Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinPérouges – L’Allagnier est, L’All...

2016
01 – Ain

Pérouges – L’Allagnier est, L’Allagnier ouest (tranche 1)

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Antoine Valois

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Valois A. 2016 : Pérouges (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) l’Allagnier est, l’Allagnier ouest, tranche 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic s’est déroulée sur une vaste zone de près de 25 ha, situé à 3 km à l’ouest de la rivière d’Ain et à 8 km du projet de grands travaux du Parc industriel de la plaine de l’Ain (Pipa). Elle est réalisée en amont d’un projet d’extension de carrière et a permis une exploration extensive de ce secteur de la commune de Pérouges. Plusieurs occupations comprises entre le Néolithique final et le Haut-Empire ont été identifiées.

2Les structures attribuées aux périodes les plus anciennes sont peu nombreuses, mais elles sont réparties sur l’ensemble de l’emprise et présentent un certain nombre de caractères inédits. Elles sont tout d’abord caractérisées par deux structures de combustion à galets thermofractés, dont l’une est rattachée au Néolithique final, d’après une datation radiocarbone sur un prélèvement de charbons. Elles sont voisines d’un épandage de galets, pour partie thermofractés, d’une fosse et d’une structure linéaire (possible fossé), qui ont également livré quelques fragments de galets thermofractés. Ces structures sont localisées au sud-est de la zone diagnostiquée et s’installent au sein d’un paléochenal bordant la limite méridionale de l’emprise, en contrebas d’une légère colline morainique. Rien n’assure pour l’instant la contemporanéité de ces structures et des foyers, mais leur proximité et l’absence de tout fait comparable sur le reste de l’emprise permettent de considérer la possibilité de leur rattachement à un même ensemble.

3Ce type d’aménagement, encore inconnu dans la proche région, soulève donc la question de sa vocation première. Ces structures pourraient en tout cas renvoyer à une fonction très spécifique, dont seule la fouille exhaustive, conduite avec une stratégie adaptée, pourrait permettre de comprendre l’organisation et le fonctionnement. Au nord-est de l’emprise, plusieurs creusements « doubles » ont été identifiés, et la fouille de l’un d’entre eux a permis de mettre en évidence un dépôt de crémation secondaire daté du Bronze ancien.

4La disposition de ces creusements « doubles », mise en relation avec les structures avoisinantes (creusements circulaires ou sub-circulaires), indique une répartition spatiale réfléchie, dont l’étendue reste encore à déterminer. Il semblerait donc que l’on soit en présence d’un espace funéraire comprenant des crémations multiples, dont l’agencement serait inédit pour cette période.

5Rappelons également la nécropole identifiée à Pérouges, sur le site de Croix Tombée, non loin de la zone prescrite, où des tombes du Néolithique, de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer ont été mises au jour.

6La zone occidentale de l’emprise a révélé l’existence de trois enclos fossoyés subrectangulaires, que la céramique permet de placer au Bronze moyen ou Bronze final 1 pour l’un d’entre eux. Les données recueillies ne permettent pas de préciser leur destination première. Toutefois, des enclos similaires, dont la vocation funéraire est attestée, ont été mis au jour à Saint-Vulbas, dans le cadre des diagnostics et des fouilles réalisés sur le Parc industriel de la plaine de l’Ain. Ainsi, sous réserve d’une confirmation par la mise au jour d’une sépulture ou de restes humains résiduels, l’hypothèse la plus probable est celle d’une fonction funéraire. Ils peuvent enrichir un corpus déjà constitué de quatorze enclos, dont six présentent une typo-morphologie similaire à ceux mis au jour sur le présent diagnostic.

7Enfin, deux négatifs de trous de poteaux, rattachés à un ensemble de neuf creusements circulaires, ont livré des fragments de céramique protohistorique (âge du Bronze/premier âge du Fer). Ils sont disposés de part et d’autre de l’angle septentrional d’un enclos antique, situé non loin de la limite orientale de l’emprise.

8L’organisation des vestiges antiques s’articule autour de deux entités principales, à savoir un enclos rectangulaire installé juste au nord du paléochenal méridional, et un dépôt mixte de crémation secondaire isolé au nord de l’emprise. Le dépôt secondaire de crémation est isolé des deux occupations funéraires précédemment citées. Le mobilier métallique, et surtout céramique, prélevé permet de le rattacher à l’Antiquité, sans plus de précision.

