Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinBlyes – Extension du Pipa, Zac de...

2016
01 – Ain

Blyes – Extension du Pipa, Zac de la Baccolanche (phase 1)

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Ellébore Segain

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

2212387

Chronologie :

époque contemporaine

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Segain E. 2017 : Blyes (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) extension du Pipa, Zac de la Baccolanche, phase 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Cette opération de diagnostic archéologique intervient en amont de l’extension d’une Zac par le Syndicat mixte du Parc industriel de la plaine de l’Ain (SMPipa). Cet aménagement concerne la commune de Blyes, au niveau des lieux-dits Sur la Serre, La Chave et La Baccolanche, et il forme la phase 1 de l’aménagement de la future Zac de la Baccolanche. Cet aménagement correspond au tracé routier et à un futur parking. Il impacte 58 parcelles (AA1193, AA1195, AA1199 ; A228, A234, A238 à A243, A275 à A295, A301 à A304, A376 à A378, A383 à A387, A399, A401, A402, A404, A405, A410 à A415, A417, A418 et A657). La largeur moyenne de l’emprise est de 70 m. Sur les 167 484,52 m2 concernés, 208 sondages ont été effectués, pour une surface ouverte de 11 400,30 m2, soit 6,8 % de l’emprise prescrite et 7,2 % de l’emprise accessible. L’espace a été divisé en trois secteurs, du nord au sud.

2Le terrain présente des faciès peu variés : en premier lieu, la terre végétale est assez homogène et vient recouvrir, soit un niveau limoneux dans des dépressions, soit, directement, la terrasse fluvio-glaciaire. Cette dernière présente un faciès altéré par pédogénèse en surface. La majorité des vestiges apparaît sous la terre végétale, impactant la terrasse fluvio-glaciaire.

3La carte archéologique nationale montre un grand nombre d’entités archéologiques sur Saint-Vulbas, la commune limitrophe, et beaucoup moins sur Blyes. La présence de l’homme dans ce secteur de la vallée du Rhône et la plaine de l’Ain est constatée dès la Préhistoire, même si les vestiges observés pour cette période sont rares. Les vestiges les mieux documentés jusqu’à présent concernaient la période antique. Depuis début 2011, l’élargissement du Parc industriel a permis la mise en place de diagnostics archéologiques sur ce secteur jusqu’alors peu concerné par l’archéologie préventive et, de fait, l’augmentation significative des sites découverts.

4Le diagnostic de la Zac de la Baccolanche, phase 1, n’a pas permis d’identifier de vestiges ayant livré du mobilier autre que contemporain. La majorité des vestiges restent non datés. Néanmoins, des hypothèses de datation sont présentées en fonction de la morphologie ou de la localisation des faits archéologiques découverts. En tout, 34 faits ont été mis au jour, ainsi que trois US d’origine « anthropique ». Les faits archéologiques les plus nombreux sont des structures linéaires, généralement des tronçons de fossés, qui délimitent clairement un espace anthropisé, sans qu’il ne soit construit.

5Les seuls faits qui ont fourni des éléments de datation sont liés à la période contemporaine. Il s’agit, pour le secteur 1, d’un drain et d’un empierrement, auxquels s’ajoutent deux niveaux de remblais, qui comblent sans doute une dépression d’origine inconnue. Pour le secteur 2, un grand fossé, qui a livré un fragment de bitume, a été identifié, ce qui semble cohérent avec un fossé visible sur le cadastre napoléonien.

6Plusieurs autres vestiges linéaires non datés sont apparus comme pouvant participer d’une occupation « moderne » ou « contemporaine » de l’espace, notamment par leur positionnement et leur axe, qui les rapprochent de limites identifiées sur le cadastre napoléonien. C’est le cas de deux fossés du secteur 2 et d’un niveau sédimentaire, qui forment une butte au niveau d’une limite parcellaire, tous positionnés en plein centre du secteur 2, très proches les uns des autres.

