Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200673 – SavoieConjux – Marais de la Chatière, L...

2006
73 – Savoie

Conjux – Marais de la Chatière, Les Côtes

Prospection diachronique (1006)
Responsable d’opération : André Marguet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Au nord de la rive occidentale du lac du Bourget, dans la baie de Conjux/Portout dont la sensibilité archéologique avait été largement confirmée par les prospections menées lors de l’élaboration de la carte archéologique des gisements sous-lacustres savoyards (Marguet 2002 et 2004), les reconnaissances subaquatiques ont été poursuivies. Rappelons que ces travaux visent la caractérisation spatiale des emprises et l’évaluation de l’état de conservation des vestiges immergés.

2Au printemps 2006, du 8 au 31 mai, les travaux ont été menés avec une équipe moyenne de trois plongeurs. En l’absence de végétation immergée, les observations se sont déroulées dans de bonnes conditions de visibilité. Au cours de cette campagne, ce sont les emprises du côté du rivage qui ont été reconnues (profondeur de 2,7 à 3,0 m), aux extrémités occidentales des axes 25nord/zéro/25sud, sur une surface de 4 750 m2 (38 bandes de 5 x 25 m). Ces secteurs étant localisés au voisinage immédiat des gisements de Conjux-Rive 1 (Néolithique moyen) et de Conjux-Rive 2 (Néolithique récent/final) déjà repérés, les piquets découverts cette saison sont sensiblement plus nombreux que ceux mis au jour dans les secteurs prospectés l’année dernière, au milieu des transects de référence (128 numéros ont été attribués). Ils sont souvent groupés en petits ensembles dont les cônes d’érosion et les sections des bois diffèrent morphologiquement. Après topographie, des échantillons ont été prélevés sur onze piquets, principalement des chênes, répartis sur sept ensembles nettement distincts. Les calages par dendrochronologie et radiocarbone ont été réalisés par Archéolabs, sur des crédits Drassm et avec le soutien du Conseil général de la Savoie.

3L’élément le plus significatif, dont la fonction n’est cependant pas connue, est une petite structure énigmatique (structure 2), de forme vaguement rectangulaire (dimensions : 2,50 m de longueur par 0,20 m de largeur maximale), constituée de 37 piquets, en majorité des aulnes. Son allure générale fait directement penser à celle, très semblable, mise en évidence, en 1999, sur le gisement de Conjux-Rive 2. Rappelons que cette derrière, située à environ 70 m au sud-ouest, et de forme trapézoïdale, est constituée de 53 piquets d’aulnes et datée au radiocarbone : 4125 ± 40 BP. La datation radiocarbone au Néolithique récent/final de cette nouvelle structure semble confirmer la contemporanéité que leur morphologie générale faisait supposer : 4065 ± 55 BP, soit -2863-2468 cal. BC.

4Trois autres groupes de piquets ponctuent les emprises prospectées lors de cette campagne. Ils sont datés du milieu du IVe millénaire av. J.-C. : structure 1 : 4770 ± 55 BP (-3650-3377 cal BC), ensemble 4 : 4745 ± 55 BP (-3642-3375 cal BC) et ensemble 3 : 4680 ± 55 BP (-3631-3359 cal BC). À une quarantaine de mètres au sud, des âges comparables provenaient du gisement de Conjux-Rive 1, où des petits chênes avaient livré des dates dendrochronologiques situées entre –3569 et –3521. Un peu à l’écart, d’autres groupements sont identifiés et sont attribués, par la dendrochronologie, à la fin de l’âge du Bronze : abattages vers –953 pour les ensembles 5 et 6 et vers –907 pour l’ensemble 7.

5Lors de ces prélèvements, réalisés sous une dizaine de centimètres de sédiments, aucun vestige organique significatif (lambeaux de couches) n’a été rencontré. Ces secteurs semblent donc très érodés. Par ailleurs, pour mettre en évidence les piquets qui ne présentent pas de cône, les sédiments de surface ont été fouillés manuellement de manière assez fine. Lors de cette reconnaissance des fonds, du mobilier épars a été découvert (22 objets). Il s’agit de quelques vestiges préhistoriques et protohistoriques (fragments de poteries fines et grossières, percuteur sur galet, fragment de silex, galets éclatés), antiques (fragments céramiques), modernes (fragments de poteries savoyardes, lame de couteau en fer) et d’objets difficilement datables (poids de filet et galets encochés).

6Compte tenu des grandes dimensions de cette zone (au minimum 12 ha restent à prospecter), il est nécessaire d’en poursuivre la caractérisation, notamment en préalable aux plans de gestion du patrimoine naturel qui prévoient divers aménagements du littoral. Ces nouvelles campagnes devraient en outre permettre de préciser la manière dont ces petits ensembles secondaires s’articulent par rapport au maillage général des grands gisements qui occupent cette vaste zone naturelle, la baie de Conjux/Portout, ouverte sur le haut Rhône par le canal de Savières.

Fig. 1 – Plan topographique des secteurs prospectés en 2005 (à l’est du point 150 m) et en 2006 (à l’ouest du point 150 m)

Fig. 1 – Plan topographique des secteurs prospectés en 2005 (à l’est du point 150 m) et en 2006 (à l’ouest du point 150 m)

DAO : A. Marguet (Drassm).

Fig. 2 – Tableau des datations par le radiocarbone actuellement disponibles pour les différents ensembles de Conjux (marais de la Chatière, les Côtes) attribués au Néolithique

Fig. 2 – Tableau des datations par le radiocarbone actuellement disponibles pour les différents ensembles de Conjux (marais de la Chatière, les Côtes) attribués au Néolithique

Calibration à 2 sigma.

Analyses Archéolabs.

Haut de page

Bibliographie

Marguet A. 2002 : « Savoie, lac du Bourget. Élaboration de la carte archéologique des gisements du lac du Bourget », Bilan scientifique 2000, Drassm, p. 117-137.

Marguet A. 2004 : « Savoie, lac du Bourget. Élaboration de la carte archéologique des gisements du lac du Bourget », Bilan scientifique 1999, Drassm, p. 113-125.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique des secteurs prospectés en 2005 (à l’est du point 150 m) et en 2006 (à l’ouest du point 150 m)
Crédits DAO : A. Marguet (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Fig. 2 – Tableau des datations par le radiocarbone actuellement disponibles pour les différents ensembles de Conjux (marais de la Chatière, les Côtes) attribués au Néolithique
Légende Calibration à 2 sigma.
Crédits Analyses Archéolabs.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/62859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Marguet, « Conjux – Marais de la Chatière, Les Côtes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/62859

Haut de page

Auteur

André Marguet

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

André Marguet

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search