Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200638 – IsèreSassenage – La Grande Rivoire

2006
38 – Isère

Sassenage – La Grande Rivoire

Fouille programmée (2006)
Responsable d’opération : Pierre-Yves Nicod
Notice rédigée avec Régis Picavet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Genève

Nicod P.-Y. 2006 : Fouille archéologique de la Grande Rivoire à Sassenage (Isère) : rapport de fouille 2004-2006 (opération programmée pluriannuelle 2004-2006).

Texte intégral

1La campagne 2006 a été consacrée, d’une part, à l’analyse stratigraphique des niveaux du Mésolithique et du Néolithique ancien, d’autre part, à la fouille planimétrique des dépôts de bergerie du Néolithique moyen.

2En prévision des fouilles à venir dans la partie inférieure du remplissage sédimentaire de l’abri (secteur SU16-21), nous avons ouvert deux nouvelles coupes stratigraphiques sur une longueur cumulée de 4,5 m et sur une hauteur moyenne de 1,8 m. Cette intervention a révélé des niveaux très riches en résidus de combustion (cendres et charbons) et en mobilier archéologique (silex taillés, faune, industrie osseuse). Les nombreuses armatures de flèche en silex, découvertes lors de la rectification des coupes, renvoient au Sauveterrien (triangles scalènes, pointes de Sauveterre), au Castelnovien (trapèzes) et au Néolithique ancien (troncatures inverses à retouches directes rasantes).

3Quant à la fouille planimétrique des dépôts de bergerie du Néolithique moyen, elle s’est poursuivie dans deux secteurs distincts (NR12-15 et NR16-21) sur une surface totale d’environ 30 m2. Les niveaux du Néolithique moyen II se sont montrés particulièrement pauvres en mobilier et en aménagements anthropiques. En revanche, ceux du Néolithique moyen I ont livré plusieurs foyers en cuvette, remplis de pierres chauffées, ainsi qu’un intéressant corpus céramique comprenant des récipients à embouchure déformée, des pots à anses en ruban et des faisselles.

4Au terme du programme triennal 2004-2006, nous pouvons dresser un premier bilan des recherches réalisées durant cette période sur la séquence limoneuse du Néolithique. En l’attente de datations radiocarbones qui viendront préciser la chronologie et les rythmes d’occu­pation de l’abri, le mobilier archéologique permet d’attribuer le tiers supérieur de cette séquence au Néolithique final, le tiers médian au Néolithique moyen H (« Chasséen récent », vers 4000-3700 av. J.-C.) et le tiers inférieur au Néolithique moyen I (vers 4500-4000 av. J.-C.).

5Les analyses sédimentologiques (Jacques Léopold Brochier et Bernard Moulin) ont montré que les fractions fines de ces niveaux, essentiellement limoneuses et assez fortement carbonatées, ont deux origines principales : d’une part, une abondante production d’excréments due au parcage de troupeaux d’herbivores (présence de sphérolites de calcite, fortes teneurs en matière organique, valeurs élevées en phosphates), et, d’autre part, une importante production de cendres due à des feux de bois allumés par les hommes directement sur les « fumiers » ou dans des foyers peu éloignés. Il en résulte une complexe interstratification de couches de fumiers, de couches de cendres et de couches présentant des faciès mixtes, formés par le mélange plus ou moins poussé des précédentes.

6Les premiers résultats des études des phytolithes (Claire Delhon), des pollens (Jacqueline Argant), des charbons (Stéphanie Thiébault) et des autres macrorestes (Lucie Martin) contenus dans ces fumiers, indique, pour leur part, que les troupeaux se nourrissaient principalement de branchages d’arbres et d’arbustes, peut-être consommés « sur pied » dans les zones de pâture, mais surtout récoltés et apportés dans l’abri comme fourrage (pratique de la feuillée). Le chêne (Quercus f.c.), le frêne (Fraxinus sp.), le tilleul (Tilia sp.) et le noi­setier (Corylus avellana) sont les espèces les plus fréquentes. Le sapin (Abies alba) pourrait avoir été utilisé comme fourrage ou comme litière et le gui (Viscum album) dans un but médicinal. Quant à l’apport intentionnel de rameaux d’if (Taxus baccata), il reste énigmatique, eu égard à la toxicité de cette espèce.

