Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201643 – Haute-LoireSaint-Julien-des-Chazes – Abbaye ...

2016
43 – Haute-Loire

Saint-Julien-des-Chazes – Abbaye de femmes Saint-Pierre-des-Chazes

Sondage (2016)
Responsable d’opération : Bernard Galland

Texte intégral

1La commune de Saint-Julien-des Chazes est surtout connue par un monument emblématique du tourisme altiligérien : la chapelle romane de Sainte-Marie-des-Chazes, isolée sur la rive droite de la haute vallée de la rivière Allier. Quelque 500 m en aval, en rive gauche, se trouve le bourg de Saint-Julien-des-Chazes, installé sur étroit replat au confluent du torrent de Darne et de l’Allier. Le site, véritable « désert », a dû être desservi par un gué situé en aval, associé à une tour de défense. Il est désenclavé, depuis la fin du xixe s., par un pont métallique qui enjambe l’Allier d’une seule portée.

2Le bourg s’organise de part et d’autre du torrent de Darne. Adossée aux pentes rocheuses, l’église paroissiale dédiée à Saint-Julien, vraisemblablement d’origine romane, est reconstruite au xve s. Au nord, en bordure de l’Allier, subsistent les vestiges de l’abbaye Saint-Pierre-des-Chazes.

3Saint-Pierre-des-Chazes est l’une des trois abbayes de femmes de règle bénédictine de la région de Brioude. Sa fondation se situe dans le premier quart du xe s., après Blesle et avant Chanteuges. L’abbaye était destinée à l’accueil de « filles de qualité », désignées comme « Dames ». Elles vivaient dans des logements séparés, groupés autour du cloître, les casae, qui ont donné leur nom de « chazes » à l’abbaye. Huit prieurés, répartis sur les diocèses du Puy, de Saint-Flour et Mende en dépendaient.

4L’abbaye et son enceinte forment un vaste îlot quadrangulaire accessible par un porche, à l’ouest, daté de 1605 côté cour. L’état actuel du bâti reflète une organisation d’époque classique, englobant les vestiges d’un cloître avec son préau et une grosse maison d’habitation bourgeoise du début du xixe s.

5L’évolution chronologique des bâtiments n’est qu’imparfaitement connue. L’église abbatiale romane n’était pas localisée. Des archives relatent l’édification de fortifications au xve s. (une « maîtresse porte » et une tour de défense), qui laissent imaginer un état médiéval plus restreint. Le xvie s. voit la reconstruction des galeries du cloître. Au xviie s., l’abbaye est probablement agrandie, mais, en 1645, un incendie la détruit presque intégralement. S’ensuit une reconstruction vers 1666.

6Après la Révolution, vendus comme bien national, les bâtiments sont divisés et rachetés par les habitants du village, qui n’ont de cesse de les remanier pour les mettre au goût du jour.

7Le propriétaire de la parcelle englobant les vestiges du cloître et de la maison bourgeoise avec ses vestiges médiévaux a souhaité qu’une protection soit établie sur sa propriété. Le but de l’intervention était d’établir les plans de ce bâti complexe, afin d’identifier et de situer les vestiges des diverses époques.

8Au sous-sol de l’habitation, des vestiges d’époque romane des xie et xiie s. étaient déjà connus, mais les étages supérieurs ont révélé les éléments médiévaux inconnus d’une des travées ouest de l’église abbatiale : un doubleau avec ses supports et les vestiges du couvrement en berceau de la nef dans les combles. La maison d’habitation actuelle est donc bâtie sur l’emplacement exact de l’ancienne église abbatiale romane, en réutilisant une partie de ses éléments structurels !

9Des parties de l’enceinte extérieure, formant un front défensif à l’est de l’abbaye, ont également été identifiées. Elles correspondent probablement à la fortification évoquée par les archives du xve s., telle la « maîtresse porte », noyée dans des bâtiments adventices, et reliée par une courtine à la tour est, qui accueille une remarquable chapelle du xve s. timbrée aux armes des abbesses qui se sont succédé, de 1440 à 1475, sur le siège abbatial.

10Cette première approche a permis, le 13 janvier 2017, l’inscription au titre des monuments historiques des vestiges médiévaux comme des parties les plus récentes, la maison d’habitation étant conservée dans un état d’authenticité remarquable.

11Le potentiel archéologique de cet ensemble est considérable et couvre l’ensemble de l’îlot abbatial. Sa protection, dans un second temps, pourrait être envisagée.

Fig. 1 – Plan d’ensemble de l’ancienne abbaye au premier niveau

Fig. 1 – Plan d’ensemble de l’ancienne abbaye au premier niveau

Les parties romanes correspondent aux structures basses de l’abbatiale romane.

DAO : B. Galland.

Fig. 2 – Élévation du mur nord de la chapelle nord-ouest

Fig. 2 – Élévation du mur nord de la chapelle nord-ouest

Arcature romane, xie s.

Cliché : B. Galland.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble de l’ancienne abbaye au premier niveau
Légende Les parties romanes correspondent aux structures basses de l’abbatiale romane.
Crédits DAO : B. Galland.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/65585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 2 – Élévation du mur nord de la chapelle nord-ouest
Légende Arcature romane, xie s.
Crédits Cliché : B. Galland.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/65585/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Galland, « Saint-Julien-des-Chazes – Abbaye de femmes Saint-Pierre-des-Chazes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 07 février 2021, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/65585

Haut de page

Responsable d’opération

Bernard Galland

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search