Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200673 – SavoieLes occupations préhistoriques au...

2006
73 – Savoie

Les occupations préhistoriques autour du lac fossile de Bessans

Prospection thématique (2006)
Responsable d’opération : Éric Thirault

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Lumière Lyon 2

Thirault É. 2006 : Les occupations préhistoriques autour du lac fossile de Bessans, rapport final de prospections et de sondages, autorisation triennale 2004-2005-2006, Rochechinard.

Texte intégral

1Les recherches menées par nos soins en Haute-Maurienne depuis 1996 sur le peuplement néolithique d’une vallée intra-alpine et des massifs frontaliers ont suivi deux axes :

  • des prospections de surface formalisées en 1997 et 1998, mais initiées auparavant et poursuivies de manière informelles ;
  • une évaluation par sondages manuels du site de Bessans : le Château.

2La deuxième action a permis de démontrer que la plaine d’altitude (1 700-1 800 m), constituée par le comblement progressif du lac fossile de Bessans, a attiré les hommes tout au long du Néolithique, en particulier dans les phases initiales du peuplement néolithique et à partir de la plaine du Pô, fait qui ne trouve d’équivalent dans les Alpes françaises que sur le site de Bozel en Tarentaise (fouille programmée de P.-J. Rey : Rey 2007).

Méthodes de travail

3L’enjeu archéologique d’une recherche sur le secteur du lac fossile de Bessans était triple. Par la reconnaissance, sur une surface maîtrisable (10 km de longueur), des occupations préhistoriques de tout un secteur de vallée, il s’agissait de dépasser l’approche monographique du site archéologique, pour proposer une chronologie longue des occupations d’altitude en milieu intra-alpin, et, partant, de proposer une séquence évolutive de l’occupation de la montagne. Par des sondages, il s’agissait d’acquérir des données analytiques d’ordre paléoenvironnemental (pollens, charbons, macrorestes, faune, etc.), économiques (végétal, animal, minéral) et culturelles pour les occupations successives de la plaine de Bessans, afin de compléter les données acquises sur le premier site découvert, le Château. Par l’intégration des deux premiers axes de travail, il était projeté de proposer un modèle chronologique et spatial de l’occupation d’un secteur d’altitude, et partant, de discuter des motivations et des modalités d’humanisation des Alpes internes.

4La morphologie actuelle du secteur de Bessans impose de fortes contraintes pour la recherche préhistorique. La dynamique et la chronologie du comblement de la plaine demeurent mal connues, il était donc hasardeux d’y mener des sondages en aveugle. Du point de vue archéologique, aucune preuve d’occupation n’était reconnue avant le Moyen Âge, hormis le site du Château. D’autre part, les versants de l’auge glaciaire, très abrupts, sont affectés d’une érosion intense, et les rares abris dans les parois, creusés dans les schistes lustrés, sont soumis à des évolutions morphologiques rapides (recul de l’abri, chute de pierres). En outre, les secteurs d’altitude comprise entre 2000 et 2800 m, aujourd’hui en alpage, offrent peu d’abris naturels et sont couverts d’herbage ou de forêts qui rendent quasi-inefficace toute prospection de surface. A contrario, sur le pourtour du lac fossile, deux secteurs présentent de grands blocs d’effondrement pouvant servir d’abri : le sommet de l’effondrement de montagne ayant formé le lac de barrage, sur la commune de Lanslevillard (Val-Cenis) autour du collet de la Madeleine, aux lieux-dits « La Claperaz » et « Chantelouve », et un secteur à 500 m environ en aval du Rocher du Château, en rive nord du lac fossile sur la commune de Bessans, aux lieux-dits « le Château » et « au Château », où plusieurs abris-sous-blocs ont été aménagés en bergeries à une période récente.

5Sur ce constat, et au vu des expériences acquises en milieux de montagne par nous-mêmes ou par d’autres équipes (P.-J. Rey en Tarentaise, R. Picavet en Vercors, l’université de Genève en Valais, le PCR du Sud-Écrins, etc.), la méthode de travail retenue s’est articulée selon deux axes :

  • une prospection intensive du territoire (communes de Lanslevillard (Val-Cenis), Bessans et Bonneval), archéologique et géomorphologique, afin de repérer les secteurs potentiels de préservation d’occupations anciennes : replats, abris stables, secteurs non alluvionnés ou colluvionnés ;
  • des sondages manuels de chaque secteur favorable repéré au préalable, afin de rechercher des traces d’occupation et d’évaluer leur potentiel informatif : fouille manuelle et stratigraphique sur 2-3 m2, avec tamisage des sédiments.

