Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200674 – Haute-SavoieAnnecy-le-Vieux – Les Barattes, 9...

2006
74 – Haute-Savoie

Annecy-le-Vieux – Les Barattes, 9 rue du Pont de Thé (lots 2 et 3)

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Franck Gabayet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Gabayet F. 2007 : Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie, Rhône-Alpes) Les Barattes, 9 rue du Pont de Thé, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé sur les lots 2 et 3, aux abords de la villa de L. Licinius Titurianus (CIL XII, 2547) anciennement reconnue, n’a livré que peu de vestiges. Hormis trois drains repérés dans la partie est de l’emprise, les seules traces d’une fréquentation humaine se limitent à deux tessons de céramique protohistorique et à une couche anthropisée qui recèle un mobilier rare d’origine gallo-romaine (quelques tessons et des fragments de terre cuite architecturale). Il est d’ailleurs difficile d’assurer que cette couche soit en place et la possibilité qu’elle résulte d’un colluvionnement ne peut pas être écartée.

2L’étude géomorphologique permet de restituer, dans les parties basses de l’emprise sondée, un espace fangeux, dont la nature, en l’état, ne peut guère être précisée : bassin plus ou moins naturel, retenue d’eau, mare...

3Ces quelques éléments confortent l’hypothèse que pressentait P. Broise, en son temps, quant à l’organisation de la villa. Si les parties supérieures du coteau sont riches de vestiges bâtis (habitat, balnéaire...), le bas de la pente, dans lequel sont localisées les parcelles sondées, ne livrent que des empierrements (drains ?) ou des rejets de tuiles, ce que viennent confirmer les résultats du diagnostic. La zone inférieure du coteau ne paraît donc guère occupée. Il faut sans doute nuancer le propos : une centaine de mètres vers le sud, un petit édifice a récemment été reconnu par l’équipe du Service départemental de l’archéologie, à l’occasion d’un suivi de travaux par J. Serralongue en 2005.

4En dépit de traces ténues, mais manifestes, de fréquentation, il est probable que ce secteur, situé en contrebas et au sud de la pars urbana, devait être réservé à des activités plus rustiques, qu’il s’agisse de pâtures, de zones cultivées, ou bien encore destiné à recevoir l’épandage des eaux usées des habitations et du balnéaire.

Haut de page

Bibliographie

Broise P. 1968 : Annecy-le-Vieux, Les Barattes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Gabayet, « Annecy-le-Vieux – Les Barattes, 9 rue du Pont de Thé (lots 2 et 3) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/62493

Haut de page

Auteur

Franck Gabayet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Franck Gabayet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search