Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinSaint-Vulbas – Pipa, Parc industr...

2016
01 – Ain

Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (lot 7)

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Maud Le Saint Allain

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Le Saint-Allan M. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 7, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique de Saint-Vulbas, lot 7, s’inscrit dans la continuité d’une série d’opérations conduites en amont du développement du projet de Parc industriel de la plaine de l’Ain (Pipa).

2La présente opération, d’une surface de 22 ha, s’inscrit dans la continuité de deux campagnes de sondages réalisées en 2015, couvrant respectivement 8 ha pour le lot 0 (Coquidé 2015) et 33 ha pour le lot 9 (Mazuy 2016). Les données issues de ces deux interventions ont pu mettre en évidence la richesse du patrimoine archéologique de Saint-Vulbas, jusqu’alors peu documenté dans ce secteur sud du plateau. En effet, si la partie basse de la vallée du Rhône avait déjà été appréhendée lors de fouilles et de découvertes anciennes, peu d’indices venaient renseigner les parcelles au-delà, faute de projets venant motiver l’exploration mécanique.

3À la faveur de ces opérations, une vaste occupation funéraire occupant le rebord occidental du plateau vient compléter, pour la période antique, les données archéologiques situées dans les contrebas de Saint-Vulbas, où une agglomération a été reconnue. Cette nécropole, qui a fait l’objet d’une fouille récente, a conduit à la découverte d’aménagements funéraires remarquables sur une surface d’au moins 2 000 m2. D’autres gisements archéologiques ont été mis en évidence en amont et en aval de ce site et ont concerné, pour la partie nord (lot 9), une vaste nécropole néolithique.

4La partie sud, appréhendée par le lot 7, complète nos connaissances sur le secteur, par la découverte de trois occupations protohistoriques distinctes, constituées d’espaces funéraires et d’un habitat attribuable à l’âge du Bronze. Enfin, un réseau de fossés principalement orientés est/ouest permet d’enrichir les connaissances sur la trame parcellaire de la fin de l’âge du Fer jusqu’à l’époque récente.

5Un des objectifs premiers du lot 7, dont l’emprise au nord jouxtait l’importante occupation antique, était de circonscrire sa limite septentrionale et d’en confirmer les modalités de fonctionnement. À cette fin, une tranchée de 60 m de long a été disposée parallèlement à la zone de contact de la nécropole, et diverses extensions ont été pratiquées afin d’en préciser les limites.

6Les observations issues de ces investigations complètent les modalités d’occupation préalablement observées. Elles confirment le développement de la zone funéraire, bordée sur sa partie occidentale d’un fossé, sur une emprise maximale de 1 000 m2. Dans cette emprise de décapage, plus d’une vingtaine de sépultures ont été mises au jour, comptant parmi elles des fosses à inhumations ainsi que des fosses à crémations disposées de façon relativement organisée. S’y ajoutent au moins trois fosses quadrangulaires de 2 m de long pour 1,50 m de large, abordées, pour l’une d’entre elles, par le biais d’un protocole de fouille par carré, en vue d’en préciser une fonction éventuelle de bûcher. Il est difficile à ce stade d’attester cette fonction, tant ont été constatées à la fois l’extrême fragmentation du mobilier et des ossements humains brûlés, et aussi la présence de nombreux clous sans organisation apparente. Ceci illustre la complexité de ce type de structures, relevant probablement de gestes sépulcraux différents et s’échelonnant entre le ier et le ive s. apr. J.‑C.

7L’occupation antique se poursuit plus au sud, à travers une occupation domestique plus diffuse, constituée de quelques puits, de fosses diverses s’insérant dans un réseau parcellaire que l’on peut, dans quelques cas, rattacher avec certitude à la même période.

8Les connaissances sur la période protohistorique constituent un des apports non négligeable de cette opération. Elle se manifeste par la présence de trois pôles d’occupation assez bien circonscrits, s’insérant, par ailleurs, dans de grands espaces exempts de tout indice d’occupation humaine. Le premier pôle consiste en la présence de trois enclos circulaires reconnus sur une aire de 5 000 m2. Respectivement de 25, 18 et 13 m2 de diamètre externe, ils présentent des morphologies variées, sous la forme d’un fossé continu pour le plus important d’entre eux, d’un double dispositif fossoyé pour le deuxième et d’un aspect annulaire pour le dernier. Le décapage complet effectué sur l’enclos interrompu, s’il a révélé quelques rares structures internes, n’a pas cependant pas permis de dégager de sépultures associées. Un tesson céramique issu du fossé circulaire permet en revanche de confirmer son attribution chronologique au Bronze final.

