Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes199142 – LoireMontbrison – Sainte Eugénie

1991
42 – Loire

Montbrison – Sainte Eugénie

Fouille préventive d’urgence (1991)
Responsable d’opération : Olivier Blin
Notice rédigée avec Philippe Thirion

Notes de la rédaction

Blin O. 1991 : Les thermes d’Aquae Segetae, Montbrison-Mongt (Loire), première évaluation archéologique et architecturale, septembre 1991.

Texte intégral

1Dès le milieu du xixs., le hameau de Moingt est identifié à l’antique station thermale d’Aquae Segetae figurée sur la carte de Peutinger, le long de la voie d’Aquitaine.

2Deux monuments conservés en élévation, un théâtre et des thermes, retiennent alors l’attention des chercheurs. Le premier est sommairement fouillé en 1882, le second en partie étudié et publié en 1876 par l’architecte J.-B. Dulac. Ce dernier confirme la destination primitive de l’édifice et précise certains de ses agencements. Depuis son abandon, l’édifice a connu des affectations diverses (prieuré médiéval, fabrique, et, enfin, maison bourgeoise).

3En 1984, inquiet de l’état des bâtiments et alerté d’un projet de lotissement de la propriété, le SRA propose à la ville de Montbrison la création d’une réserve archéologique de 1,5 ha. En septembre 1991 est réalisée, sous la direction du SRA, une opération de diagnostic architectural et archéologique qui permet de préciser l’architecture, la chronologie relative et l’état de conservation des bâtiments.

Carte archéologique du site antique

4La cartographie des vestiges connus en élévations ou relevés au cours du xixs. met en évidence l’extension réduite (15 ha) du site, dont les bâtiments publics semblent occuper la plus grande part. L’ensemble occupe un large replat du relief dominé au sud-ouest par une légère éminence à laquelle est adossé, à l’écart, le théâtre.

Les thermes

5Ceux-ci sont aujourd’hui intégrés à un bâtiment longiligne de 59 x 12 m qui correspond à l’aile sud du prieuré médiéval dont une chapelle de la fin du xiiis., placé sous le vocable de Sainte-Eugénie, occupe l’extrémité ouest.

6J.-B. Dulac attribuait à l’Antiquité les murs méridional et oriental de la chapelle, ainsi que le mur limitant à l’est les bâtiments. Les sondages pratiqués dans les enduits de façades ont confirmé ces constatations et ont surtout révélé que la plupart des élévations, bien que considérablement remaniées par des percements d’époques diverses, sont antiques sur une hauteur de 10 à 12 m. Le mur-pignon est du bâtiment est le mieux conservé. Il présente deux états antiques dont le second correspond à une surélévation et comporte une large baie ébrasée. Toutes les parties étudiées sont parementées intérieurement et extérieurement d’un petit appareil régulier. La plupart des élévations intérieures conservent, sous les enduits médiévaux et modernes, des traces d’enduit hydraulique servant de support à des placages de marbres, ainsi que quelques fragments d’enduits peints. Il n’est pour l’instant pas possible de restituer la hauteur initiale de l’édifice.

7Au sud, a été confirmée la présence d’un long bassin, signalé au xixs. Il est établi sur toute la longueur de la façade, et se termine à l’est par une exèdre. Une pièce pourvue d’un hypocauste a également été étudiée. Plus au sud encore, ont été observés des bases de murs et des sols médiévaux qui correspondent sans doute à des dépendances du prieuré.

8Les sondages réalisés dans la chapelle et à ses abords ont mis en évidence l’existence d’un épais radier de maçonnerie qui se retrouve à l’est, sous le sol du cellier xviiie s., où il supportait un hypocauste. Ces constatations laissent penser que l’ensemble du bâtiment était édifié sur une platée. Les sols établis à sa surface appartiennent sans doute à un niveau de circulation technique commun à tout l’édifice, les niveaux de circulation des pièces des thermes se situant donc à une altitude supérieure. Le mur nord de la chapelle, attribué à la fin du xiiis., repose lui-même sur un mur plus ancien, non daté, mais sans doute médiéval, établi directement sur le sol antique.

9Au nord, un sondage a révélé d’autres substructions antiques et retrouvé la base des bâtiments de l’aile nord du prieuré médiéval. À l’ouest de la rue longeant le site, les sondages n’ont, par contre, pas rencontré de vestiges antiques. L’extrémité occidentale du bâtiment thermal serait donc située sous l’emprise de la rue.

10L’ensemble du matériel céramique antique recueilli couvre la période allant de la milieu du iis. jusqu’à la fin de ce dernier.

11Les données rassemblées conduisent à une nouvelle lecture des bâtiments où s’imbriquent des vestiges d’époques diverses. L’état de conservation exceptionnel de ceux-ci, leur utilisation ininterrompue depuis l’Antiquité et les potentialités archéologiques de leurs abords permettent de mettre en place une problématique de recherche et de poser la question du devenir et de la mise en valeur d’un tel édifice.

Fig. 1 – Plan des thermes

Fig. 1 – Plan des thermes

Dessin : équipe de fouille.

Fig. 2 – Relevé de la partie est de la façade nord, montrant les deux ouvertures antiques dégagées

Fig. 2 – Relevé de la partie est de la façade nord, montrant les deux ouvertures antiques dégagées

Dessin : C. Le Barrier, O. Blin.

Fig. 3 – Principaux états des parties étudiées (façade est et son retour au nord)

Fig. 3 – Principaux états des parties étudiées (façade est et son retour au nord)

Dessin : C. Le Barrier, O. Blin.

Fig. 4 – Mur antique US 11001 dégagé le long du mur nord de la chapelle

Fig. 4 – Mur antique US 11001 dégagé le long du mur nord de la chapelle

On distingue le radier de la fondation en galets de la chapelle qui repose sur un mur préexistant.

Cliché : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des thermes
Crédits Dessin : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 2 – Relevé de la partie est de la façade nord, montrant les deux ouvertures antiques dégagées
Crédits Dessin : C. Le Barrier, O. Blin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 3 – Principaux états des parties étudiées (façade est et son retour au nord)
Crédits Dessin : C. Le Barrier, O. Blin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 4 – Mur antique US 11001 dégagé le long du mur nord de la chapelle
Légende On distingue le radier de la fondation en galets de la chapelle qui repose sur un mur préexistant.
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Blin, Philippe Thirion, « Montbrison – Sainte Eugénie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mars 2021, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/62223

Haut de page

Auteurs

Olivier Blin

Articles du même auteur

Philippe Thirion

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Blin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search