Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinMeximieux – Les Granges, rue du D...

2016
01 – Ain

Meximieux – Les Granges, rue du Docteur Marc-Fuvel

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Anne-Claude Remy

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

2212380

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Remy A.-C. 2020 : Meximieux (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Les Granges, rue du Docteur Marc Fuvel, rapport de fouille, Bron, Inrap, 2 vol.

Texte intégral

1Les cinq emprises concernées par l’opération archéologique Les Granges, rue du Docteur Marc-Fuvel, sont situées au sud de la commune de Meximieux, le long de la RD1084. La fouille, d’une surface totale de 14 000 m2, a été réalisée de novembre à décembre 2016. 369 structures, toutes périodes confondues, ont été recensées, toutes localisées sur la terrasse fluvio-glaciaire présente sur toute l’emprise décapée. Bien que la majorité d’entre elles soient dépourvues de mobilier et ne puissent ainsi être rattachées avec certitude à une période précise, il est cependant possible d’esquisser la séquence générale de l’occupation.

2Les témoins les plus anciens de la Préhistoire sont principalement représentés par des aménagements funéraires. La découverte d’une sépulture à inhumation, associée à du mobilier céramique du Néolithique ancien ainsi que des parures en dentales, constitue une première dans la région. La configuration générale de cette tombe, composée d’une fosse élaborée dont le niveau d’ouverture est décalé du squelette, évoque les tombes à niche et à banquette du Bassin parisien datées du Rubané récent. « La découverte du mobilier céramique du type « Hoguette/Limbourg » est de toute première importance et apporte un nouveau jalon pour la compréhension des processus de Néolithisation du Haut Rhône français.

3Le site des Granges à Meximieux constitue en l’état des lieux, le point de découverte le plus méridional connu pour ce faciès culturel. La question relative au Néolithique ancien, et plus particulièrement à celle relevant du concept NAR (Néolithique Ancien Rhodanien), furent, à l’origine, mises en lumière à l’occasion du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, tenu les 19 et 20 septembre 1992. En effet, les travaux conduits par J.-L. Voruz et son équipe à la grotte du Gardon ont permis la mise en évidence d’une stratigraphie très détaillée pour les périodes du Néolithique ancien et moyen. La mesure 14C, réalisée sur des os du squelette de la sépulture 424 de Meximieux, a donné le résultat suivant : Ly-43269 : 6335 ± 40 BP, soit 5464 à 5218 av. J.‑C. (probabilités maximales : 5381 à 5218 av. J.‑C.). Ce résultat est donc en parfaite adéquation avec les mobiliers provenant du remplissage de la fosse sépulcrale » (P. Hénon).

4Le Néolithique moyen II est attesté par la présence d’un monument funéraire allongé court « de type Passy ». Des dépôts funéraires, aménagés à l’extrémité nord-ouest dans le fossé, sont situés dans l’axe de l’ouverture en « pince de crabe ». L’ossuaire, daté par 14C, donne le résultat suivant : LY13675 = 4780 ± 35 BP, soit 3646 à 3384 av. J.‑C. Plusieurs monuments aux plans identiques sont avérés dans l’Ain à Saint-Jean-le-Vieux (Frascone 2010) et à Saint-Vulbas (Saintot 2018 et Alix in Remy en cours) et dans la Loire à Saint-Laurent-la-Conche (Jude 2010). La présence de deux creusements parallèles sur les longs côtés laisse supposer l’existence de deux palissades calées par un blocage médian. Ce type d’aménagement est avéré sur le monument court « de type Passy » de Saint-Vulbas, lot 10, phase 2 du Parc industriel de la plaine de l’Ain (P. Alix in Remy, en cours).

5L’existence d’une enceinte du Néolithique est supposée située à proximité du monument. « Le profil en V, l’inclinaison des parois et le remplissage du fossé sont étonnants. La nature du substrat graveleux ne permet pas d’envisager une autre option qu’un comblement rapide, et cela exclut un comblement naturel progressif après le creusement de la structure. Les différents éléments argumentent dans le sens d’une tranchée de fondation. Les effets « cheminée » pourraient correspondre à un processus plus ou moins long (du haut vers la base du fossé) de remplacement de matière organique (poteaux/palissade en bois) par un sédiment assez graveleux de surface, ceci après dégradation et disparition de la superstructure, dans un environnement assez stable et présentant un sol riche en graviers. La superstructure n’a pas brûlé et les éléments entrant dans la composition de la superstructure n’ont pas été récupérés par arrachement. Aucune déstructuration n’est visible dans les coupes, d’où la possibilité d’un « processus de remplacement ». Le délinéament assez irrégulier de la structure, visible sur une longueur importante peut orienter le rattachement chronologique, avec toutes les réservés d’usage, au Néolithique » (P. Alix).