9L’enclos antique, installé en limite orientale de l’emprise, délimite une superficie non négligeable de près de 2 400 m2. Les fossés qui le composent ont livré quelques éléments de céramique et des tuiles antiques (tegulae), qui permettent de situer son installation au Haut-Empire, entre l’époque augustéenne et le début du iie s. apr. J.‑C. Aucun vestige archéologique n’a été observé dans cette enceinte, ce qui laisse supposer qu’il s’agit d’une installation à vocation agro-pastorale. Deux accès probables, l’un situé dans le fossé septentrional, à proximité de l’angle nord de l’enclos, et l’autre à hauteur de la zone médiane du fossé oriental, ont été observés. Cet enclos semble plutôt isolé. Toutefois, plusieurs ensembles périphériques de creusements circulaires, de dimensions réduites, posent la question de l’existence de constructions légères sur poteaux qui pourraient lui être associées.

10Ces entités archéologiques sont identifiées dans un périmètre assez restreint, au niveau de la zone orientale médiane de l’emprise. Toutefois, aucun élément datant, mobilier archéologique ou autre artefact, ne permet, pour l’instant, de déterminer une organisation précise au sein des ensembles sur poteaux ou de les mettre en relation avec les vestiges archéologiques présents alentour.

11De même, plusieurs indices ponctuels d’occupation ont été mis au jour en périphérie méridionale et occidentale de l’emprise. On observe plusieurs structures isolées qui ne peuvent, en l’état, être rattachées à une phase chronologique déjà identifiée, De même, des réseaux de fossés se développant autour d’un fossé principal, orientés selon des axes nord-est – sud-ouest et nord-ouest – sud-est, n’ont livré aucun mobilier archéologique.

12À l’exception des rares structures archéologiques mises en évidence dans les zones où la stratigraphie est développée (paléochenal), la plus grande part des vestiges, qu’ils soient pré-/protohistoriques ou gallo-romains, apparaît immédiatement sous la terre végétale, ce qui témoigne d’un arasement général observé. Cependant, la topographie de l’emprise s’avère plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord et soulève un certain nombre de questions quant à l’implantation des structures archéologiques, souvent inscrites dans l’axe du paléochenal observé au sud de l’emprise.

13Les différentes occupations mises au jour sur le présent diagnostic nous renseignent sur une installation dispersée des vestiges, dont la densité s’accroît à proximité de la limite orientale de l’emprise. L’amplitude chronologique, de près de 2 500 ans, et la variété chronotypologique des différents ensembles identifiés sont caractéristiques d’un site qui présente un intérêt indéniable pour l’étude de ce territoire. Une organisation du paysage se dessine et les dernières découvertes archéologiques, en particulier pour les périodes anciennes, mettent en évidence de vastes ensembles funéraires, encore inconnus il y a quelques années. Cette opération de diagnostic a permis d’identifier un corpus de trois nouveaux espaces funéraires bien distincts, tant chronologiquement que spatialement.

14De plus, le contexte historique met en évidence une forte concentration de zones funéraire dans un périmètre géographique restreint : moins de 10 km de rayon autour de l’emprise du diagnostic. On retiendra le tumulus et la probable nécropole découverts à Béligneux, la grande densité et richesse chronoculturelle des vestiges mis au jour à Saint-Vulbas ou encore la nécropole fouillée à la fin des années 1970 sur le site de Croix Tombée (à 1,5 km de la zone prescrite), dont les indices d’occupation s’échelonnent du Néolithique jusqu’au Moyen Âge.

Fig. 1 – Plan général des vestiges par période chronologique

Fig. 1 – Plan général des vestiges par période chronologique

Fond de plan : aménageur ; DAO : S. Couteau, V. Vachon, A. Valois (Inrap).

Fig. 2 – Plan général des vestiges antiques

Fig. 2 – Plan général des vestiges antiques

Fond de plan : aménageur ; DAO : S. Couteau, V. Vachon, A. Valois (Inrap).

Fig. 3 – Dépôt de crémation : vue en plan depuis le sud-est et détail du vase

Fig. 3 – Dépôt de crémation : vue en plan depuis le sud-est et détail du vase

Clichés : équipe de fouille, M. Légier-Nicolle, F. Notier (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges par période chronologique
Crédits Fond de plan : aménageur ; DAO : S. Couteau, V. Vachon, A. Valois (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Plan général des vestiges antiques
Crédits Fond de plan : aménageur ; DAO : S. Couteau, V. Vachon, A. Valois (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 3 – Dépôt de crémation : vue en plan depuis le sud-est et détail du vase
Crédits Clichés : équipe de fouille, M. Légier-Nicolle, F. Notier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/60991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Valois, « Pérouges – L’Allagnier est, L’Allagnier ouest (tranche 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 10 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/60991

Haut de page

Responsable d’opération

Antoine Valois

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search