Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinSaint-Vulbas – Pipa, Parc industr...

2016
01 – Ain

Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (lot 9, secteur sud-est)

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Sylvie Saintot

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Saintot S. 2018 : Saint-Vulbas et Blyes (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 9, secteur sud-est, rapport de fouille, Bron, Inrap, 2 vol.

Texte intégral

1Sur la commune de Saint-Vulbas, le secteur sud-est du lot 9 se situe dans la plaine de l’Ain, à 250 m du Rhône, en rive droite, et à 5 km de l’Ain, en rive gauche. Une opération de fouille d’une durée de trois mois a été menée sur ce secteur au lieu-dit Sur la Serre en 2016, préalablement à l’aménagement d’une Zac par le Syndicat Mixte du Parc industriel de la plaine de l’Ain (SMPipa). Elle concerne une surface de 30 000 m2. Cette fouille fait suite à un diagnostic positif réalisé par une équipe de l’Inrap (Mazuy, Remy 2016). Lors de cette phase de sondages, la découverte d’une occupation funéraire du Néolithique moyen et de plusieurs installations protohistoriques (dont un enclos funéraire) et antiques, ont donné lieu à une prescription de fouille.

2Le site est aménagé sur une terrasse fluvio-glaciaire würmienne qui s’étend au sud-ouest du massif du Bugey. Celle-ci apparaît à 209,32 m, au nord, et à 210,20 m, au sud de l’emprise. Ce secteur sud-est du Pipa se caractérise par l’absence de niveau de sol, et des vestiges archéologiques identifiés ne subsistent que les structures en creux.

3À la suite du décapage mécanique, trois grandes périodes ont été mises en évidence, celle du Néolithique moyen I (4800 et 4000 av. J.‑C.) et II (4000 à 3500 av. J.‑C.), celle de la Protohistoire (1500 à 750 av. J.‑C.) et celle de la période antique (50 av. J.‑C. à 300 apr. J.‑C.).

4L’occupation du Néolithique moyen I consiste en un vaste ensemble funéraire. Elle couvre la totalité de l’emprise de fouille, soit 3 ha, mais elle s’étend sans doute au-delà. Six monuments funéraires néolithiques ont été découverts au total, cinq lors du diagnostic (A, B, C, D et E) et un sixième lors de la fouille (F). Tous ont été traités à la main, mais partiellement, par tronçons espacés de 2 m. Leur répartition s’avère inégale car quatre d’entre eux groupés au nord sont globalement orientés est-ouest (A, B, D et F), et deux autres, situés dans la partie médiane et au sud de l’emprise, sont implantés suivant un axe nord-sud (E et C). Leurs dimensions et leurs formes architecturales varient de l’un à l’autre : 66 x 10,50 m pour le monument A, 28,50 x 8 m pour le B, 78,50 x 10 m pour le C, 38 x 10 m pour le D, 125 x 5 m pour le E, et 29 x 10 m pour le monument F. Concernant ce dernier, situé dans le prolongement immédiat du monument D et qui se poursuit plus à l’est hors emprise, sa longueur équivaut probablement à celle de l’édifice C. Au plan architectural, quelques récurrences s’observent, d’une part, les extrémités sensiblement quadrangulaires des monuments A et B, d’autre part les extrémités légèrement ensellées incluant un fossé interne des monuments F et C, même si leur orientation diffère. La structuration des longs côtés de cinq des six édifices (A, B, C, D et F) consiste en une succession d’alvéoles oblongues juxtaposées les unes aux autres et surcreusées dans la terrasse fluvio-glaciaire. La composition de ces alvéoles correspond à l’implantation d’une double rangée de trous et de calages de poteaux implantés le long des parois latérales des fossés, ces doubles palissades étant bloquées au centre par un remblai. Contrairement aux longs côtés, une seule rangée de poteaux perfore les fossés extrêmes des monuments. C’est d’ailleurs ce type d’aménagement qui particularise le monument E, ces longs côtés étant très étroits. Ces dispositifs architecturaux, plus ou moins complexes, impliquent l’ancrage de parois palissadées doublées ou non.