7Des vestiges non datés, mais qui pourraient être rapprochés des périodes protohistoriques ou antiques, ont été repérés dans le secteur 3. Il s’agit de quatre fossés formant un enclos quadrangulaire. Un seul angle a pu être repéré. Aucun des côtés de l’enclos n’est présent dans sa totalité dans l’emprise du diagnostic. Néanmoins, il est possible d’estimer que les fossés mesurent entre 80 et 85 m de long. L’ensemble pourrait délimiter un enclos d’environ 7 120 m2. Aucune entrée n’a été identifiée. Les fossés présentent une orientation ouest-sud-ouest – est-nord-est ou nord-nord-ouest – sud-sud-est, et une largeur allant de 1,30 m à 1,95 m. Les profondeurs conservées varient entre 0,60 et 0,86 m. Les profils sont majoritairement en « V », avec un fond plat ou concave. L’ensemble des coupes réalisées attestent de la présence de deux talus, l’un composé de sédiments plutôt limoneux, issus des niveaux supérieurs, qui auraient été stockés à l’extérieur de l’enclos ; l’autre, plus gravillonneux, provenant des niveaux inférieurs, qui aurait été stocké à l’intérieur de l’enclos. À l’intérieur de l’enclos, aucun vestige n’a été identifié.

8En bordure nord de cet enclos, une unique fosse à galet, stérile, sans galets thermofractés, a été identifiée.

9Plusieurs tronçons de fossés ont été identifiés au nord, dans le secteur 1, qui semblent former des fossés parallèles entre eux, deux par deux. Ces deux ensembles pourraient correspondre à deux voies ou chemins différents.

10Le premier, situé le plus au nord-est du site, constitue la suite d’un chemin identifié lors du diagnostic voisin du lot 3 (Goy 2016). Il se définit par ses fossés bordiers, qui suivent un axe grossièrement ouest-nord-ouest – est-sud-est. Ils sont parallèles et espacés de 4,60 m environ, de centre à centre. Le fossé nord est plus large que le fossé sud : entre 1,50 et 2,16 m de large pour le fossé nord, et entre 0,90 m et 1,10 m pour le fossé sud. Les deux présentent un profil en V à fond concave. Le fossé nord a une profondeur conservée de 0,82 m, alors que le fossé sud a une profondeur conservée de 0,65 m. Aucune ornière ni niveau de circulation n’ont été repérés entre ces fossés.

11Toujours sur le secteur 1, mais à 250 m plus au sud, deux autres fossés parallèles ont été découverts ; ils se retrouvent sur le nord du secteur 2. Ces deux fossés suivent un axe grossièrement ouest-nord-ouest – est-sud-est. Ils sont espacés de 3 m environ, de centre à centre. La largeur du fossé nord fluctue entre 0,45 et 0,50 m, quand la largeur du fossé sud varie entre 0,35 m et 0,50 m. Le fossé nord présente un profil en cuvette et une profondeur conservée de 0,22 m, alors que le fossé sud présente un profil également en cuvette et une profondeur moindre. Aucune ornière ni niveau de circulation n’a été identifié entre eux.

12D’autres tronçons de fossés, d’axes variables, ont été identifiés sur le reste de l’emprise. Ils n’ont livré aucun élément datant, et leurs axes ne correspondent pas aux limites parcellaires napoléoniennes.

13Les résultats du diagnostic révèlent donc des vestiges majoritairement non datés, et caractéristiques de paysages anthropisés mais non construits, sans doute utilisés à des fins agricoles.

Fig. 1 – Plan masse des vestiges du diagnostic de la phase 1 de la Zac de la Baccolanche, et axes restitués des fossés

Fig. 1 – Plan masse des vestiges du diagnostic de la phase 1 de la Zac de la Baccolanche, et axes restitués des fossés

DAO : V. Vachon (Inrap), E. Segain (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Goy M. 2016 : Blyes et Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la plaine de l’Ain (Pipa), lot 3, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan masse des vestiges du diagnostic de la phase 1 de la Zac de la Baccolanche, et axes restitués des fossés
Crédits DAO : V. Vachon (Inrap), E. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ellébore Segain, « Blyes – Extension du Pipa, Zac de la Baccolanche (phase 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60899

Haut de page

Auteur

Ellébore Segain

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ellébore Segain

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search