Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes199101 – AinChaley – La Grotte de l’Homme

1991
01 – Ain

Chaley – La Grotte de l’Homme

Fouille préventive d’urgence (1991)
Responsable d’opération : Marc Cartonnet

Entrées d’index

Année de l'opération :

1991

Numéro d’opération :

224496

Chronologie :

Préhistoire, Protohistoire

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1Cette cavité s’ouvre au milieu de l’immense falaise de Charabotte à une altitude de 640 m. Son accès est très difficile, puisqu’il est nécessaire de descendre à l’aide d’une corde un cône d’éboulis puis de franchir un passage en vire sur 80 m.

2La grotte s’ouvre par un vaste porche qui atteint 7 m de haut et 14 m de largeur. Le réseau est composé d’une galerie principale d’une longueur de 70 m, d’une largeur moyenne de 4 m, avec une hauteur moyenne de 1 m, se terminant sur un siphon. Cette galerie est une exsurgence temporaire, totalement noyée en cas de fortes précipitations ou pendant la période de fonte de neige. Dans de telles conditions, le sauvetage s’est avéré très délicat. Il a fallu choisir les périodes de fouilles aux moments où le réseau n’était pas en activité.

3L’utilisation de cette cavité par les hommes protohistoriques reste assez énigmatique. On éliminera l’hypothèse de l’habitat temporaire ou du refuge (accès très délicat, hau­teur trop basse, humidité importante. De plus, la galerie pouvait se mettre en charge en cas de forte pluie), l’hypothèse de la zone funéraire (pas d’objet métallique et, surtout, pas d’os humain), l’hypothèse d’une zone de stockage de nourriture (humidité de la galerie, voire inondations).

4Depuis un rétrécissement situé à 30 m de l’entrée et jusqu’au siphon terminal (à 70 m de l’entrée), soit sur 40 m de long, plusieurs centaines de tessons de céramique reposaient directement sur le sol de la galerie, qui est composé de gros blocs calcaires et de galets très érodés, charriés par le courant de la rivière et d’argile de décalcification. Quelques tessons se trouvaient plaqués contre les parois à plus de 80 cm de la surface du sol. Une concentration importante de fragments gisait sur le côté gauche, à une dizaine de mètres du siphon. Quelques tessons se trouvaient à l’intérieur de celui-ci.

5L’hypothèse d’approvisionnement en eau pendant les pé­riodes de sécheresse est la seule possibilité qui paraisse s’adapter au contexte de la cavité et du gisement. Pendant l’été, les points d’eau sont inexistants sur le plateau. Pour trouver de l’eau, il fallait pénétrer à l’intérieur des grottes. C’est le cas de la Balme à Gondran, avec des tessons découverts à 250 m de l’entrée, en bordure d’un petit lac (céramique du Néolithique moyen), et de la grotte de l’Homme, avec un siphon, qui devait permettre un approvisionnement important.

6Il n’y avait aucun vestige d’ossements d’animaux ou hu­mains, pas de mobilier métallique en bronze ou en fer, et pas non plus d’industrie lithique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Cartonnet, « Chaley – La Grotte de l’Homme » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mars 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61414

Haut de page

Auteur

Marc Cartonnet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marc Cartonnet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search