Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200673 – SavoieOccupations pré-romaines autour d...

2006
73 – Savoie

Occupations pré-romaines autour du col du Petit-Saint-Bernard

Prospection thématique (2006)
Responsable d’opération : Pierre-Jérôme Rey

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006

Numéro d’opération :

229196

Nature de l'opération :

prospection thématique
Haut de page

Notes de la rédaction

Rey P.-J. 2007 : Occupations pré-romaines autour du col du Petit-Saint-Bernard, programme INTERREG IIIB « ALPIS GRAIA Archéologie sans frontières », rapport d’activité 2006, 2 vol.

Texte intégral

1Intégrée au programme Interreg IIIB « Alpis Graia, Archéologie sans frontières 2003-2006 », cette opération de prospection des deux versants du col du Petit-Saint-Bernard (2 188 m) avait pour objectifs d’analyser l’impact des circulations transalpines et de documenter les premières occupations humaines entre le fond de vallée et les hautes altitudes. La zone de travail offre un transect représentatif de la variabilité verticale des biotopes de 750 à 3 000 m d’altitude. La méthode mise en œuvre repose sur la multiplication des petits sondages manuels dans des contextes topographiques plats ou en faible pente. Les interventions sur le terrain s’accompagnent d’une approche de la dynamique pédo-sédimentaire holocène assurée par Bernard Moulin. 509 sondages ont été réalisés depuis le début des recherches. Si les objectifs de ce travail concernent en priorité les périodes pré-romaines, les résultats obtenus par cette approche systématique concernent, sans grande surprise, toutes les périodes chronologiques.

2Plusieurs campagnes de terrain ont permis de réaliser cette année 188 sondages, dont 98 sur le versant français. Quelques repérages complémentaires ont également concerné les pentes entre Bellentre (La Plagne Tarentaise) et Les Chapelles, la Combe des Moulins et le vallon du Lac du Retour, sur la commune de Montvalezan, ainsi que les vallons de Ponteilles et du Breuil au-dessus de La Thuile. Une séance d’élaboration a eu lieu du 15 au 31 août à La Rosière de Montvalezan.

Répartition des 98 sondages réalisés sur le versant français

Commune de Bellentre (La Plagne Tarentaise)

3Bonconseil, Les Vignettes (autorisation 2006-1211, opération 229211, 5 sondages), Les Marais Plan Couchette (autorisation 2006-1245, opération 229265, 4 sondages).

Commune de Bourg-Saint-Maurice

4L’Abergemin, Le Poiset-Les Anus, La Piat, Les Orgières, Côte Rousse (autorisation 2006-1214, opération 229214, 5 sondages), Le Plâtre, Le Replatet (autorisation 2006-1212, opération 229212, 5 sondages), Versoye, Pommarey, Pré du Sommart (autorisation 2006-1247, opération 229267, 4 sondages), Grands Communaux, Villaret sur La Rosière (autorisation 2006-1246, opération 229266, 4 sondages).

Commune des Chapelles

5Les Avenières, Les Rottes (autorisation 2006-1246, opération 229270, 4 sondages), La Bagnia, Prés Comtés (autorisation 2006-1216, opération 229216, 4 sondages), Mont Carmel (autorisation 2006-1215, opération 229215, 2 sondages), Les Plans, Pramet, Les Rochettes, Saint-Guérin (autorisation 2006-1217, opération 229217, 7 sondages).

Commune de Montvalezan

6Grosse Pierre, Au Croupieux (autorisation 2006-1252, opération 229272, 2 sondages), Corny d’en Haut (autorisation 2006-1218, opération 229218, 3 sondages), Lac du Retour, Combe des Moulins, Putétruit, Plan Pigeux, Sous le Roc Noir, Plan du Repos (autorisation 2006-1251, opération 229271, 14 sondages).

Commune de Séez

7Combe Pleine, Cri d’en Haut (autorisation 2006-1220, opération 229220, 3 sondages), Forêt domaniale des Bochères (autorisation 2006-1254, opération 229274, 2 sondages), abords du col du Petit-Saint-Bernard, Lac Longuet (autorisation 2006-1219, opération 229219, 28 sondages), Les Reiches (Saint-Germain) (autorisation 2006-1221, opération 229221, 1 sondage), Les Tollets (autorisation 2006-1253, opération 229273, 1 sondage).

8Les 86 sondages réalisés sur le versant italien se concentrent sur les replats à flanc de versant de Molliex-Damon et de Parimont, ainsi que sur les verrous glaciaires de Kirriaz et du Mont Bardon pour la commune de Morgex, au Pian del Bosco et sur le versant qui fait face aux hameaux de La Balme et d’Elevaz pour la commune de Pré-Saint-Didier, sur la bordure ouest du bassin de La Thuile, et, pour la même commune, sur le versant nord du col et dans tout le vallon du Breuil, depuis les replats situés sous le lac du Verney jusqu’au col de Bassassera.

