Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200673 – SavoieBessans – La Teha

2006
73 – Savoie

Bessans – La Teha

Sondage (2006)
Responsable d’opération : Éric Thirault

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Lumière Lyon 2

Texte intégral

1Dans le cadre des prospections thématiques visant à documenter « L’occupation préhistorique autour du lac fossile de Bessans », quatre sondages ont été réalisés sur le rocher dit de la Téha, à 2 250 m d’altitude. La découverte d’un site néolithique vient documenter de manière plus précise la question des fréquentations d’altitude de part et d’autre de la ligne de partage des eaux transalpine.

2La Teha est un pointement rocheux façonné par les glaciations quaternaires, composé de calcschistes et de prasinites. Il est placé au débouché du vallon de la Lombarde, vallon qui mène au col de l’Autaret (3 070 m). En aval de La Teha, le plan de Ravallon forme une confluence de vallons donnant accès à d’autres cols ou permettant de descendre sur la vallée d’Avérole, et, de là, gagner la plaine de Bessans (1 700-1 800 m). L’un de ces cols, le Colerin (3 210 m), a livré en 2003 une statue en bois attribuée aux xie-xiie s. Ces cols transalpins ont connu une intense fréquentation au moins depuis le Moyen Âge. Depuis le sommet de La Teha, la vue est large sur les pentes et les sommets alentours, mais surtout sur l’unique sentier qui permet le passage en rive droite. Il s’agit donc d’une position stratégique pour observer le paysage et les itinéraires.

3Quatre sondages ont été ouverts, deux dans un abri aménagé durant les derniers siècles sur le flanc oriental du rocher, et deux en plein-air, sur des replats proches du sommet. Seul le sondage 3 a livré la preuve de la présence humaine néolithique. Il a été implanté sur 6 m2 dans une cuvette glaciaire de 200 m2 environ, partiellement comblée et végétalisée. Ce véritable piège à sédiments, abrité des passages torrentiels, a autorisé la conservation de vestiges fugaces immédiatement sous la couche végétale actuelle, malgré des conditions climatiques rigoureuses : gel intense et neige épaisse durant plus de la moitié de l’année. Le sondage a été conduit jusqu’au rocher, soit 60 cm maximum de remplissage sédimentaire. Cinq cuvettes creusées ont pu être mises en évidence. Elles sont comblées d’un sédiment riche en charbons de bois et en pierres brûlées, qui permettent de conclure à des cuvettes de combustion préservées in situ. Des épandages de charbons et de pierres complètent la liste des traces anthropiques. Toutes ces structures ne sont pas contemporaines, et des anomalies topographiques suggèrent l’extension du site sur le replat.

4Le mobilier archéologique est des plus rares, malgré le tamisage de l’intégralité des sédiments extraits : un éclat de quartzite gris à grain fin, de 14 mm de long, et une lamelle en silex très régulière, débitée par percussion indirecte. Cette dernière permet de proposer, sous réserve, une fourchette chronologique centrée sur le Néolithique moyen. Les vestiges fauniques et carpologiques sont absents. Une telle rareté mobilière peut avoir deux causes : implantation du sondage en bordure du site archéologique, ou rareté absolue du mobilier lithique. Cette dernière hypothèse fournit un argument quant à la fonction du site.

5En effet, au-delà de l’aspect factuel de la découverte, il faut s’interroger sur les raisons d’une présence néolithique en ces lieux. Les arguments avancés sur d’autres sites et les réflexions théoriques sur l’homme et la montagne permettent de lister une gamme explicative assez large. Pour La Teha, faute de faits archéologiques liés à l’économie des ressources, nous proposons l’hypothèse préliminaire suivante : une halte, un campement temporaire à une confluence d’itinéraires transalpins. Une telle fonction est avancée pour l’abri de l’Alp Hermettji à Zermatt, situé à 2 580 m en Suisse, sur l’itinéraire entre le Valais et le Val d’Aoste.

6Soulignons ainsi que la présence de sites néolithiques à ces altitudes, quand elle n’est pas motivée par une ressource spécifique (par exemple, la jadéite du Mont Viso, 2 200-2 500 m), pourrait n’être possible que si le franchissement du relief requiert plus d’un jour de marche, donc un bivouac. Ainsi, des passages tels que le Simplon ou l’Albrun, entre le Valais et le Val d’Ossola, ne livrent pas d’indices néolithiques, malgré des prospections intensives. A contrario, le col du Petit-Saint-Bernard, entre la Tarentaise et le Val d’Aoste, est souligné par plusieurs sites compris entre 1 900 et 2 000 m d’altitude, dont la fonction n’est pas encore établie.

7Grâce à ces découvertes, une problématique prometteuse émerge donc dans le vaste champ d’investigation du peuplement montagnard : la fréquentation des hautes altitudes. Malgré le caractère ingrat de telles recherches et la rareté des découvertes, l’effort mérite d’être soutenu. Pour Bessans, La Teha, l’étude se poursuit par l’analyse paléoenvironnementale et les datations radiocarbones, avant toute extension des fouilles.

Fig. 1 – Vue générale du site depuis le nord

Fig. 1 – Vue générale du site depuis le nord

Cliché : équipe de fouille.

Fig. 2 – Vue d’ensemble du sondage 3, depuis le sud, après le second décapage

Fig. 2 – Vue d’ensemble du sondage 3, depuis le sud, après le second décapage

Cliché : É. Thirault.

Fig. 3 – Coupes nord et sud du sondage 3, sur le replat

Fig. 3 – Coupes nord et sud du sondage 3, sur le replat

Les altitudes sont données en centimètres en-dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat.

DAO : F. Comte, N. le Maux, B. Nicolle, D. Piaca-Martin.

Fig. 4 – Coupes est et ouest du sondage 3

Fig. 4 – Coupes est et ouest du sondage 3

Les altitudes sont données en centimètres en-dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat.

DAO : É. Thirault, B. Nicolle.

Haut de page

Bibliographie

Thirault É. 2006 : Bessans/La Teha (Savoie) : présence néolithique à haute altitude (2250 m) sur les itinéraires transalpins, Bulletin de la société préhistorique française, 103/4, p. 797-799.

Thirault É. 2006 : Les occupations préhistoriques autour du lac fossile de Bessans, rapport final de prospections et de sondages, autorisation triennale 2004-2005-2006, Rochechinard.

Thirault É. 2015 : La Teha à Bessans (Savoie), une halte d’altitude (2250 m) du Néolithique à l’âge du Fer, in L’homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières. Bulles d’archéologie offertes à André Marguet, Dijon, Supplément à la Revue archéologique de l’est, 40, p. 241-258.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du site depuis le nord
Crédits Cliché : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 2 – Vue d’ensemble du sondage 3, depuis le sud, après le second décapage
Crédits Cliché : É. Thirault.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Fig. 3 – Coupes nord et sud du sondage 3, sur le replat
Légende Les altitudes sont données en centimètres en-dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat.
Crédits DAO : F. Comte, N. le Maux, B. Nicolle, D. Piaca-Martin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62763/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Fig. 4 – Coupes est et ouest du sondage 3
Légende Les altitudes sont données en centimètres en-dessous d’un point de référence arbitraire placé sur le replat.
Crédits DAO : É. Thirault, B. Nicolle.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62763/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Thirault, « Bessans – La Teha » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/62763

Haut de page

Auteur

Éric Thirault

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thirault

Université Lumière Lyon 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search