Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201601 – AinSaint-Vulbas – Pipa, Parc industr...

2016
01 – Ain

Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (lot 10, phase 2)

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Ellébore Segain

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Segain E. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 10, phase 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Cette opération de diagnostic archéologique intervient en amont de l’extension d’une Zac par le Syndicat mixte du Parc industriel de la plaine de l’Ain (SMPipa). Cet aménagement concerne le lieu-dit En Pierre Blanche, sur l’emprise correspondant au lot 10 de l’aménagement. Il s’agit de la seconde phase de diagnostic relative à ce lot 10 : elle concerne les parcelles AC 94p, AC 73 et AC 85. Sur les 97 789 m2 impactés, 134 sondages ont été effectués, pour une surface ouverte de 9 660 m2, soit 9,8 % de l’emprise.

2Le terrain présente des faciès peu variés : en premier lieu, la terre végétale est assez homogène, et elle vient recouvrir, soit un niveau limoneux dans des dépressions, soit directement la terrasse fluvio-glaciaire. Cette dernière présente un faciès altéré par pédogénèse en surface. La majorité des vestiges apparaît sous la terre végétale, impactant directement la terrasse fluvio-glaciaire.

3La carte archéologique nationale montre un grand nombre d’entités archéologiques qui font de Saint-Vulbas une commune reconnue pour son patrimoine ancien. La présence de l’homme dans ce secteur de la vallée du Rhône et la plaine de l’Ain est constatée dès la Préhistoire, même si les vestiges observés pour cette période sont rares. Les vestiges les mieux documentés jusqu’à présent concernaient la période antique. Depuis début 2011, l’élargissement du Parc industriel a permis la mise en place de diagnostics archéologiques sur ce secteur jusqu’alors peu concerné par l’archéologie préventive. Une coordination « Grands travaux », conduite par l’Inrap, sur 258 ha du projet Pipa ouvre sur de larges possibilités en matière d’occupation du sol, toutes chronologies confondues.

4Le diagnostic du lot 10 phase 2 n’a pas permis d’identifier de vestiges associés à du mobilier protohistorique, mais il a révélé la présence d’un petit enclos dont la forme, spécifique, est généralement associé aux périodes protohistoriques, voire à la période laténienne. La forme complète de cet enclos n’est pas connue, car seule une moitié a été identifiée dans l’emprise du diagnostic, mais la partie visible semble dessiner une forme quadrangulaire, voire carrée, avec des angles arrondis.

5La majorité des vestiges identifiés lors du diagnostic du lot 10 phase 2 sont rattachables au Haut-Empire. Ils forment un ensemble cohérent, qu’il faut sans doute relier aux occupations déjà identifiées lors des diagnostics précédents. Quatre zones « antiques », au sens large, ont été identifiées (fig. 1). Elles se caractérisent généralement par quelques vestiges qui ont livré du mobilier gallo-romain, sans plus de précision. Lorsque de la céramique est retrouvée, elle fournit généralement un terminus post-quem du milieu du ier s. apr. J.‑C.

Fig. 1 – Plan masse des vestiges du diagnostic du lot 10 phase 2, et axes restitués des fossés

Fig. 1 – Plan masse des vestiges du diagnostic du lot 10 phase 2, et axes restitués des fossés

DAO : V. Vachon, E. Segain (Inrap).

6La première zone antique correspond à la parcelle AC 94p, partie ouest. Les vestiges antiques de cette zone correspondent à deux fossés, dont l’un constitue la suite d’un fossé d’enclos identifié et daté sur le diagnostic du lot 10 phase 1. Ce fossé d’enclos vient s’interrompre contre un autre fossé situé à l’est, sans lui être perpendiculaire. Aucun vestige n’a été identifié à l’intérieur de cet espace.

7La deuxième zone antique correspond à la grande majorité de la parcelle AC 73 (fig. 2). Une occupation de taille conséquente est clairement implantée sur cet espace. Elle se structure au nord d’une voie délimitée par deux fossés bordiers. Cette voie semble avoir été utilisée sur un temps assez long. Un dépôt secondaire de crémation a été retrouvé dans le comblement supérieur du fossé bordier ouest. L’installation humaine semble prendre place majoritairement au nord de la voie. Elle est structurée par des fossés perpendiculaires à cette dernière. Au nord, un dernier fossé, d’orientation différente, semble fermer cet espace. Différents vestiges ont été identifiés : un puits, plusieurs trous de poteaux, souvent en bordure de fossés, des fosses et des tronçons de fossés pouvant servir de limites internes à l’occupation. À l’intérieur de cet espace se développe une installation humaine avec, notamment, un atelier métallurgique, identifié grâce aux déchets paléométallurgiques découverts dans deux fosses (fig. 3). Notons également la découverte d’un peson en terre cuite (fig. 4), attestant la présence d’activité textile. Hormis ces découvertes, le type d’occupation de la zone reste indéterminé. La majorité du mobilier a été découverte à l’ouest de l’emprise, là où semblent se concentrer les vestiges. Les indices de l’habitat semblent ténus à observer, sans doute du fait d’un arasement lié aux labours.