6L’occupation funéraire du lieu se poursuit au Bronze ancien, avec l’aménagement de deux sépultures à inhumations dans l’enceinte du monument. Une des sépultures « rappelle celles relevées sur les sites du Recourbe à Château-Gaillard et de la carrière Brunet à Ambérieu-en-Bugey dans les années 1980 (Vicherd 1986 ; Vicherd 1994). À quelques variantes près, telles qu’un fond plus chargé en galets dans SP9313 et des contenants à fond plat, on retrouve le même système qui consiste à surélever le contenant à l’aide de pierres, à entasser de gros galets entre les parois du contenant et celles de la fosse et à recouvrir le contenant d’une couche de terre. Les mesures du radiocarbone réalisées dans ces années présentent des intervalles très élevés. Si les auteurs ont placé ces sépultures dans le Bronze moyen (Vicherd 1994, p. 13-16), l’ensemble des mesures effectuées sur cette série invite plutôt à orienter les datations vers le Bronze ancien. L’hypothèse est validée par le dispositif funéraire : ces coffres parementés de gros galets sont bien présents au Bronze ancien, comme l’indiquent par exemple, plusieurs sites en Auvergne, dont le site de Machal à Dallet (Loison 2005) ou Petit Beaulieu à Clermont-Ferrand (Thirault 2016). Le Bronze ancien reste mal représenté du point de vue funéraire dans la région. Les exemples les plus sûrs concernent deux dépôts de crémation fouillés dans le Rhône, un à Lyon (rue Isaac, Vaise) et l’autre à Quincieux (Grange-Rouge), et deux inhumations, l’une dans le Rhône (les Feuillis à Saint-Priest) et l’autre dans l’Ain (grotte du Gardon). Ce très maigre corpus illustre une grande variabilité : un amas osseux en coffre de bois au sein d’un monument rectangulaire en pierres rue Isaac (Treffort 2015), des os calcinés, mêlés à de la vaisselle dans une grande et profonde fosse circulaire à Grange-Rouge (inédit), deux inhumations simultanées en fosse du même type à Saint-Priest (inédit), et un dépôt secondaire d’ossements à la grotte du Gardon (Havard 1991). On retiendra néanmoins l’usage de fosses de type domestique, c’est-à-dire de grandes fosses circulaires profondes, dont l’exemple de Meximieux constitue le troisième cas sur les cinq dépôts actuellement correctement documentés » (F. Blaizot).

7Le Hallstatt C et La Tène finale sont avérés mais ne concernent que quelques structures. Ces découvertes constituent néanmoins, un bruit de fond d’occupations, qui se situent vraisemblablement à proximité des emprises décapées.

8L’occupation antique constitue une découverte de première importance, également, avec la mise au jour d’un enclos fossoyé, dont l’origine pourrait remonter à la période laténienne. L’établissement est occupé principalement à la période augustéenne. La datation s’appuie sur des lots de céramiques notables (467 fragments), qui attestent de l’importance et de la conservation d’un habitat précoce antique. Celui-ci s’insère dans l’enceinte d’un enclos fossoyé trapézoïdal et s’étend à l’extérieur, au nord-est. Le peu de mobilier céramique recueilli témoigne de leur contemporanéité, avec l’installation d’un four de tuilier et d’un habitat sur sablières basses. La distribution spatiale de l’enclos montre deux ensembles bien définis, avec, au nord-ouest, un habitat sur poteaux, amphore de stockage, foyer et puits. Au sud-est, deux palissades et une troisième partielle sont orientées vers une large ouverture, avec deux puits, accès fermé, à l’extérieur de l’enclos, par un fossé formant une chicane. Les caractéristiques des aménagements (bâtiment sur poteaux, puits, foyers, fosse de stockage et four de tuilier) attestent d’une occupation rurale, domestique et artisanale structurée. Il hérite du modèle « ferme-indigène », avec l’utilisation de matériaux usuellement présents sur les exploitations agricoles antiques (bois, terres, terre cuite architecturale, blocs de calcaire et galets). L’occupation du ier s. apr. J.‑C. n’est attestée que par quelques vestiges, dont un dépôt de résidus de crémation, associé à un second non daté, le long d’un fossé de grande amplitude. « Leur situation est conforme au modèle d’implantation en petits groupes dispersés ou en tombe isolée dans le finage des habitats antiques, généralement en bordure de voies ou de fossés parcellaires, le nombre de sépultures pouvant beaucoup varier dans chacun des groupes » (F. Blaizot).

9Le site est réoccupé à la deuxième moitié́ du iie s. ou au début du iiie s. apr. J.‑C. à l’intérieur de l’enclos et à l’extérieur. Dans la partie interne, trois bâtis semi-excavés sont aménagés. À l’extérieur de l’enclos, après l’abandon et comblement d’un premier four de tuilier, deux autres lui succèdent. La fonction rurale, domestique et artisanale est avérée également pour cette phase chronologique. Les sols semi-excavés présentent les mêmes caractéristiques, mais des orientations différentes des structures de la période augustéenne. Ils s’installent au centre de l’enclos, zone non occupée auparavant. Ces vastes structures, de forme oblongue et/ou subrectangulaire, sont comblées de sédiments riches en matériaux anthropisés, tels que des terres cuites architecturales et des clous.