Résultats archéologiques sur le versant français

9Sur le versant français, aucune découverte ne se rattache à la Préhistoire, malgré 35 sondages au-dessus de 1 900 m d’altitude à proximité du col.

Néolithique

10À Bellentre (La Plagne Tarentaise), au lieu-dit Les Vignettes (895 m), sur un petit replat structural dominant le fond de vallée d’une centaine de mètres, quatre sondages ont mis en évidence un site de la fin du Néolithique. Les couches archéologiques apparaissent entre 142 et 164 cm de profondeur et contiennent une grande quantité de pierres. Des anomalies dans leur répartition planimétrique (tri granulométrique, effet de paroi…) traduisent probablement des structures d’habitat, qui ont été protégées par un recouvrement rapide de colluvions grossières et de petits apports torrentiels. Le mobilier, rare et fragmenté, comprend des tessons décorés et des fragments de céramiques d’accompagnement campaniformes. Une fosse circulaire de plus de 40 cm de profondeur s’ouvre dans la partie inférieure des couches. Les quelques tessons livrés par le remplissage pourraient témoigner d’une première occupation au Néolithique récent/final.

Protohistoire

11Deux probables habitats protohistoriques ont été identifiés dans la partie inférieure des versants.

12Sur la commune des Chapelles, dans une vaste zone de faible pente orientée au sud, le sondage 2, implanté quelques mètres à l’ouest de la chapelle du Mont Carmel (1 288 m), a révélé, entre 175 et 192 cm de profondeur, une couche archéologique contenant des fragments de céramiques et un empierrement. Quelques dizaines de mètres plus à l’ouest, le sondage 1 a livré entre 110 et 150 cm de profondeur un autre empierrement sans mobilier, qui pourrait se rattacher à la même occupation.

13À Combe Pleine (1 090 m) sur un replat assez vaste exposé à l’ouest, installé entre le versant et la crête d’une moraine latérale, le sondage 3 a montré, entre 278 et 308 cm de profondeur, la présence d’un empierrement horizontal, associé à une couche archéologique contenant des tessons. Dans le sondage 4, situé quelques dizaines de mètres plus au nord, un nouvel empierrement, observé entre 183 et 204 cm de profondeur, et des tessons en céramique non tournée dans les colluvions plus proches de la surface, pourraient appartenir à la même occupation.

14Enfin, quelques tessons peu caractéristiques, remaniés dans des dépôts de colluvions, permettent d’attester la proximité de fréquentations protohistoriques ou néolithiques, sans plus de précisions, à Bourg-Saint-Maurice, au lieu-dit Le Plâtre S4 (1 152 m) jusqu’à 120 cm de profondeur, au lieu-dit La Piat S2 (1 053 m) vers 85 cm de profondeur, au lieu-dit Les Anus S2 (1 125 m) entre 60 et 97 cm de profondeur, aux Chapelles, au lieu-dit Les Rottes S1 (1 385 m) à 80 cm de profondeur, à Séez, au lieu-dit Les Reiches (1 305 m) jusqu’à 62 cm de profondeur, et à Séez, au lieu-dit Combe Pleine S3 (1 093 m), entre 364 et 398 cm de profondeur.

Antiquité romaine

15De nombreux indices de fréquentations et d’occupations antiques ont été recueillis surtout dans la partie inférieure des versants. Une part importante des découvertes se concentre autour du village des Chapelles, où plusieurs tombes gallo-romaines ont été signalées près de « l’ancienne école des garçons » en 1870. Quelques trouvailles très proches du village actuel attestent de la présence probable d’un habitat antique sur le même emplacement : vers la chapelle Saint-Guérin à l’est des Chapelles (1 322 m), deux tessons antiques dont un fragment de sigillée à 80/90 cm de profondeur et vers la chapelle du Mont Carmel, de l’autre côté du village (1 388 m), quelques très petits tessons, dont deux fragments de sigillée jusqu’à 120 cm de profondeur. À des distances plus importantes vers l’est du village, des concentrations de tessons, mis au jour sur des replats nettement distincts, documentent probablement la proximité de petits établissements satellites, par exemple, au lieu-dit La Bagnia S1 (1 262 m), plusieurs petits tessons, dont des fragments de sigillée et de céramique commune ont été trouvés. Des tessons antiques sont également apparus dans les trois sondages réalisés au lieu-dit Les Plans (1 308 m). Les éléments les plus nombreux proviennent du centre du plateau : sondage 1 entre 100 et 150 cm de profondeur, et sondage 2 jusqu’à 120 cm de profondeur. On note la présence de plusieurs tessons de sigillée, d’un fragment de céramique à revêtement argileux et de plusieurs tessons de céramique commune.

