Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200673 – SavoieLanslevillard – La Claperaz

2006
73 – Savoie

Lanslevillard – La Claperaz

Sondage (2006)
Responsable d’opération : Éric Thirault

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Thirault É. 2016 : Les occupations préhistoriques autour du lac fossile de Bessans, rapport final de prospections et de sondages, autorisation triennale 2004-2005-2006, Rochechinard.

Texte intégral

1Dans le cadre des prospections thématiques visant à documenter « L’occupation préhistorique autour du lac fossile de Bessans », cinq sondages manuels ont été réalisés entre 2004 et 2006 sur le collet de la Madeleine. Ce secteur est indemne de perturbations torrentielles depuis l’effondrement de versant daté du Tardiglaciaire, et la présence d’innombrables blocs de toutes dimensions détermine de nombreuses possibilités d’abris et de camouflages.

2En 2006, trois sondages ont été ouverts au pied de trois abris sous roche situés à l’extrémité orientale de l’effondrement, sur la retombée qui regarde la plaine de Bessans. Un sondage a été ouvert dans l’abri sous roche B, à quelques mètres d’un premier sondage réalisé en 2005 et à l’extérieur d’une structure en pierres sèches. La stratigraphie, reconnue sur près de 2 m d’épaisseur, est identique à celle identifiée en 2005 dans le sondage contigu : deux lits de charbons sont enfouis dans une séquence très rocheuse, constituée majoritairement de dalles de schistes et de gneiss délités et disposés plus ou moins à plat. L’interprétation de cette séquence est délicate : elle témoigne d’incendies anciens, répétés, mais dont l’origine anthropique ou naturelle doit être discutée. Les analyses 14C et anthracologiques permettront de progresser sur ce point.

3Un sondage a été ouvert dans l’abri E, sous la paroi du même bloc que l’abri B, mais sur son flanc nord. Il n’a pas pu être mené à terme, à cause de la progression générale de l’opération de prospection, mais des tessons tournés ont été retrouvés à faible profondeur sous l’humus. Leur datation devra être précisée, mais ils témoignent, comme les constructions en pierres sèches, de l’intensité de l’occupation humaine du secteur durant les périodes historiques.

4L’abri D, tourné à l’est, est aujourd’hui bordé par la route départementale. Il a fait l’objet d’un sondage mené jusqu’à la profondeur de 2,5 m, à laquelle nous avons buté sur une dalle couvrant la totalité du sondage. La séquence est intégralement redevable à un remblai daté de la deuxième moitié du xxe s. (fragments de plastique, canettes aluminium, etc.), destiné à asseoir la chaussée. Si des occupations plus anciennes sont présentes, elles sont hors d’atteinte sans moyens mécaniques et sans déstabiliser la route actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Thirault, « Lanslevillard – La Claperaz » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/62908

Haut de page

Auteur

Éric Thirault

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thirault

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search