5Concernant les sépultures, trois ont été préservées de l’érosion. Deux sépultures individuelles en fosse proviennent du même monument (D). Il s’agit d’une fosse sub-circulaire, aménagée au centre d’un enclos quadrangulaire palissadé prolongeant le long côté sud à l’ouest (Sp 187), et d’une fosse oblongue (Sp 1006), située à 2 m de la précédente, mais dans la partie centrale du monument. Toutes deux sont parallèles, et orientées à l’identique, les défunts ayant été inhumés en position fléchie, les membres inférieurs déportés vers le côté droit, la tête à l’ouest et la face au nord. Si la première, découverte lors du diagnostic, contenait un vase à bouche carrée (Mazuy, Remy 2016), la seconde n’a livré qu’un tesson de céramique, une coupe. Un tertre a possiblement recouvert la sépulture 187 ceint par un petit enclos. Plus à l’ouest, une autre sépulture individuelle en fosse (Sp 1228), perpendiculaire au long côté est du monument E, lui est sans doute associée. Du défunt ne subsistent néanmoins que les couronnes dentaires, les maxillaires et la mandibule. Ces restent humains, même résiduels, témoignent d’une orientation est-ouest du corps, le crâne placé à l’est et la face également dirigée vers le nord, à l’égal des deux autres inhumations. Deux coupes incomplètes étaient déposées contre la paroi est de la fosse ovale. Si les monuments A, B et C n’ont pas livré de sépulture, cette absence relève davantage de facteurs taphonomiques que de faits archéologiques avérés. Ainsi le monument A a probablement accueilli une ou plusieurs inhumations, et, peut-être, un tertre au sein de l’enclos sub-circulaire aménagé dans son extrémité orientale. Seule la fonction strictement funéraire du monument B, en U, pose question. Il est possible que cet édifice de petit module puisse avoir servi uniquement de lieu de culte. Preuve en sont les mobiliers domestiques, céramiques et lithiques taillés, déposés respectivement dans les poteaux latéraux, aux extrémités est des deux longs côtés, c’est-à-dire, à l’entrée du monument. Enfin, quelques tessons de céramique, plus rarement des silex, proviennent de quatre monuments (B, C, D et F).

6Au sud du site, deux assemblages de trous de poteaux d’axe nord sud, alignés le long du monument C, sont sans doute rattachés à l’occupation néolithique. Quelques tessons de céramique proviennent de l’un des trous de poteaux de cet assemblage.

7L’occupation funéraire du Néolithique moyen II n’est représentée que par cinq structures. Il s’agit de deux fosses, d’une sépulture individuelle en fosse, d’une incinération et d’un dépôt secondaire de crémation en coffre. Aménagé dans l’abside ouest du monument F, le dépôt de crémation F 153 n’a accueilli qu’un individu. Seuls deux poinçons en os brûlés et fragmentés ont été retrouvés en surface. Quant à l’inhumation individuelle en fosse, elle est orientée nord-est – sud-ouest et un vase est associé au défunt. Une incinération qui est située à proximité de cette sépulture se rattache sans doute aussi au IVe millénaire. Enfin, deux poteaux massifs implantés dans des fosses ont peut-être pu constituer des marquages signalant les tombes.

8Pour la période protohistorique, outre un monument funéraire circulaire, deux bâtiments, cinq fosses silos fortement tronquées, et deux foyers ont été traités. Du monument funéraire circulaire de 26,50 m de diamètre ne subsiste qu’un fossé annulaire doté d’une entrée à l’ouest. Plusieurs trous de piquets situés à l’intérieur de l’enclos se rapportent vraisemblablement à une occupation hallstattienne, tout comme le bâtiment naviforme de 24 m de long, situé au sud-ouest du monument funéraire. La découverte de cet enclos funéraire et celle des structures domestiques apporte de nouvelles données permettant d’établir des comparaisons avec d’autres vestiges de ce type, connus dans la plaine de l’Ain et au-delà.

9Le mobilier datant issu de la plupart de ces structures renvoie majoritairement au premier âge du Fer, ou à la fin du Bronze final, plus rarement, au Bronze moyen. Ce polyphasage implique un séquençage d’occupation assez long au cours de la Protohistoire dans ce secteur.

10Enfin, la période antique correspond à plusieurs occupations riches en vestiges d’habitats et funéraires, et en fossés cadastraux. Les principales découvertes portent principalement sur la mise au jour d’une voirie, de plusieurs puits et dépôts secondaires de crémations, d’un établissement rural, de trois grandes fosses à vocation artisanale, et d’une canalisation. Deux longs fossés de parcellaires parallèles se rapportent peut-être également à cette période. Ces vestiges sont répartis du sud et au nord-est de l’emprise, excepté les deux fossés qui s’étendent d’est en ouest au nord du site. Si cinq structures funéraires ont été fouillées manuellement, la plupart des autres vestiges ont été traités à la mini pelle.

