Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200669 – RhôneVillefranche-sur-Saône – Rue de l...

2006
69 – Rhône

Villefranche-sur-Saône – Rue de la Sous-Préfecture, rue Corlin, rue Pierre-Morin, rue de la Paix : Zac centre-ville (tranche 1)

Fouille préventive (2006)
Responsable d’opération : Monique Le Nezet-Célestin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Le Nézet-Célestin M. 2008 : Villefranche-sur-Saône (Rhône, Rhône-Alpes) Zac centre-ville, 1ère tranche, rue de la Sous-Préfecture, rue Corlin, rue Pierre Morin, rue de la Paix, rapport de fouille, Bron, Inrap, 5 vol.

Texte intégral

1Le réaménagement du centre-ville (Zac du Centre-Ville) a conduit à prescrire un diagnostic sur l’ensemble du projet, réparti sur plusieurs tranches en 2003, 2004 et 2005, et la fouille d’une parcelle recouvrant une partie du couvent des Cordeliers. Cette dernière opération, réalisée par une équipe de l’Inrap dirigée par Monique Le Nézet-Célestin, a duré quatre mois et demi, en 2006. La parcelle concernée représente le tiers occidental de l’emprise du couvent et inclut le tiers de l’église et le cimetière qui lui était associé, ainsi qu’une portion du mur d’enceinte du couvent en bordure de la rue de la Paix. La sous-préfecture occupe encore aujourd’hui, à l’est, les bâtiments conventuels et la suite de l’église.

2À l’origine, le couvent est édifié au xiiie s., « extra muros », contre le rempart ouest et le fossé de la « ville franche » créée au xiie s., et dans les alluvions marécageuses du ruisseau du Morgon qui s’écoule en bordure nord avant de traverser la ville d’ouest en est. Un mur d’enceinte, renforcé de tours et fossés, l’enferme dans un premier temps sur les trois côtés tournés vers l’extérieur, formant une sorte de quadrilatère en saillie sur la ville. Au xve s., l’espace conventuel est englobé dans la ville, par la jonction des murs du couvent avec le rempart de la ville, le comblement du fossé et l’ouverture d’une porte.

3Malgré les dégradations du temps, amplifiées par les crues du Morgon, la notoriété que l’église acquiert pro­gressivement conduit à des travaux de réfection et d’embellissement. Les archives se résument à quelques informations, le plus souvent peu fiables, à partir du xve s., et à des descriptions plus détaillées des dégâts, réparations ou transformations des xviie et xviiie s. Ainsi, notamment, en 1720, l’église est agrandie et inversée. Un nouveau chœur, monumental, tourné vers l’occident, prolonge la nef au-delà de l’ancienne façade, tandis qu’un grand portail d’entrée est ouvert dans le chevet d’origine. Une nouvelle sacristie est accolée au sud du chœur. Les plans parvenus jusqu’à nous présentent ce dernier état. Ils ont été dressés au lendemain de la Révolution quand il s’est agi de trouver une nouvelle attribution à ces bâtiments devenus « biens nationaux ». L’église devenue prison en 1820 connaît de nouvelles transformations qui prédominent lors du dégagement au début de la fouille.

4Sous le dallage de la prison, deux, voire trois, états successifs de l’édifice religieux apparaissent. La première église, des xiiie et xive s., plus largement incluse dans l’enclos de la sous-préfecture, s’étend jusqu’en bordure orientale de la fouille. L’extrémité de la nef et les départs de la première façade ainsi qu’un puissant contrefort d’angle sont conservés. Une chapelle au sud et une galerie de cloître au nord l’encadrent.

5À partir du xve s., des modifications intérieures sont apportées. L’ouverture d’une sorte de chapelle privée dans le mur nord, l’installation de caveaux dans la nef et dans la chapelle sud, les réfections successives des sols et des enduits sur les murs sont autant d’exemples de ces aménagements qui ont pu être observés.

6Le cimetière se développe au-devant de l’église, sur le reste de l’emprise de la fouille jusqu’au rempart occi­dental. Les inhumations sont effectuées, pour la plupart d’entre elles, en linceul dans des fosses en pleine terre. À l’intérieur de l’église, des cercueils sont déposés au fond de fosses creusées dans le sol de la nef, et de la chapelle. Des tombes en fosses investissent un temps les premiers sols de la galerie du cloître. Des caveaux collectifs maçonnés et voûtés sont également aménagés dans l’église. Dans l’emprise de notre parcelle, un premier caveau situé dans la chapelle, a été entièrement fouillé : 103 individus, déposés au moins en deux époques à partir du xviie s., y ont été dénombrés. Un second caveau, installé contre le mur nord de la nef, très détruit, a été seulement relevé. Enfin, deux fosses collectives voisines sont installées dans le cimetière près du nouveau chœur dans le courant du xviie s.

