Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2016InterdépartementalCommunes de Chalmazel-Jeansagnièr...

2016
Interdépartemental

Communes de Chalmazel-Jeansagnière, Sauvain et Job

Prospection diachronique (2016)
Responsable d’opération : Jacques Verrier

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Groupe de recherche archéologique de la Loire

Texte intégral

1La prospection inventaire dans les hautes Chaumes, sur les communes de Chalmazel-Jeansagnière, Sauvain (Loire) et Job (Puy-de-Dôme), a permis, entre autres résultats, de faire la découverte de 23 ensembles composés de structures semi-enterrées, d’éléments bâtis isolés ou groupés, en plus ou moins bon état de conservation, et de constructions liés à la maîtrise de l’eau.

2Des découvertes lithiques ainsi que des éléments céramiques montrent une fréquentation des lieux au Néolithique et dans l’Antiquité. Historiquement, les recherches archivistiques ont montré qu’au tout début du xiiie s. le secteur des Hautes Chaumes était occupé et sans doute exploité pour une probable activité de pastoralisme, indiquant ainsi une appropriation du milieu antérieure à cette date. Ces textes donnent aujourd’hui la datation basse de l’occupation susceptible d’évoluer. Au niveau de la terminologie, ces structures se retrouvent dans les textes sous les appellations « jas », « loge » ou « cabanne ». L’ensemble qu’elles constituent porte aussi parfois le même nom de « jas », mais aussi ceux de « jasserie » ou de « montagne ».

3Au niveau typologique, il semble que le critère de la taille puisse être lié à une chronologie, sachant que la largeur, commune à tous les types, est d’environ 4 m. Les petites structures semblent être les plus anciennes. La forme générale majoritaire est à base de quadrilatère. La forme circulaire est quasiment absente ou sujette à interprétation. Pour une première typologie, trois types ont été créés : les structures proches de la forme carrée constituent le premier type, celles mesurant entre 6 à 10 m de longueur le second. Celles mesurant plus de 10 m forment le troisième, les plus grandes structures mesurent au-delà des 20 m. Des sous-types ont été rajoutés suivant le nombre de portes et leurs positions, la présence de pièces annexes, la forme des entrées (en Y, en virgule, en couloir avec ou sans élargissement, etc.).

4Ces structures ont, à quelques exceptions près, été creusées dans le relief. Les matériaux enlevés ont pu servir à la fabrication des bourrelets situés en avant et sur les côtés. La partie arrière est enfoncée dans ce relief. Ces structures ne possèdent pas de bourrelet ou bien alors ce dernier est très peu marqué. La présence de pierres dans les bourrelets, comme dans les piédroits des portes, est courante, tout comme l’utilisation opportuniste de blocs.

5Parmi les ensembles repérés, trois grandes périodes de construction ont été identifiées. Elles nécessiteront d’être affinées, notamment pour la plus ancienne.

6La première se place dans une large fourchette allant de la datation basse donnée par les textes au xviiie s. À ce jour, seules quelques découvertes de tessons permettent d’avoir une vague idée sur cette occupation. Parmi les 23 ensembles étudiés, des organisations sont discernables : circulaire autour d’un élément central (la plus représentée), en arête de poissons, en regroupement type « hameau », alignée en plusieurs rangs perpendiculairement ou parallèlement à la pente.

7La seconde période est constituée par les ensembles que l’on trouve représentés sur le cadastre Napoléon, datant de 1835-1836. Il faut sans doute remonter plus anciennement, au xviiie s., pour en trouver les dates de construction. La plus grande partie de ces jasseries est aujourd’hui détruite ou en ruines. Il s’agirait, d’après les quelques textes et illustrations qui nous sont parvenus, de bâtiments groupés, bâtis en pierres et recouverts de chaumes ou de tuiles. Leur organisation est variée et ne montre pas l’existence d’un modèle unique : aligné sur la courbe de niveau à Renat (Sauvain), dispersé à Chassirat ou la Brosse (Sauvain), groupé et composé de bâtiments de différentes tailles au sein d’un parcellaire à la Richarde (Job), bien aligné et regroupé avec un ensemble distinct de jardins à Colleigne (Sauvain), groupé et sans organisation aux Granges (Chalmazel-Jeansagnière).

8La troisième période correspond à des constructions ou reconstructions de jas, de tailles plus importantes, sur l’emplacement des regroupements précédents, avec tout ce que cela comporte en modifications et remplois de matériaux. C’est dans la seconde moitié du xixe s. que ces modifications sont effectuées. Le modèle utilisé, aligné sur la même courbe de niveau, semble celui qui a connu le plus de succès.

9Les prospections ont montré la présence d’un réseau hydraulique développé qui a été suivi, relevé et interprété. Il est apparu que l’usage de l’eau a été très important dans la conception et la gestion des jasseries datant des seconde et troisième périodes. Le schéma classique d’un réseau utilisant la gravité est le suivant : prise d’eau à un bief commun ou à un ruisseau ou bien récupération d’une source, transfert vers un bassin ou « serve », répartition au sein du bâtiment (étable, cave à fromage, « bachat »), évacuation des eaux usées dans la prairie située en dessous et amendement des terrains, évacuation du surplus d’eau dans des fossés ou retour au bief.

10Le réseau hydrographique de Colleigne est très particulier. Dans sa diversité et sa complexité, il est l’aboutissement d’un travail de réflexion, de concertation et de mise en place d’un savoir-faire important. Il met en jeu la tourbière du Gourd des Allières en tant qu’alimentation, mais aussi comme réservoir et régulateur. Il a aussi nécessité le détournement de ruisseaux et le transfert de flux d’une vallée à l’autre. L’essentiel des canaux et des biefs retrouvés en prospection appartiennent à ce réseau, dont l’implantation est étroitement liée à la présence des grands jas.

11La conduite de l’eau est plus discrète sur les ensembles de la première période, même si l’élément est constamment présent aux alentours, sous forme de ruisseaux ou de sources. Quelques textes datant du xvie s. indiquent l’usage et l’existence de biefs ou « béals ». Les résultats d’éventuels sondages amèneront sans doute à se poser d’autres questions, notamment sur le type d’animaux et sur l’accueil du bétail au sein de ces premiers ensembles, mais aussi sur la manière de fabriquer le fromage dont nous savons qu’elle nécessitait, aux périodes documentées, une importante présence d’eau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Verrier, « Communes de Chalmazel-Jeansagnière, Sauvain et Job » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61231

Haut de page

Auteur

Jacques Verrier

Gral

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jacques Verrier

Gral

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search