10Aucun élément n’atteste de la continuité de l’occupation antique au-delà du début du iiie s. apr. J.‑C. Les témoins postérieurs concernent la période moderne, avec une fourchette chronologique qui va du xviie s. au xixe s. Plusieurs fossés se superposent au cadastre napoléonien de 1839. Des fosses de plantation circulaires, aux profils et aux caractéristiques similaires, sont associées à ces limites parcellaires. La ferme des Granges située au nord-est des emprises, est mentionnée sur le cadastre napoléonien et sur la carte d’état-major au xixe s. Il nous semble cohérent de mettre en parallèle la ferme des Granges, les limites de parcelles et les fosses de plantation.

11Enfin, un certain nombre d’aménagements ne peuvent pas être datés. C’est les cas de plusieurs ensembles de trous de poteaux, de structures isolées et de fosses de plantation en grappe.

Fig. 1 – Sépulture à inhumation du Néolithique ancien

Fig. 1 – Sépulture à inhumation du Néolithique ancien

Cliché : A. Jusselle (Inrap).

Fig. 2 – Céramique du Néolithique ancien, faciès « Hoguette/Limbourg », forme no 3

Fig. 2 – Céramique du Néolithique ancien, faciès « Hoguette/Limbourg », forme no 3

Clichés : P. Hénon, J.-C. Sarrasin (Inrap).

Fig. 3 – Photogrammétrie des fours de tuiliers à l’échelle 1/100

Fig. 3 – Photogrammétrie des fours de tuiliers à l’échelle 1/100

Clichés et DAO : J. Boudry, F. Bouhris, V. Vachon (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Frascone D. 2010 : Saint-Jean-le-Vieux (Ain, Rhône-Alpes) Chemin des Colombières, rapport de fouille archéologique préventive, Bron, Inrap, 3 vol.

Havard E. 1991 : La sépulture secondaire de l’âge du Bronze moyen, in Voruz J.-L. dir. Archéologie de la grotte du gardon (Ain), rapport de fouilles 1985-1990, Ambérieu-en-Bugey, Genève, Société Préhistorique Rhodanienne, document du Département d’Anthropologie et d’écologie de l’université de Genève, 17, p. 183-188.

Jacquet P. 2001 : Saint-Priest (Rhône) Les Hauts de Feuilly zone 1, DFS de fouille d’archéologie préventive, Bron, Afan, 2 vol.

Joly J.-L. 1997 : Saint-Priest (Rhône) ZAC des Feuilly, rapport de sondages archéologiques, Bron, Afan.

Mazuy D. 2016 : Meximieux (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Les Granges, rue du Docteur Marc Fuvel, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Ramponi C. 1999a : ZAC des Feuilly Sud à Saint-Priest (Rhône) : sondages archéologiques, rapport de diagnostic, Bron, Afan, 2 vol.

Ramponi C. 1999b : Les Hauts de Feuilly à Saint-Priest (Rhône) : sondages archéologiques, Bron, Afan.

Ramponi C. 2018 : Quincieux (Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes) Grange Rouge, A46N, section Anse-Genay, rapport de fouille, Bron, Inrap, 5 vol.

Treffort J.-M. 2015 : Lyon-Vaise (Rhône) : 25-29 rue Joannès Carret et 35 rue Auguste Isaac. L’apport de trois fouilles préventives récentes à la connaissance de l’occupation de l’âge du Bronze dans la plaine de Vaise (habitat, funéraire), Bulletin de l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, p. 130-137.

Vicherd G. 1986 : Château-Gaillard (Ain), rapport de sauvetage programmé no 1224, gisement du Recourbe, Lyon, Service régional de l’archéologie, DRAC Rhône-Alpes.

Vicherd G. 1994 : Les restes humains de la nécropole protohistorique du « Recourbe » à Château-Gaillard (Ain), Paléobios, 10, 1-2-3, p. 1-65.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sépulture à inhumation du Néolithique ancien
Crédits Cliché : A. Jusselle (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 2 – Céramique du Néolithique ancien, faciès « Hoguette/Limbourg », forme no 3
Crédits Clichés : P. Hénon, J.-C. Sarrasin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Fig. 3 – Photogrammétrie des fours de tuiliers à l’échelle 1/100
Crédits Clichés et DAO : J. Boudry, F. Bouhris, V. Vachon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claude Remy, « Meximieux – Les Granges, rue du Docteur Marc-Fuvel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60794

Haut de page

Auteur

Anne-Claude Remy

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Claude Remy

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search