Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201643 – Haute-LoireLafarre – Rocher de Largier

2016
43 – Haute-Loire

Lafarre – Rocher de Largier

Fouille programmée (2016)
Responsable d’opération : Jean-Louis Voruz

Notes de la rédaction

Voruz J.-L. 2016 : Le rocher de Largier, rapport de fouille.

Texte intégral

1Nous avons effectué en 2015 et 2016 une petite fouille de sauvetage dans un site hallstattien, découvert récemment au bord de la Loire, tout près du camp d’Antoune, qui date, lui, de la fin de l’âge du Fer (Kurzaj 2011).

2Le rocher de Largier est un neck de basalte, un pont de sortie de lave, qui se voit à travers la zone de cuisson dans le granite et la disposition oblique de la colonnade (fig. 1).

Fig. 1 – Vue générale à l’altitude de 922 m, en direction du sud, prise par le drone de P. Garcin au mois de juillet 2016

Fig. 1 – Vue générale à l’altitude de 922 m, en direction du sud, prise par le drone de P. Garcin au mois de juillet 2016

On distingue nettement les fouilleurs au sommet du tertre, à gauche, bien séparés de la fouille hallstattienne de l’ouest du site, 60 m plus loin.

Cliché : J.-L. Voruz.

3La coupe générale (fig. 2) et la fouille de cette zone sur près de 100 m2 permettent d’avoir une bonne idée de la chronologie générale :

  • En 2011, les travaux du propriétaire installent une croix, moderne, car mégalithogène.
  • Dans la deuxième moitié du xixe s., les habitants du hameau du Largier installent une croix sur le point le plus haut, et font les couches 1 et 2, l’arène granitique de la couche 2 provenant peut-être de la partie sud du rempart.
  • La couche 3 est un autre épisode, non anthropique, daté entre le ier s. av. J.‑C. et le xixs., qui voit l’aménagement sommaire d’un passage (entrée 1) pour les moutons, et les gens, qui auraient pu se servir de pierres du rempart en l’amincissant.
  • Une occupation brève au ier s. av. J.‑C. (La Tène finale, plutôt de la vallée du Rhône ou du Midi, selon les affinités de la céramique, et non pas du centre de la France), provoque la couche 4, sableuse, et diverses choses non hallstattiennes, comme une céramique à décor lissé, deux fragments de coupe campanienne B du ier s. av. J.‑C., ainsi qu’une meule circulaire (une catulli).
  • Une longue et fructueuse occupation, au sens archéologique du terme, qui occupe les couches 7, 6 et 5, forme la première installation humaine sur le rocher. Quel sens donner au fait que ces trois couches soient très différentes ? Alors que la couche 7 ressemble beaucoup à celle qu’on peut voir sur les autres sites hallstattiens, les couches 5 et 6 résultent d’une installation d’un rempart bien construit, aménagé avec ses deux portes, son chemin de ronde qui part en direction de l’habitat, conservé une cinquantaine de mètres plus loin vers l’ouest, et ses glacis internes destinés à bien le retenir, avec du mobilier de l’Hallstatt final (500-450 av. J.‑C.), plutôt méridional. L’accès est aussi bien construit, peut-être même avec le creusement d’un passage taillé dans la blocaille, rehaussé d’une poutre destinée à recevoir les marques des utilisateurs. Mais le rempart est-il uniquement défensif ou tient-il une autre fonction, sociale ou cultuelle ? On ne peut le dire. Les comparaisons avec les autres sites ne donnent guère d’informations utiles. Tout juste peut-on retenir que la fabrication d’un rempart va de soi avec l’habitat, comme si c’était une manière habituelle de la construction.
  • Les basaltes de la couche 8, qui ont donné la forme du rocher de Largier, ont été taillés lors de la couche 7, et peut-être aplanis sous le sommet. Par contre, il est aussi possible que la pente au sud du rempart ait été trop forte pour bien conserver les blocs du rempart.

Fig. 2 – Coupe au travers du rempart hallstattien, en direction du nord

Fig. 2 – Coupe au travers du rempart hallstattien, en direction du nord

Les couches 1 à 7 sont bien anthropiques, et relèvent, soit de la mise en place d’une croix au xixe s., soit de la mise en place d’un tertre, vu sur sa coupe transverse, dont on ne comprend guère la signification.

Cliché : J.-L. Voruz.

4Les deux autres secteurs de fouille donnent, sur la partie centrale du rocher du Largier, quelques informations sur l’architecture et sur l’habitat du site, malheureusement sur une surface trop petite pour être bien expliquée (fig. 3) : une sorte de murette de blocs anthropiques, à angle droit, d’environ 60 cm de large, et venant se terminer contre la remontée du plateau de la couche 8.

Fig. 3 – Vue très partielle d’un décapage dans la partie occidentale du site

Fig. 3 – Vue très partielle d’un décapage dans la partie occidentale du site

Le fouilleur relève les nombreux blocs basaltiques.

Cliché : J.-L. Voruz.

