Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes1991Projets collectifs de rechercheLa ville antique d’Alba-la-Romaine

1991
Projets collectifs de recherche

La ville antique d’Alba-la-Romaine

Projet collectif de recherche (1991)
Responsable d’opération : Joëlle Dupraz

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Dupraz J. 1991 : La ville antique d’Alba, urbanisme et campagne environnante, ier s. av. J.-C.-ve s. apr. J.-C., programme H1.

Texte intégral

1Si l’objectif reste toujours le même, celui d’offrir un cadre à de multiples études qui concernent autant la recherche archéologique pure que les impératifs de protection, sauvetage et mise en valeur, il faut noter qu’en 1991 les activités se sont plus concentrées sur la ville antique.

2La connaissance de son urbanisme progresse rapidement avec les résultats de la fouille du centre monumental (Palais), une opération exploratoire au quartier du théâtre et la fouille de sauvetage au quartier de Bagnols. Trois orientations, dont deux majeures nord – sud et nord-est – sud-ouest, ont été repérées depuis 1987 dans la ville. La frange nord du centre monumental révèle à trois reprises l’articulation des deux cadastres principaux que l’on peut observer soit par la voirie, soit par l’implantation des édifices. La fonction de ces trois quartiers (Palais, Théâtre et Bagnols) ainsi que leur évolution topographique et chronologique se précisent. On sait désormais que le secteur nord du forum se construit progressivement entre le ier s. apr. J.-C. et le début du iiis., avec une pointe de dynamisme dans la première moitié du iie s. Sa fonction est d’ordre public mais la nature exacte des monuments reste encore vague : marché, bâtiment de corporations, etc. Le quartier du théâtre laisse découvrir au iie s. un tissu urbain intermédiaire entre deux monuments publics : le forum et le théâtre. L’aménagement de la pente en terrasses successives rend plus compréhensible l’accès du public au théâtre, qui se fait par l’arrière grâce à une vaste aire de circulation. Quant au suburbium de Bagnols, où la fouille de sauvetage a mis en évidence la sortie nord de la ville, on pressent l’existence d’un édifice public important, peut-être un sanctuaire.

3L’étude des matériaux de construction et du décor architectural a retenu l’attention de l’équipe. Son apport réside dans l’identification des matériaux utilisés et la mise en rapport avec les phases chronologiques du site. Les matériaux du cru, roche volcanique (basalte), calcaire marneux (substrat du bassin d’Alba), bois et terre (torchis) caractérisent les premières constructions indigènes (ier s. av. J.-C. et période augustéenne), comme la fin de l’Antiquité et le début du haut Moyen Âge. À partir du ier s. apr. J.-C. et tout au long du iie et début du iiis., on voit apparaître les calcaires durs et tendres provenant de carrières extérieures (vallée du Rhône et rebord oriental de la dépression callovienne : Lussas). Ces carrières sont dans un rayon réduit (20 km au maximum) autour d’Alba. Trois calcaires sont particulièrement utilisés notamment au iie s. Il s’agit du calcaire froid et dur de Lussas, des calcaires tendres de Cruas et Viviers. D’autres encore ont été repérés dont l’utilisation est plus occasionnelle : calcaire de Saint-Restitut ainsi que du grès et du tuf. La mise en œuvre de ces matériaux montrent que les choix ont été faits en fonction des critères de résistance aux pressions des charges mais aussi pour leur couleur, volonté d’effets de polychromie à des fins esthétiques, au Palais notamment.

4L’analyse des différents blocs permet de restituer le mode d’extraction, les outils utilisés pour l’extraction et la taille. Deux marques de carrières figurent sur des blocs monumentaux du Palais. Il est extrêmement rare de pouvoir les observer.

5Deux particularités ont été soulignées à Alba. L’utilisation de la scie pour le débitage des tufs appartenant à la voûte de l’aire A (salle orientale) est étonnante, car la scie est peu utilisée à l’époque romaine sauf pour les marbres. Autre originalité, l’utilisation de la ripe à dents triangulaires sur un chapiteau, et surtout sur le décor architectural provenant du théâtre, essentiellement des fragments de colonne. Cette technique est probablement locale, car, s’il est normal de riper des chapiteaux, c’est un cas unique pour la Narbonnaise en ce qui concerne les colonnes.

6La plupart des blocs monumentaux du Palais ont été identifiés quant à leur fonction et emplacement dans l’édifice. Ils appartiennent à un podium et à un couronnement d’édifice. Il semble difficile en l’état actuel de la question qu’il s’agisse de l’Aire A et B, dont on connaît à présent le plan et l’allure des bâtiments.

Fig. 1 – Plan des vestiges de la ville antique

Fig. 1 – Plan des vestiges de la ville antique

DAO : équipe de fouille.

Fig. 2 – Le théâtre, vue aérienne

Fig. 2 – Le théâtre, vue aérienne

Situation de la tranchée.

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 3 – Tranchée du théâtre

Fig. 3 – Tranchée du théâtre

Cliché : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des vestiges de la ville antique
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Le théâtre, vue aérienne
Légende Situation de la tranchée.
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 – Tranchée du théâtre
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Dupraz, « La ville antique d’Alba-la-Romaine » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mars 2021, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61661

Haut de page

Auteur

Joëlle Dupraz

Ministère de la Culture

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Joëlle Dupraz

Ministère de la Culture

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search