Navigation – Plan du site
2008

Saint-Jouin-de-Marnes – Cloître de l'abbaye

Notice rédigée par : Benoît Garros

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204617

Date de l'opération : 2008 (SU)

1L’abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes se situe aux confins du pays de Thouars, au milieu de la plaine poitevine, au nord-est du département des Deux-Sèvres. Le cloître et l’abbatiale se dressent à l’ouest de la commune de Moncontour sur une colline naturelle qui surplombe la vallée de la Dive.

2L’église abbatiale de Saint-Jouin-de-Marnes est un monument qui, depuis plusieurs années, a fait l’objet de nombreuses études. Le cloître de l’abbaye est lui, en revanche, méconnu. L’historiographie n’en fait que très peu mention. L’espace claustral connaît pourtant une histoire mouvementée à l’image de l’abbatiale. Attesté en 1139 par un acte du cartulaire de l’abbaye, il est reconstruit avec d’autres bâtiments monastiques en 1476, par Pierre d’Amboise. Cependant, les sources restent lacunaires quant à la nature des travaux. Par la suite, il est surmonté d’une infirmerie au XVIIIe  s., puis sert de cour et de bâtiments de ferme. Entre la fin du XVIIIe  s. et le début du XIXe  s., il fait peau neuve avec les restaurations de François Déverin qui dénaturent de nombreux aspects originaux du cloître. En 1862, il est protégé, avec l’église, au titre des Monuments historiques.

3C’est dans le cadre d’un projet de restauration qui comprend des travaux d’assainissement dirigé par François Jeanneau, architecte en chef des Monuments historiques que le service régional de l’Archéologie a prescrit une surveillance des terrassements afin de sauvegarder les vestiges présumés. L’opération consistait à suivre le creusement d’une tranchée à l’intérieur du cloître, au nord du mur intérieur de la galerie sud, le but étant d’installer des câbles électriques, de faire passer un tuyau d’assainissement pluvial et de créer en surface un drain naturel pour amoindrir la forte humidité qui endommageait les maçonneries.

4Le remaniement du cloître et des parcelles voisines, qui abritent toujours une partie des bâtiments de l’abbaye, a supprimé par des décaissements et des apports de remblais une partie non négligeable du contexte stratigraphique médiéval et moderne. De ce fait on ne dispose plus des niveaux d’occupation et de construction du cloître. Cependant le suivi archéologique a permis de retrouver les évolutions du bâtiment. En effet les deux ailes de retour, occidentale et orientale, ont été clairement repérées, avec des indices qui suggèrent une phase de construction au XIIe  s. Pour autant une interrogation subsiste toujours sur l’identification des murs annexes au cloître, qu’il convient de rattacher chronologiquement à cette première phase romane de part leur mise en œuvre identique. Les réaménagements de la fin du XVe  s. et du XVIIe  s. attestés par la documentation historique n’ont pas été observés lors des suivis archéologiques. De fait la reconstruction du cloître mise en œuvre par Pierre d’Amboise en 1476 a disparu sous l’adjonction d’une infirmerie dans le courant du XVIIIe  s. au-dessus de la galerie sud et sous les restaurations de François Déverin au XIXe  s. Seules des maçonneries ponctuelles témoignent d’aménagements au cours du XVIIe  s. à l’extérieur du cloître et d’une écurie adossée au mur intérieur de la galerie sud.

5GARROS Benoît 

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Benoît Garros, « Saint-Jouin-de-Marnes – Cloître de l'abbaye », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/611

Haut de page

Responsable d'opération

Benoît Garros

EP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals