Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201643 – Haute-LoireSaint-Paulien – Notre-Dame de Hau...

2016
43 – Haute-Loire

Saint-Paulien – Notre-Dame de Haut-Solier, rue Estruscille

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2019 : Saint-Paulien (Haute-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes) Notre-Dame de Haut-Solier, rue Estruscille, rapport de fouille, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Saint-Paulien est situé à une quinzaine de kilomètres au nord du Puy-en-Velay, dans le département de la Haute-Loire. L’emprise de la fouille correspond à l’étude des élévations du bâtiment situé dans la parcelle AN 121 (surface : 650 m2), dans le quartier du Haut- Solier, qui se situe dans la partie septentrionale de l’agglomération, à une altitude (822 m) légèrement supérieure à celle du centre-ville.

2Cette fouille préventive de bâti est motivée par le projet de rénovation du bâtiment. Celui-ci est constitué d’un corps de bâtiment rectangulaire orienté est-ouest (environ 23,70 m x 7 m hors d’œuvre) mais avec plusieurs déformations : les largeurs sont légèrement différentes suivant les points de mesure (de 6,66 m à 7,40 m) et les murs latéraux s’ouvrent aux extrémités. Le rectangle présente par ailleurs la particularité d’être particulièrement allongé, avec un rapport de 3,4 pour 1 entre la longueur et la largeur, sans refend structurel interne.

Le contexte historique

3La première mention du site concerne l’église Notre-Dame du Haut-Solier, en 1274, dans la « foi-hommage à l’évêque Guillaume de la Roue par le Vicomte de Polignac ».

4Mais ce sont certainement les lignes consacrées au quartier du Haut-Solier, que Gaspar Chabron rédige en 1625, dans un mémoire bien plus général sur la famille de Polignac, qui, tout en livrant une description particulièrement intéressante des vestiges localisés à proximité de l’église du Haut Solier, fonde l’intérêt pour ce secteur.

« Cette ville avait dans son enceinte trois forteresses, l’une desquelles étoit posée sur le plus haut et milieu de la ville, et les autres sur deux portes d’icelle [,..] Sur les premières ruines de cette forteresse fut depuis bati un château, que l’on apeloit de la Mote, de Mota, qui au langage du pais veut dire un lieu élevé... »

5Un château fut donc construit sur les « premières ruines » de ce monument, qui portait le nom de « La Mote » en raison de sa position élevée. Cette dénomination, ainsi que la définition donnée ici, pose question sur la présence ou non d’une motte castrale ou d’un phénomène d’emmotement anthropique à cet endroit : en effet, elle semble simplement correspondre à la topographie du lieu. Si une fortification a bien été édifiée, il risquerait donc d’être impropre et anachronique de la définir comme une « motte » au sens archéologique actuel, sur la seule indication de ce toponyme.

« Ces fondements et murailles étoient faits de la même façon que Grégoire de Tours décrit ceux du temple de Vassogalate [...] savoir aiant la muraille double, le dedans bâti de même, et petite pierre, à chaux et à sable, dont on voit encore une partie servant de fondement à l’église qu’au-devant est batie au-dessus, appelée Notre Dame de Haut Soulier, ainsi qu’elle faisoit à cette tour, et le dehors étoit de grands cartiers de pierre blanche d’une grandeur démesurée dont on trouva 18 lits ou assises restants entières dans la terre, de trois cotés dudit batiment : du midy, du couchant et du nord, la muraille double jointe avoit bien les 30 pieds d’épaisseur marqués par cet auteur. »

Il est explicitement fait mention ici de l’église Notre-Dame-du-Haut-Solier et de sa localisation « sur et devant » ces vestiges.

6La mention d’une muraille double et l’emploi de petites pierres avec de la chaux semble correspondre à celle d’une maçonnerie fourrée entre deux parements de grand appareil. La description du Vassogalate (situé à Clermont-Ferrand) par Grégoire de Tours fait état du même type de construction, pour une largeur comprise entre 9 et 10 m. Mais une telle maçonnerie ne semble pas avoir existé, la mesure correspondant plutôt à une « pièce » du monument. Ce qui pourrait bien être le cas ici aussi puisque l’« épaisseur » est prise entre trois côtés : sud, ouest et nord.

7Le « dehors », c’est-à-dire le parement extérieur est constitué de « cartiers d’une grandeur démesurée », qui évoquent bien sûr les blocs de grand appareil encore présents sur le site. Cette description semble s’attacher exclusivement aux fondations, d’autant plus que les assises découvertes sont « entières dans la terre ».

