Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2006Projets collectifs de recherchePeuplement et milieu en Bas-Dauphiné

2006
Projets collectifs de recherche

Peuplement et milieu en Bas-Dauphiné

Projet collectif de recherche (2006)
Responsable d’opération : Jean-François Berger

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Berger J.-F. 2006 : PCR Peuplement et milieu en Bas-Dauphiné.

Texte intégral

1Le PCR a entamé sa seconde triennale en 2006, avec pour objectifs de terminer l’exploitation de la masse d’informations archéologiques et environnementales accumulées au cours des quatre premières années, et de se recentrer sur une approche société-milieu des périodes historiques, en favorisant notamment les opérations sur la période médiévale, qui n’avaient pu voir le jour auparavant. Cet objectif nécessite une prise en compte plus importante des sources écrites et cartographiques anciennes. Elle a nécessité l’incorporation de nouveaux collaborateurs spécialistes de cette période de l’Inrap, du CG 38 et de l’Ined-CNRS pour dynamiser :

  • le dépouillement des sources delphinales depuis 1338, des archives ecclésiastiques, des terriers, pouillés et des comptes de Châtellenies,
  • l’étude des cartes, cadastres disponibles depuis le xve s. et leur digitalisation dans un SIG,
  • la collaboration effective sur la plupart des chantiers de sauvetages qui se déroulent chaque année dans l’emprise géographique du PCR.

2Parallèlement, les études sur la relation société-milieu se sont poursuivies. Elles s’orientent autour de deux démarches parallèles et complémentaires, la première en archéologie spatiale et la seconde en paléoenviron-nements. Les connaissances sur l’occupation du sol depuis la fin de l’âge du Fer sont développées principalement dans trois secteurs géographiques : la plaine rhodanienne d’Aoste à Sault-Brénaz, l’ensemble des marais du pourtour de l’lsle Crémieu (Grand Plan, Verpillère, Bourgoin...), la façade occidentale des terrasses rhodaniennes de l’Isle Crémieu entre Saint-Romain-de-Jalionas et La Balme-les Grottes. La reconstitution des paysages anciens, des paléoenvironnements fluviaux et palustres et des modes de gestion d’organisation de l’espace agraire, se poursuit par l’utilisation de l’analyse régressive des paysages (cartes anciennes, terriers, cadastres, archives, photo-interprétation...), de sondages mécaniques et de carottages systématiques dans les bras morts du Rhône et des rivières locales et de sondages maintenant systématisés dans les structures hydrauliques fossiles, qui documentent aussi bien une pratique du drainage que de l’irrigation.

3Dans le secteur de Vézeronce, quatre fossés appartenant à un même réseau parcellaire d’âge antique ont été également sondés et échantillonnés.

4Dans la cuvette de La Verpillère au sud-ouest de région, plusieurs sondages ont permis de confirmer la présence d’un réseau hydraulique antique, ou antérieur, probablement destiné à une activité d’irrigation du marais. L’étude des réseaux hydrauliques fossiles de dépression de Bourgoin/La-Verpillère (> 120 km) et leur datation récente révèlent une intense exploitation de ces zones humides durant l’Antiquité et l’existence d’un probable réseau d’irrigation gaulois (date 14C des iie-ier s. av. J.-C.), qui complète les données initialement acquises sur le site du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas et confirme ainsi l’ancienneté de l’utilisation de l’hydraulique dans ce secteur de la région Rhône-Alpes, occupé par le peuple des Allobroges. Les opérations de diagnostics archéologiques programmées dans le secteur de Bourgoin, la Maladière, entre décembre 2006 et avril 2007 (Inrap) permettront de documenter l’histoire hydraulique et agraire de la partie méridionale de cette vaste cuvette lacustro-palustre, depuis le début de l’Holocène en étroite collaboration avec le PCR.

5Parallèlement aux opérations programmées, une fouille et trois diagnostics archéologiques ont été réalisés par des responsables d’opération Inrap, intégrés au PCR sur la commune d’Aoste. S. Bleu a suivi les diagnostics sur les sites de Cultieu, Pré Levay, le Bourg (impasse de la Croix d’or), qui complètent notre vision du vicus antique d’Aoste et l’extension des nécropoles. Sur le site de Cultieu, des vestiges antiques du iie s. apr. J.-C. et médiévaux des xe-xiie s. ont été mis au jour. Les sondages ont aussi permis de documenter l’évolution paléogéographique du vallon de la Bièvre en amont d’Aoste (O. Franc). A. Horry a dirigé une fouille sur le site d’Aoste-Normandoz destinée à mieux connaître les ateliers de production céramique du Bas Moyen Âge (xive s.). Des prospections géophysiques sont prévues en 2007 dans le même secteur, afin d’établir un plan précis des batteries de fours médiévaux de Normandoz dans les parcelles adjacentes.

6Les études sur l’agglomération d’Aoste nous documentent sur son extension initiale, qui apparaît nettement plus grande que les estimations initialement proposées au début des années 1990. Le fort recouvrement alluvial des rivières Guiers et Bièvre explique en grande partie les difficultés à localiser ses contours précis et son centre. Si la production artisanale demeure une originalité du vicus, un nombre d’habitats important doit y être associé (édifice thermal, colonnes romaines, murs en gros appareils, tesselles de mosaïque, enduits peints...) et une extension d’un quartier périphérique en bord du paléotracé du Rhône dans le couloir des Avenières est envisagée. Les études en photo-interprétation et en géoarchéologie ont déjà confirmé qu’un réseau hydraulique hiérarchisé parcourait l’ensemble de la confluence Rhône-Guiers dès la période augustéenne. Ces études se poursuivent avec un rythme soutenu, permettant de documenter avec précision l’histoire de la mise en valeur agricole du territoire d’Aoste dans l’Antiquité (J.-F. Berger, G. Gaucher, S. Guillon).

7L’analyse des céramiques médiévales identifiées sur les nombreux sites de création antique qui jalonnent la vallée des Avenières a permis de démontrer une importante occupation de ce secteur au cours des vie-viie s. apr. J.-C. (étude A. Horry), qui confirme une pérennisation des habitats antiques au début du Moyen Âge, malgré la défluviation du Rhône dans ce secteur, envisagée entre la fin du ier s. et le iiis.

8Les prospections et sondages programmés en 2007 et 2008 tenteront de compléter les pistes de recherche proposées et de répondre aux nouvelles hypothèses de travail sur Aoste et Bourgoin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Berger, « Peuplement et milieu en Bas-Dauphiné » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60654

Haut de page

Auteur

Jean-François Berger

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Berger

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search