11Les études des mobiliers diagnostiques (céramique, petit mobilier métallique, monnaies…), placent ces vestiges entre la moitié du ier s. et le iiie s. apr. J.‑C. La découverte de ces vestiges gallo-romains, localisés en limite d’emprise, vient compléter la trame d’occupation antique mise en évidence dans le Parc industriel de la plaine de l’Ain.

12L’ensemble funéraire du Néolithique moyen I représente l’intérêt majeur du site. À 25 km plus au nord, toujours dans l’Ain, deux monuments, dont les formes architecturales sont identiques à celles des monuments A et B de Saint-Vulbas, ont d’ores et déjà été identifiés au chemin des Colombières à Saint-Jean-le-Vieux (Frascone 2010). Ces derniers, qui n’ont pas livré de sépulture en leur état médiocre de conservation, également orientés est-ouest, présentent toutefois de petits modules. L’unique tesson attribuable au Néolithique moyen I, issu de l’une des fosses de ce site, se rapporte soit à la culture des VBQ, soit à celles Cerny et Chambon du Bassin parisien (Frascone 2010, p. 88). Quant au mobilier céramique recueilli dans les tombes et dans les fossés des monuments de Saint-Vulbas, celui-ci s’apparente davantage à la culture de l’Italie du nord, de tradition des Vases à Bouches Carrées (Mazuy, Remy 2016, p. 85), voire également à celle d’obédience liguro-provençale. Ces deux sites bugeysans, Saint-Vulbas et Saint-Jean-le-Vieux, tous deux situés sur des terrasses alluviales et à proximité du Rhône et de l’Ain, renvoient aux nécropoles de type Passy du Bassin parisien qui se trouvent également en fond de vallée, le long de la Seine et de l’Yonne, en particulier (Constantin et al. 1997). Si la structuration et la composition de ces vastes ensembles funéraires varient d’une nécropole à l’autre, des récurrences, tant architecturales, que funéraires, qu’il s’agisse du mode de recrutement, du traitement du défunt et des mobiliers d’accompagnement, s’observent (Chambon, Thomas 2014).

13Ainsi, l’occupation funéraire de Saint-Vulbas, la plus méridionale pour l’heure, apporte de nouveaux éléments chronoculturels au débat sur l’identification et la caractérisation des vastes nécropoles monumentales et sur les groupes humains du Ve millénaire av. J.‑C.

Fig. 1 – Plan général du site présentant les principales phases

Fig. 1 – Plan général du site présentant les principales phases

DAO : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 2 – Vue aérienne du site lors de la fouille

Fig. 2 – Vue aérienne du site lors de la fouille

Cliché : J.-P. Guerrini (par drone), S. Saintot (Inrap), V. Vachon (Inrap).

Fig. 3 – Vue zénithale du monument A

Fig. 3 – Vue zénithale du monument A

Cliché : J.-P. Guerrini (Guerrini.jpg, photographies par drone), S. Saintot (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Chambon P., Thomas A. 2014 : Approche structurale des nécropoles monumentales du Ve millénaire dans le bassin Seine-Yonne, Bulletin de la Société préhistorique française, 2, p. 275-290.

Constantin C., Mordant D., Simonin D. (dir.) 1997 : La culture de Cerny, nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours (1994), Mémoire du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 6, Nemours.

Frascone D. 2010 : Saint-Jean-le-Vieux (Ain, Rhône-Alpes) chemin des Colombières, rapport de fouille, Bron, Inrap, 3 vol., 2 pl. h.-t.

Mazuy D. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 9, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du site présentant les principales phases
Crédits DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 2 – Vue aérienne du site lors de la fouille
Crédits Cliché : J.-P. Guerrini (par drone), S. Saintot (Inrap), V. Vachon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 3 – Vue zénithale du monument A
Crédits Cliché : J.-P. Guerrini (Guerrini.jpg, photographies par drone), S. Saintot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Saintot, « Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (lot 9, secteur sud-est) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61071

Haut de page

Auteur

Sylvie Saintot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Saintot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search