Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes199101 – AinVillars-les-Dombes – Poype de Vil...

1991
01 – Ain

Villars-les-Dombes – Poype de Villars

Fouille programmée (1991)
Responsable d’opération : Jean Michel Poisson

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Lumière Lyon 2

Poisson J.-M. 1991 : Motte castrale de Villars-les-Dombes, château de Villars (Ain), programme quadriennal de fouilles archéologiques (1988-1991), rapport de synthèse.

Texte intégral

1Le programme quadriannuel de fouilles commencé en 1988 s’est achevé cette année, mais il ne constitue qu’une première phase de l’étude archéologique du site.

2Sur la plateforme sommitale de la motte (secteur 1), la poursuite de la fouille a permis de confirmer l’observation faite l’année précédente : la structure carrée en pierres qui s’élève au-dessus de l’abside de l’église est en relation avec l’occupation du niveau supérieur de la motte, avant le surhaussement du xive s. On en connaît à présent mieux le plan : il s’agit d’un carré de 6 m de côté dont les murs font 1 m de large. Le mode de construction est semblable à celui de l’église : appareil de galets liés de mortier, avec des chaînages d’angle en grand appareil calcaire. On est amené à penser que cette structure, dont la fonction originelle était un clocher, a été utilisée comme tour au moment de la construction de la motte.

3La poursuite de la fouille, en profondeur, dans le remblai de la motte, au-dessous de la voûte de l’abside, a mis au jour les restes de l’arc triomphal, en grand appareil. Au-dessus de cet arc, s’élevait le mur ouest du clocher-tour, en grande partie détruit.

4Dans la zone ouest (secteur 2), 18 inhumations ont été mises au jour dans la nécropole qui s’étend devant la façade ouest de l’église, à l’extérieur. Au pied de l’escalier, près de l’angle externe de l’église, on a noté une particulière concentration d’inhumations, qui dénote un usage intensif de la nécropole.

5Il est probable que le premier emmottement, en lœss, ait été destiné à recouvrir cet édifice, en relation avec la construction de l’église.

6Dans le secteur 3 (« crypte ») à l’est, la fouille a atteint le sol en place au fond de la pièce voûtée sous-jacente à l’abside de l’église. L’examen de cette structure et notamment de sa puissante fondation, confirme qu’il s’agit d’un bâtiment là aussi fort différent de l’église qui le surmonte. Ses murs sont très épais (1,80 m à l’ouest) et utilisent par endroits des tuiles à rebord. On doit sans doute le mettre en relation avec le mur rencontré au-dessous de la façade ouest.

7Par ailleurs, on a constaté que la couche dans laquelle sont disposées les sépultures n’est pas naturelle comme on l’avait pensé auparavant. Il s’agit d’une couche de lœss qui constitue un remblai, adossé à la maçonnerie sous-jacente à l’église. Il faut donc penser qu’il s’agit d’un « emmottement » antérieur à la constitution de la motte proprement dite, et qui est en relation étroite avec l’église et la nécropole. Entre l’angle sud-ouest de l’église et l’escalier, on a pu y constater que la partie inférieure du mur de façade, au-dessous du niveau du seuil de la porte, est différente de l’élévation : l’appareil n’est pas le même. On note la présence de deux gros blocs taillés, sans doute gallo-romains, réemployés. L’édifice inférieur, qui a servi de base à l’érection de l’église au xie s., est une puissante construction à caractère défensif.

8En conclusion, il apparaît de façon claire que l’église, recouverte elle-même par un château à motte, a été édifiée sur les restes d’un premier château de pierre, construit au niveau du sol. Il est difficile de dater ce premier édifice, mais son antériorité par rapport à l’église du xie s. et les remplois gallo-romains qu’il contient incitent à proposer les débuts du Moyen Âge.

9L’étude du site devra faire l’objet d’un nouveau programme de fouilles dans l’avenir qui sera, pour des raisons techniques, réalisé parallèlement à la restauration de l’édifice par les monuments historiques.

Fig. 1 – Coupe est-ouest de la poype

Fig. 1 – Coupe est-ouest de la poype

DAO : équipe de fouille.

Fig. 2 – Coupe nord-sud de la poype

Fig. 2 – Coupe nord-sud de la poype

DAO : équipe de fouille.

Fig. 3 – Blocs gallo-romains en remploi

Fig. 3 – Blocs gallo-romains en remploi

Cliché : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe est-ouest de la poype
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 2 – Coupe nord-sud de la poype
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3 – Blocs gallo-romains en remploi
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61553/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Michel Poisson, « Villars-les-Dombes – Poype de Villars » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mars 2021, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61553

Haut de page

Auteur

Jean Michel Poisson

Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Responsable d’opération

Jean Michel Poisson

Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search