Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200638 – IsèreHuez – Brandes-en-Oisans

2006
38 – Isère

Huez – Brandes-en-Oisans

Fouille programmée (2006)
Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Bailly-Maître M.-C. 2006 : Brandes-en-Oisans, Huez-Alpe d’Huez/Isère, programme 25, rapport 2006.

Texte intégral

1Depuis quelques années, la recherche s’était centrée sur la compréhension des aménagements hydrauliques et sur le fonctionnement des installations liées à l’utilisation de l’eau (meules de broyage du minerai actionnées par l’énergie hydraulique, bassins de lavage etc.).

2La campagne 2006 avait deux objectifs principaux : retrouver un four d’essai du minerai et démarrer un nouveau programme de recherche pluriannuel sur l’organisation spatiale du village, en commençant par la réflexion sur le système viaire (rues, disposition des maisons par rapport aux axes de communication internes, etc.).

Le four d’essai du minerai

3À Grandes, si le minerai principal est le plomb, le site est une argenterie. Les archives évoquent en 1328 et 1344, un four au loyer modeste (7 sous), probablement le four banal, et un four donné à cens pour 23 marcs d’argent, probablement un four d’essai du minerai.

4Des prospections géophysiques réalisées par le laboratoire Sisyphe (université P. et M. Curie), en 2005, ont permis de circonscrire un secteur. Le signal était ambigu, mais l’opération de fouille a cependant été entreprise en août 2006, car la situation topographique est excellente pour l’installation d’une telle structure (en extrémité de village, en bordure de falaise) et des scories de plomb ont été retrouvées.

5Le four n’a pas été découvert cet été, mais il est certainement à proximité immédiate. Ce secteur a cependant livré plusieurs bassins, dont un avait conservé sa planche de lavage. Cette dernière n’était plus en position de fonctionnement, entre le caniveau d’amenée d’eau et le bassin, mais elle confirme un enrichissement du minerai au « sluice » et permet de connaître les dimensions de ces équipements.

6La mise au jour de nouveaux bassins complète la vision de l’organisation spatiale du site, avec une « banlieue » occidentale entièrement dédiée au travail du minerai et à l’utilisation de l’eau.

L’organisation spatiale du village

7Un carrefour important domine la source Font Morelle. Là se croisent l’ancien chemin médiéval reliant Huez à Brandes, l’extrémité aval de la très importante canalisation C1, le début du chemin menant au site religieux, et, enfin, le tracé du chemin moderne qui a perturbé l’ensemble, ainsi que le démarrage d’un chemin nord/sud utilisé lors de la réexploitation de la halde septentrionale.

8L’objectif était de comprendre comment le chemin médiéval franchissait le flux amené par la canalisation C1, dans laquelle s’écoule les eaux drainées par C1 et C2 pour actionner les meules. Les fouilles des années 1990 avaient montré la que rive occidentale de C1 était renforcée par un puissant enrochement.

9La campagne 2006 a permis de mettre au jour la partie aval de cet enrochement et de constater que le tracé de la canalisation C1 fait un coude très marqué vers l’ouest. Des aménagements liés au franchissement du chenal ont été mis en évidence, sans que l’ensemble du dispositif ne soit encore totalement compris. L’hypothèse d’un passage surélevé, de type pont est la plus plausible.

Le programme d’analyses

10Parallèlement à la fouille, se développe un programme d’analyses dont l’objectif est de mieux comprendre le fonctionnement de l’entreprise minière et le mode de vie des habitants du plateau. C’est sur ce dernier volet que portent les travaux en cours, puisque plusieurs études concernent le régime alimentaire des gens de Brandes.

11Une étude carpologique est engagée à partir de sédiments prélevés cet été à l’intérieur de grands enclos sis au nord du village, qui peuvent être, soit des jardins, soit des enclos à bestiaux. Le travail porte à la fois sur les restes microscopiques et sur les macro-restes (coquilles de noix et noisettes, noyaux de fruits) provenant de l’ensemble des campagnes antérieures.

12La fouille de plusieurs dépotoirs a livré un abondant matériel osseux et une étude archéozoologique débute, avec pour objectifs de caractériser les espèces consommées, les pratiques pastorales, le mode de boucherie, la morphologie du cheptel, etc.

13Enfin, les squelettes humains font l’objet d’une nouvelle approche afin de connaître la dominante alimentaire des habitants du village : viande ou légume (analyses isotopiques), qualité des farines absorbées (qualité des meules à grains), état sanitaire de cette population à partir de l’observation des dents, mises en perspective avec le reste du squelette post-crânien, stress de croissance liés au caractère spécifique des activités professionnelles, etc.

14Parallèlement, d’autres programmes ont débuté : l’étude des tissus par le Laboratoire de restauration des tissus du musée des Tissus de Lyon, des cuirs et des minerais provenant des trois principaux centres d’extraction de l’argenteria de Brandes.

La mise en valeur du site : poursuite du programme

15Au cours de l’été 2006, la fortification a fait l’objet de travaux de confortement et de restauration, avec le remontage partiel du mur d’enceinte de façon à ce que la structure soit à nouveau visible de loin, car il s’agit d’un signal fort dans le paysage. Il reste à déblayer le fossé de l’important volume de pierres qu’il contient, afin que l’ensemble apparaisse plus nettement. En 2007, il est prévu d’installer une table d’orientation, qui donnera des explications sur le village et sur son organisation spatiale.

Autres opération en cours

16En marge, du terrain trois opérations sont en cours ;

17Le récolement de l’ensemble des relevés de terrain réalisés depuis les débuts de la fouille et mise sous forme informatique ;

18L’organisation d’un colloque, accompagné de l’exposition « Les vestiges de l’archéologie minière. De la fouille au musée » ;

19Le début de l’information des collections archéologiques sur le logiciel Micro-musée au musée d’Huez et de l’Oisans.

Fig. 1 – Restauration partielle du mur d’enceinte du shell-keep de Brandes

Fig. 1 – Restauration partielle du mur d’enceinte du shell-keep de Brandes

Cliché : Groupe d’études des mines anciennes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Restauration partielle du mur d’enceinte du shell-keep de Brandes
Crédits Cliché : Groupe d’études des mines anciennes.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, « Huez – Brandes-en-Oisans » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60504

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Christine Bailly-Maître

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search