9Située 200 m plus au sud, une deuxième zone relativement dense en vestiges marque la continuité de la Protohistoire ancienne dans ce secteur de rebord de plateau. Outre un quatrième enclos funéraire de 9 m de diamètre, a été mise en évidence une concentration importante de trous de poteau évoquant la présence d’un habitat. En particulier, la découverte d’un silo, ayant livré un tesson à bord digité à languette de préhension, permet d’envisager la présence d’une occupation domestique attribuable à la phase moyenne de l’âge du Bronze, période restant encore peu documentée régionalement.

10Un dernier secteur, investissant le plateau quelque 300 m plus à l’ouest, illustre encore la Protohistoire. Il se caractérise par la présence de trois enclos allongés aux angles arrondis, d’une longueur de 14 m en moyenne pour une largeur de 10 m. Orientés nord–sud, ces enclos se répartissent en une enfilade respectant un espacement régulier de 25 à 30 m. L’un d’entre eux, se développant sous la voirie actuelle, présente une interruption d’1 m au sud. Les décapages partiels n’ont pas permis de mettre en évidence de structures internes ou périphériques, et le mobilier, au regard des sondages effectués, est absent. Si ce type d’enclos n’est, dans l’état actuel de la recherche, pas représenté régionalement, ces caractéristiques renvoient à des exemples attestés principalement dans le quart nord-est de la France, où ce type d’aménagement a été largement reconnu. Souvent associés au monde funéraire, et parfois organisés en d’importantes nécropoles (Lambot 2000), ces monuments sont marqués par la pratique de l’incinération et renvoient à un horizon chronoculturel Bronze final, voire début de l’âge du Fer. Avec l’exemple récent de Champlost dans la Loire (Charvet 2012), cette découverte constitue donc une des premières occurrences, assez notable, de ce type de dispositif funéraire au sud de la Loire.

Fig. 1 – Secteur 4000, enclos allongés A, B et C de l’âge du Bronze/Hallstatt

Fig. 1 – Secteur 4000, enclos allongés A, B et C de l’âge du Bronze/Hallstatt

DAO : M. Le Saint Allain, W. Widlak (Inrap).

Fig. 2 – Secteur 4000, vue d’ensemble de l’enclos B et coupe ouest/est du fossé F206

Fig. 2 – Secteur 4000, vue d’ensemble de l’enclos B et coupe ouest/est du fossé F206

Cliché et DAO : P. Bellanger, M. Le Saint Allain, W. Widlak, équipe de fouille (Inrap).

Fig. 3 – Secteurs 2000, 3000 et 4000, vestiges archéologiques de la Protohistoire, de l’Antiquité et de datation indéterminée

Fig. 3 – Secteurs 2000, 3000 et 4000, vestiges archéologiques de la Protohistoire, de l’Antiquité et de datation indéterminée

DAO : A.-C. Remy, W. Widlak (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Coquidé C. 2015 : Saint-Vulbas (Ain, Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 0, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Coquidé C. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 0, addendum (résultats des 14C), rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Lambot C. 2000 : Les enclos funéraires en Champagne : indicateurs chronologiques, sociaux, culturels ?, Revue archéologique de Picardie, vol. 1, no 1, p. 147-159.

Mazuy D. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 9, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Secteur 4000, enclos allongés A, B et C de l’âge du Bronze/Hallstatt
Crédits DAO : M. Le Saint Allain, W. Widlak (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 2 – Secteur 4000, vue d’ensemble de l’enclos B et coupe ouest/est du fossé F206
Crédits Cliché et DAO : P. Bellanger, M. Le Saint Allain, W. Widlak, équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Fig. 3 – Secteurs 2000, 3000 et 4000, vestiges archéologiques de la Protohistoire, de l’Antiquité et de datation indéterminée
Crédits DAO : A.-C. Remy, W. Widlak (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Le Saint Allain, « Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (lot 7) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60833

Haut de page

Auteur

Maud Le Saint Allain

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maud Le Saint Allain

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search