Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes199107 – ArdècheSoyons – Baume Néron

1991
07 – Ardèche

Soyons – Baume Néron

Sondage (1991)
Responsable d’opération : Alban Defleur

Notes de la rédaction

Defleur A. 1991 : La Baume Néron, Soyons, Ardèche, rapport de sondages 1990-1991.

Texte intégral

1La Baume Néron est creusée dans le flanc est du Serre de Guercy. Il s’agit d’une vaste cavité composée d’une salle de 30 m de long pour 10 m de large environ. Le gisement fut découvert et fouillé par le Vicomte Lepic et Jules de Lubac vers 1870. Ce n’est qu’en 1950 que M. Veyrier, Ed. Beaux et J. Combler publièrent les premiers résultats scientifiques, à la suite d’un sondage réalisé une année auparavant. Puis le gisement fut littéralement livré au pillage systématique pendant près de 40 ans.

2Quatre nouveaux sondages réalisés en 1990 et 1991 ont permis de reconnaître deux secteurs intacts, un résultat majeur puisque le site était considéré comme épuisé.

3La séquence que nous avons pu observer dans cette partie de la cavité s’apparente à celle relevée en 1951. Elle comporte quatre couches archéologiques principales. Les diverses études paléontologiques (grands mammifères, rongeurs, malacofaune) s’accordent pour reconnaître une phase climatique froide et aride.

4Le matériel lithique mis au jour dans la couche I, particulièrement abondant, permet une première diagnose. Le total des outils rencontrés dans cette couche s’élève à 113. La longueur moyenne des outils est très modeste, 44 mm pour les pièces entières et 38 seulement si l’on tient compte des pièces fragmentées très abondantes dans cette industrie (34 % du total). Les outils sont pour la plupart aménagés sur support très large et large. L’indice laminaire (L/l > 2) est cependant assez fort (ILam : 19,3). Les talons reconnaissables sont majoritairement lisses. Les indices de facettage sont faibles. Un pourcentage important de pièces présente des talons supprimés par retouches de l’outil ou retouches amincissantes.

5Les produits de débitage Levallois sont très peu abondants (I : 7,2) et l’indice Levallois typologique est à peine plus fort.

6L’outillage est très largement dominé par le groupe moustérien uniquement constitué par des racloirs et des pointes. Le groupe III, faiblement représenté, se compose de pièces de bonne facture, des burins pour l’essentiel. Les denticulés jouent un rôle non négligeable. Les bifaces et éclats de bifaces font totalement défaut. Parmi les principaux indices l’IR est très fort (69,5 % ess.) et représenté par des pièces de facture excellente dont certaines de type Quina nettement affirmé. L’indice charentien, également remarquable, n’est pas uniquement constitué par les racloirs simples, convexes comme c’est souvent le cas, mais également par une proportion forte de racloirs transversaux. Signalons des limaces, racloirs à retouches bifaces, jamais représentés en grande abondance. L’indice de bords retouchés convergents (pointes moustériennes, racloirs déjetés et convergents) est très faible. Ces caractéristiques semblent devoir rattacher cette industrie au faciès Quina du grand complexe charentien.

7L’industrie livrée dans les couches I, III et VII est beaucoup moins abondante. Ce matériel, tant par la typologie, la technologie que la matière première, s’apparente en tous points à celui mis au jour dans la couche sus-jacente.

8En octobre 1990, nous avions eu la chance de reconnaître une dent humaine. Il s’agit d’une canine déciduale inférieure gauche appartenant à un enfant de 2 à 3 ans, que l’on peut intégrer sans difficulté dans l’ensemble des dents homologues décrites pour les populations néandertaliennes européennes.

9En octobre 1991, a été découverte dans la couche 1b une autre dent humaine. Il s’agit d’une deuxième molaire supérieure gauche (hémi-couronne) avec deux racines. Sa morphologie ainsi que la présence d’une vaste cavité pulpaire permettent de l’inclure dans le groupe des Néandertaliens.

10La découverte de restes humains bien conservés fait de ce gisement une référence pour la connaissance des modes de vie, des biotopes et de l’anatomie des populations du début du Pléistocène supérieur d’Europe.

Fig. 1 – Industrie lithique de la couche 1

Fig. 1 – Industrie lithique de la couche 1

DAO : équipe de fouille.

Fig. 2 – Industrie lithique de la couche 1 : débitage Levallois

Fig. 2 – Industrie lithique de la couche 1 : débitage Levallois

DAO : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Industrie lithique de la couche 1
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 2 – Industrie lithique de la couche 1 : débitage Levallois
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/61899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alban Defleur, « Soyons – Baume Néron » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mars 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/61899

Haut de page

Auteur

Alban Defleur

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alban Defleur

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search