Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinFoissiat, Marboz – Gazoduc Val de...

2016
01 – Ain

Foissiat, Marboz – Gazoduc Val de Saône, tronçon R2

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Karine Raynaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Raynaud K. 2016 : Foissiat, Marboz (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) gazoduc Val de Saône, diagnostic archéologique sur le tronçon R2, rapport d’opération, diagnostic archéologique, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Cette notice scientifique porte sur les communes de Foissiat et Marboz, investies ici dans le cadre d’une opération de diagnostic portant sur l’emprise du futur gazoduc Val de Saône. Les sondages ont concerné une surface de 17 ha, disposée sous la forme d’une bande large de 30 m axée nord-sud et située à mi-chemin entre la vallée de l’Ain (25 km) et celle de la Saône (28 km). Plusieurs occupations, comprises entre le Bronze moyen 2, Bronze final 1 et le Haut-Empire, ont été identifiées, portant l’amplitude chronologique des découvertes à 3200 ans, si l’on considère la trame parcellaire attribuée au début du xviiie s. Cette opération de diagnostic est caractérisée par la forte contrainte liée à la nature linéaire du tracé, qui n’offre qu’une vision très limitée des vestiges et qui ne permet pas réellement de les intégrer dans un cadre spatial significatif.

2Pour la commune de Foissiat, les vestiges archéologiques relevés sont pour la plupart des fossés composant le maillage parcellaire de l’époque moderne, mis en place probablement lors de la construction des imposantes fermes à colombage dont certaines remontent au xvie s. Ce maillage foncier a été consigné lors du levé du cadastre napoléonien. Les vestiges plus anciens appartiennent d’abord à la Protohistoire, avec un indice de site localisé au sommet d’un plateau au lieu-dit Les Girards. Deux fosses presque jointives s’y présentent, peu profondes, mais très riches en mobilier céramique qui a pu être attribué au Bronze moyen 2 et Bronze final 1. La morphologie des fosses et la nature de la céramique définissent une occupation de type domestique, qui présente un caractère inédit si l’on considère la très faible représentation de la période, dans un périmètre restreint ou plus éloigné.

3Dans le voisinage immédiat, se trouve une occupation gallo-romaine de 4 000 m2, caractérisée par l’angle d’un enclos quadrangulaire développé hors emprise et vers l’ouest, dont le remplissage englobe des fragments de céramique et de tuiles à rebord (tegulae) qui permettent de situer son installation au Haut-Empire. Cette occupation comprend également une série de petites structures comblées de tegulae, deux trous de poteaux de faible diamètre et plusieurs autres fossés ouverts selon des axes différents et sans lien décelable avec l’enclos quadrangulaire. L’étroitesse de l’emprise et des fenêtres d’ouverture n’a pas permis de saisir la réalité spatiale de cet ensemble du ier s. apr. J.‑C. La récurrence de matériaux de démolition en rejet assure une contemporanéité sur une partie des vestiges fossoyés du site des Girards, d’autant que l’extension des vestiges sur 4 000 m2 permet de bien cerner les limites de cette occupation, au moins sur la partie concernée par l’emprise du gazoduc. À 200 m au sud, un dernier fossé gallo-romain de gabarit moyen participe à la mise en valeur de ces parcelles durant l’Antiquité, peut-être sous la forme d’une limite parcellaire appuyée et structurante pour les terrains voisins. À l’extrémité sud de l’emprise concernant la commune de Foissiat, une petite fosse isolée de plan ovale a livré quelques tessons de panse non décorée et un petit bord droit qui pourrait faire référence à un Néolithique indéterminé, par ailleurs non référencé dans le secteur.

4La plupart des sondages ouverts dans les zones dépressionnaires et les thalwegs ont révélé la présence d’une formation superficielle sablo-limoneuse enrichie en charbons de bois et affectée par des battements de nappe qui lui confèrent une teinte grisâtre. Cette unité sédimentaire naturelle est un marqueur remarquable des processus de morphogenèse qui se sont imprimés sur les versants traversés par le tracé linéaire, du fait de sa régularité texturale et pédologique et de son extension dans l’espace. La tentative de calage chronologique effectuée par datation 14C de charbons de bois prélevés à 800 m de distance s’est avérée fructueuse, avec deux résultats strictement identiques et qui calent ces incendies de grande ampleur au Moyen Âge central (cal b.c. à 2 sigmas 1020-1160 (95 %), analyses Bêta Analytic).

5La commune de Marboz, sondée sur une distance limitée à 350 m, a dévoilé une concentration de vestiges participant à plusieurs occupations successives. Les deux entités principales sont deux larges fossés gallo-romains parallèles selon une direction est-ouest et distants de 200 m. Au sud du plus méridional, d’autres segments de fossés profonds occupent une aire de 5 000 m2 sans dessiner de forme fermée compréhensible, en dehors d’un petit enclos quadrangulaire interrompu qui enserre une surface étendue hors emprise vers l’est. Ce dernier, vierge d’artefact, ne peut être daté qu’en fonction du contexte résolument gallo-romain des sondages voisins, mais la morphologie proposée et sa très faible hauteur conservée (3 cm) seraient plutôt des arguments en faveur d’une appartenance chronologique plus ancienne. L’organisation des vestiges antiques s’articule donc autour des deux fossés structurant cette partie du plateau, dont l’extrémité méridionale est rétrécie dans son contour topographique et porte la motte castrale de la Poype.

6Sur les deux communes, quelques indices ponctuels d’occupation ont été mis au jour à distance des deux sites présentés ci-dessus. Ils ne peuvent parfois pas être rattachés à une phase chronologique connue. Par ailleurs, aucun des vestiges mis au jour ne porte un quelconque caractère funéraire, renvoyant les indices enregistrés à une nature domestique ou agraire. Le niveau d’apparition des vestiges est intégralement commandé par leur position topographique : ils se présentent sous la terre végétale sur les secteurs surélevés (points hauts, plateau) et sur le tiers supérieur des versants, et sous des colluvions plus ou moins épaisses et d’âge divers, dès lors qu’ils sont localisés sous le milieu de pente. L’emplacement des témoignages archéologiques les plus probants illustre la recherche des zones de surélévation topographique, démarche qui soutient aussi les choix d’installation de l’habitat contemporain.

7Au total, les différents ensembles archéologiques identifiés relèvent d’une faible variété chronologique. Toutefois, ils apparaissent au sein d’un territoire très mal référencé et présentent de ce fait un intérêt indéniable pour la construction des composantes historiques du plateau bressan.

Fig. 1 – La fosse 133_01, néolithique ou protohistorique

Fig. 1 – La fosse 133_01, néolithique ou protohistorique

Clichés : A. Frecon, K. Raynaud (Inrap).

Fig. 2 – Dégagement du fossé gallo-romain 143_01, vue vers le sud

Fig. 2 – Dégagement du fossé gallo-romain 143_01, vue vers le sud

Cliché : K. Raynaud (Inrap).

Fig. 3 – Mobilier céramique protohistorique

Fig. 3 – Mobilier céramique protohistorique

Dessins : K. Raynaud (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La fosse 133_01, néolithique ou protohistorique
Crédits Clichés : A. Frecon, K. Raynaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 2 – Dégagement du fossé gallo-romain 143_01, vue vers le sud
Crédits Cliché : K. Raynaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 3 – Mobilier céramique protohistorique
Crédits Dessins : K. Raynaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Raynaud, « Foissiat, Marboz – Gazoduc Val de Saône, tronçon R2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60956

Haut de page

Auteur

Karine Raynaud

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Karine Raynaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search