Fig. 2 – Plan des vestiges de datation antique, secteur 5

Fig. 2 – Plan des vestiges de datation antique, secteur 5

Échelle : 1/1000.

DAO : E. Segain (Inrap).

Fig. 3 – Les fosses à déchets paléométallurgiques : plans et coupe

Fig. 3 – Les fosses à déchets paléométallurgiques : plans et coupe

DAO : G. Lupi, E. Segain (Inrap).

Fig. 4 – Peson

Fig. 4 – Peson

Clichés et DAO : S. Bigot (Inrap).

8Il est probable que plusieurs phases d’occupation se superposent sur cet espace. Hors de cet espace, au nord-est, de nombreuses fosses de plantations ont été identifiées, regroupées. Elles n’ont pu être datées, mais il est plausible de considérer qu’elles participent de cette occupation.

9La troisième zone antique correspond à la partie sud de la parcelle AC 85. Cette occupation antique se caractérise par deux noyaux distincts. Le premier, le plus au sud, correspond à l’angle d’un grand enclos situé à l’ouest de l’emprise diagnostiquée. La partie interne de l’enclos est localisée hors emprise, sous le bâtiment déjà construit. Aucun vestige n’a été identifié aux abords. Le second noyau d’implantation est caractérisé par un alignement de trous de poteau ou de fosses, identifiés majoritairement dans le même sondage. L’usage d’un tel ensemble reste indéterminé (palissade ? plantation ?).

10La quatrième et dernière zone à avoir livré des vestiges est localisée dans la partie nord de la parcelle AC 85, à cheval sur une haie. Cette zone regroupe plusieurs tronçons de fossés, qui délimitent clairement un enclos double et un système fossoyé annexe qui semble lui être contemporain (axes identiques). Si aucun élément permettant leur datation n’a été retrouvé, l’organisation et les orientations d’une partie des fossés font pencher pour une datation antique de l’ensemble. L’enclos se caractérise par un fossé interne large et profond, au profil en V, alors que le fossé externe présente un profil en cuvette, une faible profondeur et une largeur moindre. Il semble former un espace trapézoïdal, à l’image de l’enclos identifié plus à l’est sur les parcelles avoisinantes (Mazuy 2015). Au sud et à l’ouest de cet enclos, on notera la présence de deux fossés, qui semblent participer de la même occupation. Une partie a déjà été identifiée dans les sondages du diagnostic du lot 0 (Coquidé 2015 et 2016). Hormis les structures linéaires, aucun autre type de vestige n’a été mis au jour dans cette zone, ce qui empêche toute caractérisation de l’activité qui y était pratiquée.

11La superficie du projet permet d’avoir une vision spatiale large des types d’occupations rencontrés confirmant, avec la présence d’un enclos subrectangulaire, la continuité du site identifié lors du diagnostic du lot 10 phase 1 (Remy 2016). L’occupation humaine de ce territoire est attestée pour l’Antiquité, en plusieurs noyaux, dont l’un semble particulièrement riche en vestiges. Cette occupation antique du Haut-Empire fait suite à celle identifiée sur des parcelles mitoyennes de l’emprise. L’ensemble est localisé en bordure d’un faisceau viaire matérialisant un axe majeur.

Haut de page

Bibliographie

Coquidé C. 2015 : Saint-Vulbas (Ain, Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot O, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Coquidé C. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 0, addendum (résultats des 14C), rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Mazuy D. 2015 : Saint-Vulbas (Ain, Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Remy A.-C. 2016 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 10, phase 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan masse des vestiges du diagnostic du lot 10 phase 2, et axes restitués des fossés
Crédits DAO : V. Vachon, E. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 2 – Plan des vestiges de datation antique, secteur 5
Légende Échelle : 1/1000.
Crédits DAO : E. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 3 – Les fosses à déchets paléométallurgiques : plans et coupe
Crédits DAO : G. Lupi, E. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61078/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Fig. 4 – Peson
Crédits Clichés et DAO : S. Bigot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61078/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ellébore Segain, « Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (lot 10, phase 2) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61078

Haut de page

Auteur

Ellébore Segain

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ellébore Segain

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search