16Enfin, des éléments isolés ont été découverts sur la même commune : au lieu-dit Pramet S2 (1 355 m), un petit tesson de sigillée à 50 cm de profondeur, et au lieu-dit Les Avenières (1 468 m), un fragment de sigillée à 110 cm de profondeur.

17Dans la commune de Séez, le site protohistorique de Combe Pleine a été réoccupé durant l’Antiquité, d’après le mobilier découvert à Combe Pleine S4, jusque 183 cm de profondeur, et au Cri d’en Haut jusqu’à 135 cm de profondeur. Il s’agit essentiellement de tessons dont quelques fragments de sigillée, ainsi que de clous et de fragments métalliques rouillés.

18Dans la commune de Bourg-Saint-Maurice, deux nouveaux sondages à Versoye Créternas (1 586 m) ont permis de compléter les données recueillies en 2004. Enfin, des éléments très ponctuels viennent de plusieurs points de la même commune : au lieu-dit Le Plâtre S4 (1 152 m), quelques rares tessons antiques jusqu’à 120 cm de profondeur, au lieu-dit Le Villaret de La Rosière S2 (1 005 m), un tesson de céramique peinte à 60 cm de profondeur, à Vulmix, au lieu-dit La Piat S2 (1 053 m), des petits tessons antiques jusqu’à 85 cm de profondeur.

Occupations probablement postérieures à l’Antiquité

19Dans la Combe des Moulins, au lieu-dit Putétruit, sur la commune de Montvalezan (1 795 m), un sondage implanté dans un petit abri sous bloc a révélé une stratigraphie faiblement dilatée, marquée par la présence d’un dallage intercalé dans une succession de lentilles charbonneuses. Des tessons vernissés proviennent de la première moitié de cette séquence, probablement historique. Dans le vallon du lac du Retour, plusieurs enclos assez frustes de petites dimensions ont été repérés en haute altitude. Implanté à une dizaine de mètres d’une structure quadrangulaire de 3,5 m sur 4 m, sur un empierrement peu visible de quelques mètres carrés, le sondage (2 238 m) permet d’observer, sous l’humus actuel, un niveau de démantèlement contenant pierres et charbons de bois.

Principaux résultats archéologiques sur le versant italien

20Sur le versant valdotain, en territoire italien, les acquis concernent essentiellement la Protohistoire. Au Pian del Bosco à Pré-Saint-Didier (1 240 m), trois sondages apportent des informations complémentaires sur ce site de hauteur de l’âge du Fer découvert en 2004. Une tranchée de 12 m de longueur à travers un des empierrements les plus volumineux a démontré la présence d’un rempart en pierres à double parement de 2,3 m de large, conservé en élévation sur près d’un mètre. Une stratigraphie dilatée permet de reconstituer plus finement la chronologie des occupations successives entre le Hallstatt et l’Antiquité. Un bâtiment incendié appuyé contre le rempart a livré une importante série céramique en excellent état de conservation.

21Sur la commune de Morgex, au sommet d’un escarpement rocheux situé à Molliex-Damon, à l’extrémité d’un épaulement allongé qui domine la Doire Baltée, un sondage de 4 m2 a livré de rares tessons non tournés jusqu’à 65 cm de profondeur. L’absence du moindre éclat taillé évoque plutôt une occupation protohistorique, même si le seul site connu à proximité est un foyer sans mobilier daté du Néolithique final, situé à quelques centaines de mètres au sud-est sur le même plateau.

22Dans la commune de La Thuile, à l’entrée du vallon du Breuil, près du lieu-dit Plan Veyle (2 005 m), plusieurs sondages ont abordé un établissement antique. Le plus intéressant est le sondage 3, qui a révélé, sur 16 m2, des couches faiblement enfouies contenant un abondant mobilier céramique. Ces dépôts scellent plusieurs trous de poteaux qui documentent probablement un bâtiment en bois. Intervenant dans une vaste zone de faible pente proche du col, mais à l’écart de la voie de passage, cette découverte pourrait être liée au pastoralisme. Dans le même sondage un niveau archéologique plus ancien contenant un grand foyer à plat et quelques tessons non tournés, témoigne d’une première occupation du secteur durant le Néolithique ou la Protohistoire (datation en cours). À quelques mètres, on observe un grand bassin creusé dans le rocher et quasi totalement comblé, relié à un système de canaux d’irrigation encore partiellement en usage.