Résultats

6Des contingences professionnelles ne nous ont pas permis de donner à ce programme toute l’ampleur souhaitée. Les prospections de surface ont été menées essentiellement en 2004. Elles ont permis de localiser les secteurs potentiels pour des sondages : replats, abris, etc. En outre, elles nous ont convaincus que ce type d’investigation n’est guère propice à la découverte de sites enfouis, dans la mesure où le recouvrement herbeux est important, tant dans la plaine (prés de fauche) qu’en altitude (alpages), et que les zones soumises à l’érosion sont faibles (peu de sentiers, avec une fréquentation modeste, comparée à d’autres régions alpines).

7En conséquence, l’accent a été mis sur les sondages, qui ont permis d’établir une documentation précise. Les principaux résultats sont les suivants :

  • découverte et carottage d’une tourbière d’altitude (2 430 m) près des lacs de Bessons (Bessans). Une séquence épaisse de 1,4 m d’épaisseur a été échantillonnée, dont seule la base, argileuse et épaisse de 0,45 m, a pu être étudiée. Elle est riche en pollens et couvre un arc de temps de 6600 à 1000 av. J.-C. L’étude a été menée par Jacqueline et Catherine Argant ;
  • mise en évidence de séquences naturelles stratifiées, qui ont fossilisé des incendies de forêts durant les Ve et IIIe millénaires à La Claperaz (Lanslevillard, Val-Cenis), sans aucun indice d’intervention humaine.
  • révélation d’un complexe de carrières d’extraction et d’ateliers de tournage de pierre ollaire (Bessans), de datation antique probable. Depuis nos prospections et sondages, ce dossier a été repris par Maëlle Lhemon (Lhemon 2008 ; Lhemon, Thirault 2007).
  • découverte d’un nouveau site néolithique à La Teha (Bessans, 2 250 m d’altitude), sur un itinéraire transalpin assidûment pratiqué dans le dernier millénaire. Les datations couvrent la fin du Néolithique et les âges des métaux, conférant à ce site le statut probable de halte pastorale (Thirault 2006 et 2015).

8Le bilan de ces campagnes est donc positif, bien qu’il apparaisse comme extrêmement difficile de découvrir des sites anciens dans ces contextes. Ce bilan est augmenté par la prise en considération de tous les vestiges, selon une démarche diachronique et autant paléoenvironnementale qu’archéologique. Manquent à ce bilan les structures construites, très nombreuses, tant en alpage que dans la plaine ou les versants, que nous avons décidé de ne pas inventorier, faute de moyens de datation.

Fig. 1  Plan et profils de l’abri A

Fig. 1 – Plan et profils de l’abri A

DAO : S. Collet, É. Thirault.

Fig. 2  Plan et profils de l’abri B

Fig. 2 – Plan et profils de l’abri B

DAO : B. Nicolle, M. Roscio, É. Thirault.

Fig. 3 – Abri B : relevé stratigraphique des coupes nord des sondages 1 et 2

Fig. 3 – Abri B : relevé stratigraphique des coupes nord des sondages 1 et 2

DAO : équipe de fouille, B. Nicolle, É. Thirault.

Haut de page

Bibliographie

Lhemon M. 2008 : Productions de pierre ollaire en Maurienne (Savoie) : prospection thématique et sondage.

Lhemon M., Thirault É. 2007 : L’exploitation de la pierre ollaire à Bessans (Haute- Maurienne, Savoie, F) : nouvelles données de terrain, in Daudry D. dir. La pierre en milieu alpin. Actes du XIe colloque international sur les Alpes dans l’Antiquité, Bagnes, 15-17 septembre 2006, Bulletin de la société d’études préhistoriques d’Aoste, XVIII, p. 345-350.

Rey P.-J. 2007 : Occupations néolithiques en Tarentaise (Savoie) : fouille archéologique du Chenet des Pierres au Moulin de Bozel. Opération programmée trisannuelle 2003-2005, rapport d’activités 2003-2006, 2 vol.

Thirault É. 2006 : Bessans/La Teha (Savoie) : présence néolithique à haute altitude (2250 m) sur les itinéraires transalpins, Bulletin de la société préhistorique française, 103/4, p. 797-799.

Thirault É. 2015 : La Teha à Bessans (Savoie), une halte d’altitude (2250 m) du Néolithique à l’âge du Fer, in L’homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières. Bulles d’archéologie offertes à André Marguet, Dijon, Supplément à la Revue archéologique de l’est, 40, p. 241-258.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1  Plan et profils de l’abri A
Crédits DAO : S. Collet, É. Thirault.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 2  Plan et profils de l’abri B
Crédits DAO : B. Nicolle, M. Roscio, É. Thirault.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 3 – Abri B : relevé stratigraphique des coupes nord des sondages 1 et 2
Crédits DAO : équipe de fouille, B. Nicolle, É. Thirault.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Thirault, « Les occupations préhistoriques autour du lac fossile de Bessans » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/62731

Haut de page

Auteur

Éric Thirault

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thirault

Université Lumière Lyon 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search