Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200673 – SavoieAix-les-Bains – Puer, les bauches...

2006
73 – Savoie

Aix-les-Bains – Puer, les bauches, Clos Fleury, le Tillet, Pré Grosjean et les Fieux (tranche 1)

Opération préventive de diagnostic (2006)
Responsable d’opération : Christine Vermeulen

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Vermeulen C. 2006 : Aix-les-Bains (Savoie, Rhône-Alpes) Puer, les bauches, Clos Fleury, le Tillet, Pré Grosjean et les Fieux, tranche 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le programme d’aménagement de la Zac des Bords du Lac couvre une surface d’environ 17 ha située sur la rive orientale du lac du Bourget. Les différentes parcelles, non contiguës, sont réparties de part et d’autre du torrent du Sierroz, aujourd’hui canalisé. Ce dernier se jette dans le lac du Bourget où il dessine, au niveau de l’embouchure, une avancée arrondie dans le lac, témoin de son ancien cône de déjection. Cette unité porte au nord le hameau de Puer.

2Le projet est découpé en plusieurs tranches dont la réalisation devrait s’étaler de 2006 à 2013. Une première phase d’évaluation archéologique a été réalisée au cours de l’été 2006.

3L’étude stratigraphique et géomorphologique permet de caractériser au moins quatre grands ensembles sédimentaires simplifiés :

Une zone palustre jusqu’à une période historique

4Dans les trois secteurs sondés, les niveaux les plus profonds révèlent une sédimentation alluviale argileuse caractéristique de fonds humides, qui se développent au moins jusqu’à 233 m au nord et au sud, et jusqu’à 234 m à l’est. Au sein de ce remblaiement argileux, ont été reconnus un ou des horizons tourbeux. Si trois niveaux de tourbe ont été identifiés à l’extrémité sud de la zone, respectivement à 230 m, 231 m et 232 m d’altitude, seul un horizon organique peu marqué a été repéré plus à l’est, à environ 232 m d’altitude, alors qu’au nord un niveau de tourbe est caractérisé vers 232-231 m selon une pente en direction du nord-ouest.

5Notons également que quelques sondages révèlent dans cette stratification des lits sableux, voire caillouteux, peu épais, qui indiquent que des chenaux de crues du Sierroz peuvent traverser le secteur et très localement raviner les dépôts argileux. La présence de fragments de terre cuite au sommet de cette série alluviale fournit à cette zone marécageuse un terminus historique, sans autre précision.

Un niveau anthropique (?) qui scelle la zone marécageuse de part et d’autre du Sierroz (sauf au sud)

6Identifié sur les deux rives du torrent, ce niveau hétérogène reste difficile à interpréter. Il se tient autour de 234-233 m d’altitude au nord et au sud. Il peut correspondre, soit à une vaste campagne de remblaiement-exhaussement de la zone marécageuse afin d’assainir les zones humides, soit à un ancien paléosol fossilisé par les crues torrentielles du Sierroz. On notera que, au nord, ce niveau renferme des tessons antiques très fragmentés dont la plupart ont été roulés par les écoulements torrentiels des chenaux du Sierroz. Il recouvre les restes d’un puits, sans doute, gallo-romain, dont la partie supérieure aurait été emportée par l’activité torrentielle.

Une érosion torrentielle par des bras de tressage du Sierroz en contexte historique

7Les trois secteurs permettent de caractériser des crues torrentielles, qui viennent éroder les dépôts argileux sous-jacents. La charge caillouteuse transportée construit une topographie ondulée modifiant fortement ce secteur de plaine avec le maintien d’un micro-chenal peu profond. Ce recouvrement caillouteux peut atteindre plus de 2 m d’épaisseur à l’extrémité orientale des parcelles sondées où il atteint, au plus haut, 237 m d’altitude. À proximité du lac, cette construction graveleuse atteint près de 234 m d’altitude. Cette activité torrentielle semble traduire une réactivation du cône du Sierroz avec de fortes pentes amont-aval, mais également sur les marges, avec des pentes vers le nord-ouest et le sud-ouest.

8Il serait tentant de rapprocher cette dynamique torrentielle des conditions climatiques du Petit Âge Glaciaire en l’absence de données chronologiques précises sur la période historique. Toutefois, les travaux de F. Arnaud (2005) identifient une crise détritique à l’époque romaine et une également au haut Moyen Âge, par l’apport de sédiments rhodaniens dans le lac. En l’absence de données chronologiques (datation des niveaux organiques, recherche de témoignages dans les archives), seule la puissance détritique du Sierroz nous oriente plutôt vers le Petit Âge Glaciaire, la plus intense et la plus longue des crises climatiques de la période historique.

Un recouvrement final de la plaine par des débordements lents du Sierroz

9Après le retrait des chenaux de tressage du Sierroz (migration latérale des bras et/ou encaissement du litprincipal), ce secteur de plaine est exhaussé par limonage de crue. Seuls les courants lents de débordement du torrent atteignent la plaine et déposent régulièrement des limons plus ou moins sableux jusqu’à 234 m d’altitude en moyenne.

10C’est sur ce recouvrement alluvial fin que se développe ensuite la terre végétale subactuelle. Seul le secteur en rive droite du Sierroz permet de caractériser une crue torrentielle récente, avec un épandage discontinu de cailloutis et graviers portant la terre végétale.

11Cette interprétation synthétique devra être validée dans la suite des sondages, en tenant compte des questions restées en suspens : elle pourra également être rapprochée des rares sondages réalisés à proximité. Ces différentes formations caractérisent le cône de déjection du Sierroz où des bras multiples et mobiles peuvent isoler des zones abritées où se développent des fonds humides argileux. La contemporanéité des processus n’est pas du tout certaine sur cette unité morphologique dynamique. Après la deuxième campagne de sondages, des coupes synthétiques seront tentées, mais il reste important de dater le (ou les) recouvrement(s) torrentiel(s) mis en place par le Sierroz, qui conditionnent le potentiel archéologique de la plaine bordière d’Aix-les-Bains. Toutefois, les sondages montrent également que cette torrentialité s’exprime davantage par un fort recouvrement peu destructeur des niveaux sous-jacents et des ravinements très localisés. Les vestiges potentiels sont donc peu détruits et profondément enfouis (à 2 m de profondeur, les niveaux sont encore historiques).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Vermeulen, « Aix-les-Bains – Puer, les bauches, Clos Fleury, le Tillet, Pré Grosjean et les Fieux (tranche 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/62699

Haut de page

Auteur

Christine Vermeulen

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christine Vermeulen

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search