Structures du sondage 10, US 96, 99, US 95
Crédits Cliché : É. Bayen (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60358/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Goy, « Sainte-Colombe – Les Petits Jardins, RN 86, rue des Petits Jardins » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60358

Haut de page

Auteur

Michel Goy

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Goy

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search