7Sur l’ensemble de la fouille, 360 squelettes ont été prélevés (225 sépultures isolées, dont 67 cercueils dans la nef et la chapelle, auxquelles s’ajoutent les 103 individus du caveau et une trentaine d’autres regroupés dans les deux ensembles en fosses).

8La fondation massive du rempart, conservée en bordure ouest de la fouille, montre une technique de construction particulière, dite « fondation sur arcades », qui relie par des arcs de puissants piliers profondément ancrés dans le sol. Cette technique, révélée par l’étude des enceintes urbaines des xiiie et xive s., dans le nord de la France et en Belgique, et dans certains châteaux et églises franciscaines, semble moins fréquente dans notre région sauf peut-être en Auvergne.

9Lors des sondages, la découverte de fragments de céramiques protohistoriques dans les limons argileux du Morgon sur lesquels était installé le couvent posait la question d’une éventuelle occupation très ancienne du site. Après la fouille extensive de ces niveaux, il apparaît qu’il s’agit plutôt d’apports provenant d’installations sans doute proches mais non directement en place.

10L’appareil des murs, les quelques éléments d’architecture et de sculpture de l’église, encore en place ou réutilisés dans les constructions, donnent un aperçu de ce que devait être cet édifice au xiiie ou au xve s.

11En complément de l’analyse immédiate de terrain, les études de mobilier (fragments de poteries, objets, monnaies) ainsi que l’étude des blocs architecturaux et les analyses radiocarbones, apportent des éléments de datation indispensables pour reconstituer l’évolution de l’église et du cimetière.

12Pour ce qui concerne le cimetière, les datations données par l’analyse au radiocarbone des 17 squelettes prélevés dans plusieurs secteurs du cimetière permettront de restituer l’évolution de l’emprise du cimetière (maintien des limites définies dès l’origine, déplacement, extension ?), à distinguer éventuellement des périodes pour les différents types d’inhumation (en cercueil dans l’église, en pleine terre dans le cimetière et dans la galerie, ou en caveau) et à dater la mise en place des fosses collectives.

13Cette fouille et les études en cours permettront de restituer l’église des premières heures, son aspect et son évolution, et de réécrire son histoire, jusqu’alors trop largement inspirée par la légende. Le cimetière, jamais mentionné dans les archives, ni représenté sur les plans, important par son emprise et le nombre d’inhumations, ouvre de nouvelles perspectives sur les habitants de Villefranche, leurs constructions funéraires et sur le rôle du couvent dans la ville.

14La technique de construction du rempart, en fondation sur arcades, associe le couvent de Villefranche à un thème de recherche de l’archéologie médiévale initié dans le nord de la France, et qui mérite d’être repris et développé dans notre région.

Fig. 1 – Vue générale de la fouille

Fig. 1 – Vue générale de la fouille

Cliché : J. de Chervon-Villette.

Fig. 2 – Plan schématique de l’ensemble des vestiges et sépultures

Fig. 2 – Plan schématique de l’ensemble des vestiges et sépultures

DAO : P. Jacquet (Inrap).

Fig. 3 – Plans de phasages

Fig. 3 – Plans de phasages

DAO : P. Jacquet (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Bouvier A. 2003 : Villefranche-sur-Saône (Rhône, Rhône-Alpes) rue de la République, rue de la Paix, rapport d’évaluation archéologique, Bron, Inrap.

Bouvier A. 2004 : Villefranche-sur-Saône (Rhône, Rhône-Alpes) rue de la République, rue de la Paix, rapport d’évaluation archéologique, Bron, Inrap.

Bouvier A. 2005 : Villefranche-sur-Saône (Rhône, Rhône-Alpes) place de la Sous-Préfecture, square E. Poulet, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale de la fouille
Crédits Cliché : J. de Chervon-Villette.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60373/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Plan schématique de l’ensemble des vestiges et sépultures
Crédits DAO : P. Jacquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Titre Fig. 3 – Plans de phasages
Crédits DAO : P. Jacquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Le Nezet-Célestin, « Villefranche-sur-Saône – Rue de la Sous-Préfecture, rue Corlin, rue Pierre-Morin, rue de la Paix : Zac centre-ville (tranche 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60373

Haut de page

Auteur

Monique Le Nezet-Célestin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Monique Le Nezet-Célestin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search