Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes2006InterdépartementalJonage, Pusignan, Villette-d’Anth...

2006
Interdépartemental

Jonage, Pusignan, Villette-d’Anthon – Contournement de Pusignan RD 517 (3e phase)

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Catherine Coquidé

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Coquidé C. 2006 : Pusignan, Jonage, Villette d’Anthon (Rhône, Isère, Rhône-Alpes) contournement de Pusignan, RD 517, 3e phase, rapport intermédiaire de sondages, Bron, Inrap.

Texte intégral

1La troisième phase de sondages du contournement routier de Pusignan a concerné 14 ha (fig. 1). Elle complète les études précédemment engagées (phases 1 et 2 du même tracé et contoumement de Janneyrias). L’ensemble se situe au sein d’un vaste projet de restructuration du réseau routier intra-régional de l’est lyonnais visant à désengorger des axes routiers anciens.

Fig. 1 – Tracé, sections, sondages et vestiges archéologiques

Fig. 1 – Tracé, sections, sondages et vestiges archéologiques

DAO : M. Guyon (Inrap).

2Par la mise au jour de deux sites protohistoriques érodés et de plusieurs limites linéaires fossoyées, cette section de 2 400 m, sondée à 6,6 %, permet d’aborder deux points majeurs concernant les problématiques en cours sur l’est lyonnais.

3La présence de sites dans la plaine, secteur réputé peu attractif au cours des millénaires, permet de nuancer le propos et de remettre en question les schémas de répartition de l’habitat. Le rôle de l’érosion, longtemps décrié dans ce contexte, peut être, enfin, abordé.

4Le site est géomorphologiquement fixé depuis environ 22000 ans, c’est-à-dire depuis l’éloignement (ou le tarissement) des eaux de fonte fluvio-glaciaires, puis le dépôt de limons périglaciaires. Avec le réchauffement holocène, l’ensemble subit une pédogenèse de type fersiallitisation. Cette étendue ondulée (dépressions résiduelles des paléochenaux, dunes de lœss ?) semble donc attirer des populations dès la période protohistorique où deux sites très arasés sont mis au jour. Leur érosion semble plus due à une pénéplanation du relief par la mise en culture historique, plutôt qu’à des processus naturels de type ruissellement dans un environnement au relief inexistant. Cette pénéplanation est aussi ponctuellement responsable de la diminution d’épaisseur de la frange altérée du cailloutis et de la réduction de la profondeur des cuvettes, à l’origine chenaux fluvio-glaciaires. Le sous-solage contemporain a sans doute aggravé ce phénomène. L’érosion est donc non négligeable et rend difficile toute tentative d’approche de la densité originelle de chaque site. Ces sites, matérialisés par des fosses de modules divers, ne livrent que très peu de matériel et l’absence systématique d’inclusion indique peut-être des occupations relativement mobiles.

5La présence de fossés sur les parties planes permet de réalimenter le dossier des parcellaires disparus. Ce type de vestige, témoin de l’emprise de l’Homme sur un territoire bien au-delà des habitats, n’avait jusqu’alors laissé presqu’aucune trace et des dizaines d’hectares avaient été sondés sans succès. Ici, certains des éléments mis au jour sont fortement implantés dans le sous-sol et présentent des caractères communs (orientation, profil, présence de curage et éloignement de l’habitat).

6Les sondages à venir permettront d’éventuelles autres découvertes, qui confirmeront ou infirmeront la mise au jour de l’ossature générale d’un premier réseau organisé de grande ampleur délimitant, le cas échéant, des masses parcellaires de 35 à 50 ha. Seul indice chronologique à ce jour : deux des trois fossés ne se superposent pas aux limites du cadastre napoléonien.

7Les quelques autres structures fossoyées enregistrées sont plus légères et figurent deux enclos englobant des surfaces plus réduites (fig. 3), à lire en relation avec des habitats situés hors emprise.

8Deux autres phases d’études viendront compléter les observations présentées de ce rapport intermédiaire.

Fig. 2 – Planches des coupes des fossés

Fig. 2 – Planches des coupes des fossés

DAO : M. Guyon (Inrap).

Fig. 3 – Planches des coupes des enclos

Fig. 3 – Planches des coupes des enclos

DAO : M. Guyon (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Bouvier A. 2005 : Janneyrias et Villette d’Anthon (Isère, Rhône-Alpes) déviation RD 517, contournement de Janneyrias et Villette d’Anthon, rapport de diagnostic archéologique, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tracé, sections, sondages et vestiges archéologiques
Crédits DAO : M. Guyon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62429/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 2 – Planches des coupes des fossés
Crédits DAO : M. Guyon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62429/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 3 – Planches des coupes des enclos
Crédits DAO : M. Guyon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62429/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Coquidé, « Jonage, Pusignan, Villette-d’Anthon – Contournement de Pusignan RD 517 (3e phase) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/62429

Haut de page

Auteur

Catherine Coquidé

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Coquidé

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search