Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202042 – LoireSaint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loir...

2020
42 – Loire

Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire – Joeuvres

Prospection diachronique (2020)
Responsable d’opération : Jean-François Parrot
Notice rédigée avec Claude Janin

Notes de la rédaction

Parrot J.-F 2020 : Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire (Loire, Auvergne-Rhône-Alpes) Joeuvre, rapport de prospections.

Texte intégral

1L’oppidum de près de 70 ha est dit en méandre barré, il est situé sur la rive droite de la Loire, à 12 km en amont de la ville de Roanne sur le territoire de la commune de Saint-Jean-Saint-Maurice (Loire). Une boucle prononcée du fleuve détermine une sorte de presqu’île, limitée au sud-est par deux petites vallées qui, à partir du point le plus élevé, se dirigent l’une vers le nord, l’autre vers le sud. Au sommet de ces deux vallées se trouve une sorte de butte, fermant l’oppidum, qui semble avoir été surélevée artificiellement. Au nord de cette butte, une butte naturelle complète l’ensemble.

2L’état de friche du plateau ne permet pas de prospecter correctement partout. L’objectif était de reconnaître et documenter l’état actuel de ce qui reste du rempart. Les prospections ont permis de reconnaître et retrouver les découvertes de Michel Vaginay lors de ses prospections de 1985, tout en partageant ses interrogations.

3Le rempart est fortement dégradé, au point qu’il est difficile d’en évaluer l’épaisseur. On ne retrouve pas de traces de trous de solive horizontal, qui permettraient de conclure à un éventuel murus gallicus. L’état des vestiges ne permet pas non plus d’en exclure l’hypothèse. Il semble bien que des éléments du rempart aient été utilisés pour les constructions des demeures modernes du hameau de Joeuvres, ce qui a contribué à sa forte dégradation à proximité dudit hameau.

4Comme les prospecteurs précédents, nous avons été surpris par l’existence d’une structure en ovale, entourée d’un mur. La structure du mur entourant cet ensemble ne semble pas correspondre au reste du rempart. Les blocs les plus gros sont au-dessus des blocs les plus petits ce qui aurait fragilisé un système de défense. De plus, on observe la présence d’une autre fragilisation : deux ouvertures d’accès vers le haut de la structure ont été aménagées lors de sa construction. Cette ouverture montre un mur d’une épaisseur de près de 2 m de large, incompatible avec un mur agricole de culture en terrasse. Est-ce une plate-forme de défense? Rien n’interdit de penser que cet ensemble fasse partie de la défense du site, sans bien en comprendre l’usage. Aucun élément ne permet actuellement de dater. La parcelle était cultivée au xixe s., mais pas en vigne. La construction est trop complexe pour imaginer une simple parcelle aménagée pour une culture en terrasse, même s’il n’est pas exclu de penser qu’elle ait pu être utilisée comme tel par opportunité.

5Les prospections du 23 septembre 2020 ont permis de profiter des basses eaux du fleuve pour prospecter le promontoire ouest. Un abondant mobilier antique a pu être recueilli. Dense, homogène, il est constitué de tessons d’amphores difficilement datables, de céramiques communes fortement roulées et de ce qui semble bien être des morceaux de béton de tuileau. Il semble bien que seuls les tressons les plus lourds soient restés en place. L’absence de sigillée n’est pas significative, les courants du fleuve ont pu emporter tout ce qui était le plus léger. On a certainement affaire ici à un habitat antique, hors de l’enceinte de l’oppidum gaulois.

Fig. 1 – Le site sur la carte IGN 2010

Fig. 1 – Le site sur la carte IGN 2010

Cliché : IGN.

Fig. 2 – Structure ovale

Fig. 2 – Structure ovale

Cliché : IGN.

Fig. 3 – Vue tridimensionnelle du rempart et d’une structure entre les deux buttes

Fig. 3 – Vue tridimensionnelle du rempart et d’une structure entre les deux buttes

DAO : équipe de fouille.

Haut de page

Bibliographie

Vaginay M. 1985 : Rapport de prospection, Lyon.

Vaginay M. 1986 : « Les oppida de la Loire. Joeuvre et le Crêt-Châtelard : recherches récentes », Cahiers archéologiques de la Loire, 6, p. 47-67.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le site sur la carte IGN 2010
Crédits Cliché : IGN.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/63263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 2 – Structure ovale
Crédits Cliché : IGN.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/63263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 3 – Vue tridimensionnelle du rempart et d’une structure entre les deux buttes
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/63263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Parrot, Claude Janin, « Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire – Joeuvres » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 17 mai 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/63263

Haut de page

Auteurs

Jean-François Parrot

Articles du même auteur

Claude Janin

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Parrot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search