Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinSaint-Vulbas – Pipa, Parc industr...

2016
01 – Ain

Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (lot 10, phase 1)

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Ellébore Segain

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Segain E. 2017 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 10, phase 1, rapport de fouille, Bron, Inrap, 2 vol.

Texte intégral

1Cette opération de fouille archéologique intervient en amont de l’aménagement du Pipa par le Syndicat mixte du parc industriel de la plaine de l’Ain (SMPipa). Cet aménagement concerne la commune de Saint-Vulbas, au nord du lieu-dit En Pierre Blanche. Il impacte la parcelle AC 94, qui correspond au lot 10 phase 1 de l’aménagement général du Pipa. Il fait suite au diagnostic nommé « lot 10, phase 1 », mené par A.-C. Remy (Inrap) en 2016.

2La fouille, menée durant un mois en septembre-octobre 2016, a concerné une superficie de 10 000 m2. Cette superficie s’est trouvée réduite à 9 008 m2, en raison de la présence d’une haie à conserver à l’intérieur de l’emprise, et d’une zone excavée, puis remblayée, liée à la construction de bâtiments sur la parcelle voisine. En tout, 272 faits ont été identifiés.

3Le terrain présente des faciès peu variés : en premier lieu, la terre végétale est assez homogène, et vient recouvrir, soit un niveau limoneux, rendant les vestiges peu lisibles en son sein, soit, directement, la terrasse fluvio-glaciaire. Cette dernière présente un faciès altéré par pédogénèse en surface, de couleur rouille. La majorité des vestiges apparaît sous la terre végétale, impactant directement la terrasse fluvio-glaciaire.

4La carte archéologique nationale montre un grand nombre d’entités archéologiques qui font de Saint-Vulbas une commune reconnue pour son patrimoine ancien. La présence de l’homme dans ce secteur de la vallée du Rhône et de la plaine de l’Ain est constatée dès la Préhistoire, même si les vestiges observés pour cette période sont rares. Les vestiges les mieux documentés jusqu’à présent concernaient la période antique. Depuis début 2011, l’élargissement du Parc industriel a permis la mise en place de diagnostics archéologiques sur ce secteur jusqu’alors peu concerné par l’archéologie préventive. Une coordination « Grands Travaux », conduite par l’Inrap sur 258 ha du projet Pipa, ouvre sur de grandes potentialités en matière d’occupation du sol, toutes chronologies confondues.

5La fouille du lot 10 phase 1 a permis d’identifier un unique vestige ayant livré du mobilier protohistorique, mais il a révélé la présence de plusieurs enclos dont la forme, spécifique, est généralement associée aux périodes protohistoriques. Une occupation antique, définie par un enclos quadrangulaire, incomplet, et par de nombreux vestiges en creux, a également été mise au jour.

Protohistoire (âge du Bronze ?)

6La fouille a permis de découvrir un ensemble de cinq enclos de plusieurs types et modules : deux enclos subquadrangulaires de grande taille (F2028 (fig. 2) et F2003), un enclos subquadrangulaire de petite taille (F2027), un enclos circulaire (F2001), et un enclos ovalaire (F2002). Hormis l’enclos circulaire, tous présentent une orientation générale nord-nord-est – sud-sud-ouest, et un creusement fortement arasé. Néanmoins, la fouille minutieuse de ces vestiges semble attester de l’existence, ponctuelle, de recreusements. Aucun véritable aménagement, de type trou de poteau, n’a été identifié en leur sein, mais les creusements semblent présenter des bords plus abrupts côté intérieurs, qui prêtent à discussion.

7Les entrées des deux grands enclos subquadrangulaires et de l’enclos ovalaire sont orientées vers le sud, quand l’entrée de l’enclos circulaire regarde vers l’ouest. La fouille n’a pas permis de mettre au jour une sépulture, associée ou non aux enclos, que ce soit un dépôt de crémation ou une inhumation. Il est donc difficile de statuer sur l’usage funéraire de ces enclos. Les vestiges de petit diamètre mis au jour dans et autour des enclos ne semblent pas participer à leur fonctionnement. Les éléments datant manquent également, pour la quasi-totalité des enclos. Seul l’enclos F2001 a livré dans son comblement un élément typologique céramique attribuable au Bronze final.

8Ce groupement d’enclos se distingue des autres pôles d’enclos déjà identifiés sur Saint-Vulbas et ayant livré des enclos subquadrangulaires par sa distribution spatiale. En effet, les enclos sont disposés sur un axe ouest-nord-ouest – est-sud-est, contrairement à l’axe nord-nord-est – sud-sud-ouest le long duquel se distribuent les autres ensembles. Le regroupement fouillé, s’il se démarque ainsi, participe pour autant d’un même phénomène, son orientation étant à la perpendiculaire du grand axe nord-nord-est – sud-sud-ouest et venant le rejoindre par l’ouest.