23Enfin, un objet en céramique, dont la pâte pourrait s’apparenter aux productions antiques, a été découvert sur le versant nord du col S5 (2 390 m), entre 40 et 60 cm de profondeur. Il s’agit d’un fragment d’élément circulaire, qui présente plusieurs perforations traversantes et d’autres non traversantes, et qui pourrait évoquer une fusaïole ou une faisselle, ou encore une pièce de jeux.

Bilan

24La campagne 2006 a permis de réaliser des sondages dans des tranches d’altitudes peu abordées les années précédentes : entre 1 100 et 1 500 m et au-dessus de 2 200 m. Les environs du col sont beaucoup mieux couverts, même s’il subsiste encore des zones non documentées sur le versant nord du côté français. Des sites déjà repérés ont fait l’objet d’investigations complémentaires pour caractériser certaines structures, préciser la chronologie des occupations et documenter la culture matérielle. La répartition géographique et verticale des sondages est mieux équilibrée et assure une meilleure représentativité des données obtenues.

25La découverte de quatre nouveaux sites néolithiques et protohistoriques, ainsi que les données complémentaires recueillies au Pian del Bosco, constituent des résultats particulièrement importants pour la connaissance de l’habitat dans les régions alpines. Une série de datations 14C va permettre de préciser le calage chronologique de ces occupations.

26Durant l’Antiquité, l’essor du peuplement du bassin de Bourg-Saint-Maurice est confirmé, avec la mise en évidence de trois nouveaux sites antiques et de nombreuses découvertes isolées en dessous de 1 400 m. La multiplication des trouvailles autour du village des Chapelles, entre 1 200 et 1 400 m d’altitude, témoigne d’un développement de l’exploitation de l’étage montagnard.

27L’analyse préliminaire de la répartition altitudinale des indices, structures et sites découverts depuis 2003, met en évidence une première phase de développement de la présence humaine dans les versants et les alpages au Néolithique final et au Bronze ancien sur le versant français. Puis, le début du Bronze final est marqué par un nouvel essor sur les deux versants, qui se développe jusqu’à la fin de l’Antiquité. On observe un plafonnement vers 1 500-1 700 m de l’altitude supérieure des occupations au cours de l’âge du Fer, qui semble s’accompagner d’un développement de la présence humaine dans l’étage montagnard, d’abord près de l’itinéraire, puis, de manière plus large, durant la période romaine. L’occupation semble regagner un peu en altitude pendant l’Antiquité, en particulier à proximité du col. L’utilisation des sites de hauteur montre une synchronie entre les deux versants, qui apparaît timidement au Bronze final, puis bien plus nettement à partir du premier âge du Fer. L’occupation de ces sites à caractère défensif, toujours proches de l’itinéraire, semble relever d’une dynamique spécifique probablement liée à l’essor des circulations par le col. L’analyse des séries céramiques livrées par certains des sites protohistoriques, en particulier Le Châtelard de Bourg-Saint-Maurice en 2003 et le Pian del Bosco à Pré-Saint-Didier en 2006, apportera rapidement des éclairages complémentaires sur les échanges transalpins et permettra de compléter le cadre chronoculturel régional.

28La richesse des résultats obtenus depuis 2003 démontre l’efficacité de la méthode employée, et vient souligner l’intérêt d’une poursuite des recherches, pour une approche mieux étayée de la dynamique de l’occupation humaine et des circulations, entre la Préhistoire et l’Antiquité, au cœur des Alpes occidentales.

Fig. 1 – Vue générale du site campaniforme (Bellentre, les Vignettes, 895 m)

Fig. 1 – Vue générale du site campaniforme (Bellentre, les Vignettes, 895 m)

Cliché : P.-J. Rey.

Fig. 2 – Stratigraphie est (Bellentre, les Vignettes, 895 m)

Fig. 2 – Stratigraphie est (Bellentre, les Vignettes, 895 m)

Cliché : P.-J. Rey.

Fig. 3 – Vue générale du plateau et des sondages 1 et 2

Fig. 3 – Vue générale du plateau et des sondages 1 et 2

Cliché : P.-J. Rey.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du site campaniforme (Bellentre, les Vignettes, 895 m)
Crédits Cliché : P.-J. Rey.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/63069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Fig. 2 – Stratigraphie est (Bellentre, les Vignettes, 895 m)
Crédits Cliché : P.-J. Rey.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/63069/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 913k
Titre Fig. 3 – Vue générale du plateau et des sondages 1 et 2
Crédits Cliché : P.-J. Rey.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/63069/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jérôme Rey, « Occupations pré-romaines autour du col du Petit-Saint-Bernard » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 22 février 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/63069

Haut de page

Auteur

Pierre-Jérôme Rey

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre-Jérôme Rey

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search