7Enfin, l’étude des vestiges osseux (Louis Chaix) a révélé un spectre de faune typique d’une population d’éleveurs pratiquant encore la chasse : le cheptel est dominé par les caprinés (chèvre et mouton), tandis que l’espèce la plus chassée est le cerf.

Fig. 1 – Vue de l’abri sous roche depuis la route départementale

Fig. 1 – Vue de l’abri sous roche depuis la route départementale

Cliché : P.-Y. Nicod (université de Genève).

Fig. 2 – Vues de surface dans les dépôts de bergerie du Néolithique moyen I

Fig. 2 – Vues de surface dans les dépôts de bergerie du Néolithique moyen I

1, base du décapage d107, échelle métrique sur la limite Q17-Q18 (sédiment humide) ; 2, base du décapage d108, sommet du foyer F87 échelle métrique sur la limite Q17-Q18 (sédiment sec) ; 3, corps du décapage d110 (sommet du LJ(B)/CX), échelle métrique sur la limite P17-P18 (sédiment sec) ; 4, base du décapage d110, échelle métrique sur la limite P17-P18 (sédiment humide).

Clichés : P.-Y. Nicod (université de Genève).

Fig. 3 – Macrorestes végétaux carbonisés provenant des niveaux de bergerie du Néolithique final

Fig. 3 – Macrorestes végétaux carbonisés provenant des niveaux de bergerie du Néolithique final

1, bourgeons ; 2, bourgeons ; 3, fragments apicaux d’aiguilles de sapin (Abies alba) ; 4, fragment de « tige » de mousse (Bryophyta) ; 5, graines de sureau (Sambucus nigra/racemosa) ; 6, graine de framboisier (Rubus idaeus) ; 7, fragments d’écorce de gui (Viscum album) ; 8, graines de cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) ; 9, caryopses de blé nu (Tricitum aestivum/turgudum).

Clichés : L. Martin, P.-Y. Nicod (université de Genève).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de l’abri sous roche depuis la route départementale
Crédits Cliché : P.-Y. Nicod (université de Genève).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
Titre Fig. 2 – Vues de surface dans les dépôts de bergerie du Néolithique moyen I
Légende 1, base du décapage d107, échelle métrique sur la limite Q17-Q18 (sédiment humide) ; 2, base du décapage d108, sommet du foyer F87 échelle métrique sur la limite Q17-Q18 (sédiment sec) ; 3, corps du décapage d110 (sommet du LJ(B)/CX), échelle métrique sur la limite P17-P18 (sédiment sec) ; 4, base du décapage d110, échelle métrique sur la limite P17-P18 (sédiment humide).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 – Macrorestes végétaux carbonisés provenant des niveaux de bergerie du Néolithique final
Légende 1, bourgeons ; 2, bourgeons ; 3, fragments apicaux d’aiguilles de sapin (Abies alba) ; 4, fragment de « tige » de mousse (Bryophyta) ; 5, graines de sureau (Sambucus nigra/racemosa) ; 6, graine de framboisier (Rubus idaeus) ; 7, fragments d’écorce de gui (Viscum album) ; 8, graines de cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) ; 9, caryopses de blé nu (Tricitum aestivum/turgudum).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Nicod, Régis Picavet, « Sassenage – La Grande Rivoire » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60594

Haut de page

Auteurs

Pierre-Yves Nicod

Université de Genève

Articles du même auteur

Régis Picavet

Lythos

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre-Yves Nicod

Université de Genève

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search