Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2016InterdépartementalSuivi des stations palafittiques ...

2016
Interdépartemental

Suivi des stations palafittiques des lacs savoyards inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, lac d’Aiguebelette (Savoie) et lac d’Annecy (Haute-Savoie)

Prospection thématique (2016)
Responsable d’opération : Yves Billaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Billaud Y. 2017 : Suivi des stations palafittiques des lacs savoyards inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco : bilan documentaire, prospection thématique subaquatique lac d’Aiguebelette (Savoie) et lac d’Annecy (Haute-Savoie) opération 2016, Drassm.

Texte intégral

1La campagne 2016 sur les lacs d’Annecy et d’Aiguebelette est la deuxième consacrée au suivi des palafittes des lacs de Savoie, inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Sur les 111 sites constituant le bien sériel et transnational « Sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes », inscrit en juin 2011, onze sont en France, dont deux dans le Jura et neuf dans les lacs savoyards. Cette inscription implique, pour chacun des États concerné, la déclinaison au niveau national du plan de gestion international. Elle oblige à la protection, au suivi et à la valorisation des sites pris en compte. Les sites savoyards étant toujours immergés, leur suivi a été confié au Drassm, tant en raison du périmètre d’intervention du service, que de son action passée et en cours dans le domaine lacustre. Durant cette opération, le bilan documentaire a été poursuivi. Il a été l’occasion de ramener en Savoie, au dépôt archéologique départemental à Bassens, des archives conservées dans les locaux du Drassm à Marseille et provenant de l’antenne d’Annecy, après sa fermeture, en 2010.

2Sur le terrain, trois semaines ont été consacrées au lac d’Annecy pour, en premier lieu, compléter les observations faites sur les stations vues en 2015. La station du Néolithique moyen des Marais a fait l’objet d’une cartographie de surface. Les sites mentionnés dans la zone tampon de la station du Bronze ancien des Mongets ont été retrouvés, avec parfois quelques difficultés. Pour chaque site, des tubes repères, destinés à suivre une éventuelle évolution de la couverture sédimentaire, ont été rajoutés si nécessaire, mesurés et marqués.

3Sur la rive nord du lac, les deux stations classées au titre des monuments historiques, Le Pâquier et Le Petit Port 1, ont été revues et positionnées. L’emprise de la première a pu être précisée par une cartographie de surface. La seconde est plus difficile à cerner, en raison du recouvrement par un voile sédimentaire.

4Les stations proches ont également été revues avec, à l’ouest, pour Le Pâquier, celle d’Albigny 1, à l’est, pour Le Petit Port 1, la station Bronze final du Petit Port 2, dont l’emprise reste à préciser mais pouvant recouvrir partiellement celle du Petit Port 1, et la station néolithique de La Tour. La reprise des rattachements topographiques à l’aide d’un GPS différentiel amène des corrections généralement d’ordre métrique et, exceptionnellement, décamétrique.

5En ce qui concerne l’état sanitaire des sites, les constats faits en 2015 sont vérifiés. Les couches archéologiques sont très, à totalement, érodées. Cette érosion est ancienne et il n’a pas été constaté d’atteinte récente prononcée, à la différence des stations des lacs suisses où la situation est très préoccupante. Toutefois, les actions de la houle, tant naturelle que provoquée par la navigation, restent à surveiller, d’autant que la situation pourrait être amenée à évoluer avec le rétablissement du marnage du plan d’eau.

6Les impacts anthropiques sont de différentes natures. Ainsi, le piétinement par les baigneurs pourrait expliquer le décapage récent d’une partie du site des Mongets. Surtout, l’urgence est de supprimer les amarrages sauvages, fort heureusement peu nombreux, mais dont l’impact est destructeur. Enfin, divers anciens corps morts et encombrants sont à retirer.

7Quatre semaines ont été consacrées au lac d’Aiguebelette, qui est le moins bien documenté des lacs savoyards. Les principales interventions datent des années 1957 à 1972 (R. Laurent), puis en 1983-1984 et 1998 (A. Marguet). Sur la station néolithique de Beau Phare, inscrite par l’Unesco, de nouveaux repères ont été implantés en deux axes orthogonaux couvrant la station. L’emprise a pu être précisée, avec la mise en évidence d’un chemin d’accès depuis la rive actuelle. Long de 50 m, il traverse deux palissades, la première de pieux espacés, et la seconde de piquets jointifs. Un court alignement de piquets pourrait indiquer la présence d’une troisième palissade, mais cela reste à vérifier. L’espace entre les deux grandes palissades ne présente pas de pieux. Ces deux palissades se rejoignent latéralement et se poursuivent sur la limite ouest de la station. La longueur totale observée est de 96 m. L’espace villageois couvre 55 m dans le prolongement du chemin, par 62 m transversalement. Des orientations nettes se dégagent des ensembles de pieux. Elles apparaissent sur le relevé de 130 pieux dans une zone test de 5 m par 20 m. Ainsi, et pour la première fois, l’organisation générale d’un village néolithique des lacs de Savoie est mise en évidence.

8Sur la Petite Île, des structures, rapportées au Bronze final sur la base de datations par le radiocarbone, sont mentionnées par les intervenants précédents. Les différents alignements de pieux s’avèrent appartenir à un même très grand ensemble, bien plus étendu que ne pouvaient le laisser supposer les relevés conservés en archives. Il s’agit d’une palissade qui, avec quelques courtes interruptions, a pu être suivie sur plus de 700 m. Elle semble se poursuivre au-delà, dans une roselière interdite d’accès et pourrait donc entourer totalement l’île. Cette disposition n’est pas sans rappeler celle de la station insulaire, également du Bronze final, de Wasserburg Buchau sur le Federsee.

9La station du Néolithique final du Gojat, classée au titre des monuments historiques, est la mieux documentée. Tout récemment, en 2014, elle a fait l’objet d’une courte intervention pour vérifier son emprise. Cette opération, montée dans l’urgence, était motivée par les risques présentés par les câbles installés pour délimiter des couloirs de course d’avirons. Sur ces résultats, une bouée a été immergée au-delà de la limite du site, côté large.

10Cette année, comme sur Beau Phare, plusieurs nouveaux repères ont été implantés selon deux axes perpendiculaires. Les observations faites durant cette campagne, grâce à une très bonne visibilité, amènent à envisager de compléter les mesures de protection. En effet, la question de l’action des baigneurs estivaux est une nouvelle fois posée.

11Le bilan documentaire et sanitaire des palafittes doit être poursuivi en 2017 sur le lac du Bourget et s’achever en 2018 sur le lac Léman.

Fig. 1 – Palissade extérieure de la station du Néolithique final de Beau Phare (lac d’Aiguebelette, Savoie)

Fig. 1 – Palissade extérieure de la station du Néolithique final de Beau Phare (lac d’Aiguebelette, Savoie)

À l’arrière-plan, l’embarcation du Drassm dédiée aux eaux intérieures.

Cliché : Y. Billaud (Drassm).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Palissade extérieure de la station du Néolithique final de Beau Phare (lac d’Aiguebelette, Savoie)
Légende À l’arrière-plan, l’embarcation du Drassm dédiée aux eaux intérieures.
Crédits Cliché : Y. Billaud (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Billaud, « Suivi des stations palafittiques des lacs savoyards inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, lac d’Aiguebelette (Savoie) et lac d’Annecy (Haute-Savoie) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61241

Haut de page

Auteur

Yves Billaud

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yves Billaud

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search