Antiquité romaine

9La majorité des vestiges antiques identifiés sont rattachables au Haut-Empire. Ils forment un ensemble cohérent, qu’il faut sans doute relier aux occupations déjà identifiées lors des diagnostics précédents. Deux phases ont pu être distinguées.

10La première phase correspond à l’implantation d’un petit établissement rural daté des ier s. av. J.‑C. – ier s. apr. J.‑C., caractérisé par un enclos de plus de 50 m de côté, et dont seul l’angle sud-est est visible dans l’emprise de la fouille. Le bâtiment « A » (fig. 2) constitue le cœur de l’occupation et le lieu d’habitation, positionné quasiment au centre de l’enclos. Il a livré les vestiges très arasés d’un possible solin et d’un niveau de sol. La plus grande partie de son implantation semble localisée sous la haie qui traverse le site.

11L’enclos contient également quelques fosses et un puits. L’entrée de l’enclos est située à l’est, bordée par des fossés qui servent à délimiter des espaces annexes, comportant des bâtiments sur poteaux, vraisemblablement à usage agricole ou pastoral, et construits en matériaux légers.

12Hors de cet enclos et de ses extensions, des aménagements sur poteaux (palissades ?) sont présents à l’est, ainsi que des limites de parcelles au sud, représentées sous la forme de fossés. Les espaces ainsi délimités correspondent peut-être aux territoires cultivés dépendant de cet établissement agricole.

13Par la suite, aux environs du iie s. apr. J.‑C., cette première occupation est abandonnée, les fossés sont comblés, les bâtiments, légers ou en durs, sont détruits. Il est impossible, au vu des données collectées, de statuer sur cet abandon ni sur sa date exacte.

14Une seconde occupation prend place, aux iie-iiie s. apr. J.‑C., sous la forme d’une habitation sur poteaux porteurs construite sur les ruines de l’ancienne habitation, au cœur de l’enclos. Les fossés de ce dernier ne sont plus en activités, mais servent ponctuellement de dépotoir, notamment au sud de l’installation principale. Un bâti semi-excavé est construit aux abords du bâtiment d’habitation. Il sert peut-être d’annexe à ce dernier.

15Cette seconde occupation semble disparaître brutalement au iiie s. apr. J.‑C., abandon qu’il faut mettre en lien avec l’enfouissement d’un trésor monétaire (fig. 3), dont les dernières pièces sont datées de 260 apr. J.‑C. Ce trésor, qui comporte 936 monnaies, pourrait correspondre au pécule des habitants. Le site ne semble pas être réutilisé par la suite.

16Les résultats de cette fouille révèlent donc des vestiges pour les périodes protohistoriques et antiques. La superficie du projet permet une vision spatiale large des types d’occupations. Les occupations antiques et protohistoriques font suite à celles identifiées sur les parcelles mitoyennes lors du diagnostic du lot 10 phase 2 (Segain 2016), ou, plus loin, sur toutes les opérations de diagnostics du Pipa (Inrap) et les fouilles déjà réalisées par les sociétés Éveha et Paléotime.

Fig. 1 – Phase chronologique des vestiges

Fig. 1 – Phase chronologique des vestiges

É. Segain, V. Vachon (Inrap).

Fig. 2 – Plan de l’enclos F2028, au 1/100, et des structures environnantes

Fig. 2 – Plan de l’enclos F2028, au 1/100, et des structures environnantes

S. Couteau, É. Segain, V. Vachon (Inrap).

Fig. 3 – Bâtiment A après test mécanique de la partie nord

Fig. 3 – Bâtiment A après test mécanique de la partie nord

Cliché : J.-P. Guerrini (Photographie Aérienne Rhône-Alpes), E. Segain (Inrap).

Fig. 4 – Le trésor monétaire F1016 au décapage, vue depuis l’est

Fig. 4 – Le trésor monétaire F1016 au décapage, vue depuis l’est

Cliché : S. Binninger (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Remy A.-C. 2016 : Saint-Vulbas (Ain) Parc industriel de la plaine de l’Ain (Pipa) lot 10, phase 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Segain E. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 10, phase 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Phase chronologique des vestiges
Crédits É. Segain, V. Vachon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61076/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 2 – Plan de l’enclos F2028, au 1/100, et des structures environnantes
Crédits S. Couteau, É. Segain, V. Vachon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre Fig. 3 – Bâtiment A après test mécanique de la partie nord
Crédits Cliché : J.-P. Guerrini (Photographie Aérienne Rhône-Alpes), E. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61076/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 – Le trésor monétaire F1016 au décapage, vue depuis l’est
Crédits Cliché : S. Binninger (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61076/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ellébore Segain, « Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (lot 10, phase 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61076

Haut de page

Auteur

Ellébore Segain

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ellébore Segain

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search