Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinMeximieux – Les Granges, rue du D...

2016
01 – Ain

Meximieux – Les Granges, rue du Docteur Marc-Fuvel

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Dominique Mazuy

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Mazuy D. 2016 : Meximieux (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Les Granges, rue du Docteur Marc Fuvel, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Cette campagne de diagnostic est la première occasion d’évaluer le potentiel archéologique de la plaine qui s’étend au pied de la terrasse des Dombes sur la commune de Meximieux. Les opportunités de recherches, bien que peu nombreuses et dispersées dans le temps, se sont essentiellement focalisées dans l’espace urbain.

2La découverte d’un vestige antérieur à la période antique sur la commune constituerait une nouveauté (fig. 1). Il pourrait s’agir d’un fossé appartenant à un « enclos » à vocation funéraire, ou de la délimitation d’une maison à double nef dont les négatifs de trous de poteaux pourraient se trouver masqués au fond du fossé. Cependant, l’absence totale de matériel archéologique domestique rend la dernière proposition plus hypothétique. De récentes campagnes de diagnostic sur de vastes parcelles situées sur des terrasses fluvio-glaciaires identiques ont révélé une série d’aménagements de la période néolithique. Ces contextes paraissent favorables à ce type d’installations, et les potentialités de découvertes de tels gisements à proximité de la ville de Meximieux sont fortes. On peut ainsi citer, sur la commune de Saint-Vulbas, des ensembles funéraires monumentaux d’une phase ancienne du Néolithique moyen (Mazuy, Remy 2016), un habitat composé de deux maisons à double nefs datées du Néolithique (Argant 2015). Plus au nord, sur la deuxième terrasse de l’Ain, à Saint-Jean-le-Vieux, à l’occasion d’une fouille sur l’emprise d’une carrière de granulats, trois enclos à vocation funéraire datés du Néolithique moyen et un bâtiment à abside sur poteaux de 33 m de longueur pour 10 m de largeur (Frascone 2010) ont été découverts.

Fig. 1 – Enclos F31

Fig. 1 – Enclos F31

DAO : S. Couteau, G. Macabéo (Inrap).

3La richesse et la qualité des indices d’occupation recueillis dans l’aire de l’habitat aggloméré qualifié de vicus contrastent fortement avec la dispersion des traces de présence au cours de l’Antiquité dans les espaces en dehors de l’agglomération. L’emprise du diagnostic se situe à 600 m à vol d’oiseau du centre de la ville. On notera divers points ayant livré des indices et leur distance de l’opération de diagnostic : un lot monétaire au lieu-dit Étang Vivier situé à 2,4 km au nord, un four de tuilier au lieu-dit Les Carronnières situé à 2,2 km au nord-est, une nécropole au lieu-dit Taches de la Sablière à 1,3 km au sud-ouest, et un habitat au lieu-dit Chantegrillet à 1,9 km.

4Les angles de trois enclos montrent l’existence d’une division de l’espace à la période antique. Cependant, ces seuls vestiges ne permettent aucune proposition d’organisation. La présence de deux dépôts de crémation isolés (fig. 2), dont un daté de la première moitié du ier s. apr. J.-C., confirme le schéma, souvent rencontré dans ces contextes, de grandes divisions parcellaires. On notera la découverte très récente (Valois 2016) d’un grand enclos quadrangulaire et d’un dépôt de crémation datés du Haut-Empire romain sur la commune voisine de Pérouges, dans un contexte topographique et géomorphologique identique.

Fig. 2 – Dépôts de crémation

Fig. 2 – Dépôts de crémation

Cliché et DAO : équipe de fouille, S. Couteau, G. Macabéo (Inrap).

5Deux fours de tuiliers (fig. 3) matérialisent une étape emblématique dans le processus de fabrication de tuiles et peut-être d’autres types de terre cuites architecturales. Cependant, la chaîne opératoire indispensable à l’obtention de tels produits nécessite d’autres aménagements parfois vastes et répartis sur de grandes surfaces, tels des fosses ou bassins de décantation pour les argiles, des aires couvertes pour le séchage des tuiles avant cuisson. Il est donc probable, que tout ou partie des fosses rencontrées à proximité, dans les sondages voisins, ait un possible lien avec cette production. Les exemples régionaux attestant de cette activité ne sont pas nombreux. Un exemple d’atelier de tuilier est très bien illustré par une fouille effectuée en 1991 sur le site du Pinet à Moissieu-sur-Dolon, dans l’Isère, dans le cadre des fouilles préventives sur le tracé du TGV Rhône-Alpes (Lalaï 1991). À proximité d’un four de type II E, selon la classification des fours gallo-romain de F. Le Ny, de nombreuses structures associées (bassins, caniveaux, drains) confirment les différentes étapes de la fabrication et la présence d’aménagements du sol indispensable à l’implantation d’un tel atelier. Il semble que cette activité ait été pratiquée de façon périodique, répondant aux besoins d’un domaine unique. Une datation par archéomagnétisme par la méthode des « matériaux déplacés » a corroboré les résultats obtenus par l’étude du matériel céramique, soit le début du ier s. apr. J.‑C. Deux autres fours de tuilier de type II E, selon la classification des fours gallo-romains de Le Ny, et des aménagements annexes ont été fouillés sur le site du Plan sur la commune de Communay (Rhône) en 1991, et sont datés du ier s. apr. J.‑C. (Bouvier 1991).

Fig. 3 – Les fours de tuiliers

Fig. 3 – Les fours de tuiliers

DAO : S. Couteau, E. Gianola, G. Macabéo (Inrap).

6À ce stade d’évaluation, on ne peut cependant affirmer qu’il s’agit d’une fabrication artisanale pérenne ou d’une installation temporaire ayant satisfait à une demande particulière. L’ensemble de ces vestiges montre clairement que ces parcelles se situent en marge du tissu urbain, dans une zone cependant peu éloignée du centre (500 m environ), où se mêlent sans doute des activités agricoles et artisanales à une période vraisemblablement relativement précoce (courant du ier s.apr. J.‑C.).

Haut de page

Bibliographie

Bouvier A. 1993 : Communay, Le Plan (Rhône), rapport de fouille, travaux d’archéologie préventive sur le tracé de l’autoroute A 46 sud. Simandre, Afan.

Frascone D. 2010 : Saint-Jean-le-Vieux (Ain, Rhône-Alpes) chemin des Colombières, rapport de fouille, Bron, Inrap,, 3 vol., 2 pl. h.-t.

Lalaï D. 1991 : La tuilerie gallo-romaine du « Pinet » à Moissieu-sur-Dolon (Isère), rapport de fouille sur le tracé du TGV Rhône-Alpes, Lyon, Afan.

Mazuy D. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 9, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Valois A. 2016 : Pérouges (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) l’Allagnier est, l’Allagnier ouest, tranche 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Enclos F31
Crédits DAO : S. Couteau, G. Macabéo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 2 – Dépôts de crémation
Crédits Cliché et DAO : équipe de fouille, S. Couteau, G. Macabéo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60979/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 3 – Les fours de tuiliers
Crédits DAO : S. Couteau, E. Gianola, G. Macabéo (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60979/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Mazuy, « Meximieux – Les Granges, rue du Docteur Marc-Fuvel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 10 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60979

Haut de page

Auteur

Dominique Mazuy

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Mazuy

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search