5Insistons sur le rempart du site, le premier à être fouillé en Haute-Loire, qui se définit par des blocs soigneusement déposés, d’abord sur les deux parements oriental et occidental. C’est dire que nous avons plutôt un tertre assorti au sommet du rocher, aménagé pour être vu de l’extérieur, qu’il soit ou non défensif. Ce rempart est vraiment sommital, et tout autour des falaises de basalte instables, hautes de 5 à 30 m, empêchent l’accès au site. C’est pour cela que nous avons bien observé les deux entrées orientales du site, l’une étant récente (entrée 1, xixs.), l’autre étant forcément contemporaine du Hallstatt final, avec une poutre centrale déposée le long du caniveau central, qui a peut-être été taillé, sur ses cinq blocs entravés. Le rempart est assorti de plusieurs sortes de bâtis pierreux qui ont dû être déposés en même temps : un glacis, qui comporte quatre niveaux successifs de blocs assortis, une assise intermédiaire sise au milieu de la construction, une courtine occidentale, une sorte de chemin de ronde horizontal, qui rejoint la deuxième porte d’entrée formée d’une double paire de granite entourant une grande dalle de plus de 60 cm. Les deux parements, qui font, autour de 922 m, l’assise véritable de notre beau rempart, sont, en plus, déposés selon une bonne limite de couche, l’intérieur étant plus induré, plus compact, plus clair, et en même temps plus riche en mobilier. On tâcherait, en plus, d’insister sur les matériaux utilisés pour la construction du rempart et de ses annexes : des basaltes, des quartz, des granites exogènes en grande quantité, de toutes dimensions.

6Il resterait bien à comprendre le but ultime de ce rempart : est-ce simplement religieux, est-ce vraiment social dans une commémoration cultuelle ou prophylactique, est-ce que les rapports entre les chefs assurant alors la construction seraient jalousifs, ou bien est-ce purement défensif ?

7Le mobilier archéologique donne des tessons, de type Hallstatt D2-D3/La Tène A1 (Hallstatt final-La Tène ancienne) ou Hallstatt final, pour rester dans une chronologie plus souple. Les trois tessons « intrusifs », au contraire, sont de La Tène finale, au ier s. av. J.‑C.

8Les formes basses, particulièrement les coupes coniques à rebord droit redressé, sont les plus typiques et caractérisent tout le Hallstatt. Les formes hautes, à profil sinueux, montrent une grande variété de décors sur cordon ou directement sur la panse, cette variabilité étant justement une caractéristique de l’étape finale du Hallstatt. Mais le plus typique réside dans les décors gravés de lignes horizontales, ou parfois interrompus par des incisions continues, qui sont comparables dans le Hallstatt final de l’Ardèche méridionale et du Gard, mais qui restent absents de la sphère médiane de l’Ardèche. Tout se passe donc comme si c’était des « largierriens », originaires d’Alès, et non de Montélimar, qui étaient redevables de notre ambiance typologique.

9Le mobilier métallique ne comprend que trois pièces : un fragment de bracelet à décor de nodosités, un clou complet et une clavette ou un clou qui n’apportent rien de bien particulier au sens typologique, mais qui témoignent déjà de la maîtrise technologique qu’avaient les gens de l’âge du Fer.

10Quant au mobilier lithique, on dénombre maints types, comme les bouchardes, les aiguisoirs, les galets facettés, les molettes ou les meules, ainsi que trois silex. On retiendra surtout les traces de filons quartzeux qui peut-être délivrent de la galène (exploité ?).

11La fonction de ces sites de hauteur est encore difficilement déterminable. Ainsi, à Largier, on hésite encore dans la destination du rempart : va-t-il avec l’habitat, ou bien joue-t-il un rôle, symbolique ou prophétique, dans l’aménagement d’un site, que celui-ci soit funéraire, économique ou artistique ?

12Mais c’est la première fois que l’on fouille quelque chose du premier âge du Fer, le Hallstatt, en Haute-Loire, depuis la moitié de fosse du site de Caramontron à Sinzelles (Polignac), fouillée par Joël Vital en 1980, et qui était plutôt du Hallstatt moyen. On peut donc dire, on doit même le redire, que nos connaissances sur cette période, et sur l’âge du Bronze précédent, sont des plus ténues par rapport aux autres régions, la vallée du Rhône particulièrement, où la majorité des sites de hauteur concerne le Bronze final.

Haut de page

Bibliographie

Kurzaj M.-C. 2011 : Le Camp d’Antoune, un oppidum vellave, Bulletin historique de la société académique du Puy-en-Velay et de la Haute-Loire, LXXXVII, p. 229-244.

Vital J. 1988 : Un four-dépotoir du viiie/viie s. av. J.‑C. à Sinzelles-Caramontron (commune de Polignac, Haute-Loire), Revue Archéologique du Centre de la France, t. 27, fasc. 1, p. 43–60.

Treffort J.-M., Voruz J.-L. 2014 : Le rocher de Largier. Découverte d’un nouveau site hallstattien en Haute-Loire, commune de Lafarre, in Bullinger J., Crotti P., Huguenin C. (dir.), De l’âge du Fer à l’usage du verre. Mélanges offerts à Gilbert Kaenel, dit « Auguste », à l’occasion de son 65e anniversaire, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 151, p. 279–285.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale à l’altitude de 922 m, en direction du sud, prise par le drone de P. Garcin au mois de juillet 2016
Légende On distingue nettement les fouilleurs au sommet du tertre, à gauche, bien séparés de la fouille hallstattienne de l’ouest du site, 60 m plus loin.
Crédits Cliché : J.-L. Voruz.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/65544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Coupe au travers du rempart hallstattien, en direction du nord
Légende Les couches 1 à 7 sont bien anthropiques, et relèvent, soit de la mise en place d’une croix au xixe s., soit de la mise en place d’un tertre, vu sur sa coupe transverse, dont on ne comprend guère la signification.
Crédits Cliché : J.-L. Voruz.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/65544/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Vue très partielle d’un décapage dans la partie occidentale du site
Légende Le fouilleur relève les nombreux blocs basaltiques.
Crédits Cliché : J.-L. Voruz.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/65544/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Voruz, « Lafarre – Rocher de Largier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 07 février 2021, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/65544

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Voruz

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Louis Voruz

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search