8On peut toutefois s’interroger sur la présence de 18 assises de grand appareil (que l’on peut estimer à une hauteur comprise entre 6 et 9 m) situées sous terre. De plus, le parement est ravalé et extrêmement soigné :

« Au reste cette pierre de taille étoit si bien liée, jointe et unie sans aucun mortier ny ciment, que l’on avoit peine à reconnaitre l’endroit de la liaison, assemblage et jointure des pierres... »

Il paraît surprenant qu’un tel soin soit apporté à 18 lits de fondation. Une partie de ces assises correspond donc peut-être à des superstructures qui se sont retrouvées enfouies du fait de l’exhaussement progressif des sols, ou alors d’une action plus radicale, comme le serait un emmottement. Mangon de La Lande rapporte en 1826 la découverte de blocs monumentaux effectuée à l’occasion du creusement d’un puits cinq ans auparavant. Si la localisation dans le quartier du Haut-Solier reste floue, l’indication de la proximité de l’inscription dédiée à Etruscilla est intéressante puisque celle-ci est conservée dans la maçonnerie de « notre » bâtiment.

9Le diagnostic, qui a concerné cette même place en 2017, avaient livré quelques blocs erratiques, mais à une faible profondeur, en position de remploi, dans des couches de démolitions. Auparavant, deux autres diagnostics récents menés dans deux parcelles mitoyennes situées immédiatement au nord de la place avaient également livré des blocs de grand appareil. En ce qui concerne l’église du Haut-Solier, la problématique est différente puisque celle-ci apparaît de façon directe dans les textes en 1274. Les vestiges conservés peuvent parfaitement s’accorder avec une architecture de cette époque. Mais a-t-il pu exister des édifices antérieurs ?

10L’existence de trois églises (Notre-Dame du Haut-Solier, Saint-Georges, et Hors les Murs) pose évidemment question, d’autant plus que Notre-Dame du Haut-Solier, bien qu’église paroissiale, n’a pas servi de lieu d’inhumation, contrairement aux deux autres. Sa fréquentation semble assez limitée, du moins au xviiie s., puisqu’en 1754, les chanoines de la collégiale Saint-Georges souhaitent supprimer la paroisse du Haut-Solier, mais le bâtiment sera vendu comme bien national en 1792, en tant qu’église.

11Parmi les sondages effectués à proximité, seul celui situé dans la partie sud de la place a livré une unique sépulture datée par radiocarbone du viie s. Cette datation, ainsi que la proportion importante de céramique mérovingienne et carolingienne dans ces sondages, démontrent l’occupation du site durant ces périodes, même si elle reste difficile à caractériser. Outre cette période, on note également la présence de tessons du Haut-Empire, mais aussi des ive et ve s. Trouvés dans un contexte extrêmement remanié de matériaux de démolition, ils n’en témoignent pas moins de la longue occupation du site. Par contre, le Moyen Âge postérieur au xe s. est peu ou pas représenté dans ces assemblages.

L’analyse du bâti

12Comme le laissait présager l’aspect tout à fait inhabituel du bâtiment, qui a d’ailleurs motivé la prescription, sa genèse puise dans des éléments disparates, remaniés et fortement imbriqués, et se déploie sur un spectre chronologique particulièrement ouvert pour une étude de bâti. De ce fait, la construction a plusieurs fois remployé ses propres matériaux, les assimilant et les mélangeant suivant différents chantiers. Le bâtiment a, en quelques sortes, servi de carrière à ses propres reconstructions, sans évidemment exclure des apports exogènes à chaque étape. La morphologie même du bâtiment a, bien entendu, évolué, mais, là encore, en restant dans un canevas de base, défini à partir du Moyen Âge, par la géométrie rectangulaire de l’église, peut-être inspirée par celle d’un édifice antérieur. Enfin, la plupart des transformations formelles semble reposer sur des changements radicaux de fonction, passant d’une église à un bâtiment agricole puis à une habitation pour les phases reconnues, mais s’appuyant auparavant sur un édifice monumental antique inconnu, et peut-être sur une construction, chapelle et/ou tour, liée à l’emmottement seigneuriale du Haut-Solier.

Les vestiges antiques

13Les blocs en place sont concentrés à la base du pignon est, pour un total d’au moins treize blocs de grand appareil répartis sur trois assises. Les cinq blocs de l’US 120 présentent un appareil régulier sur trois assises avec des hauteurs constantes de 0,54 m. Le caractère antique de la mise en œuvre se traduit, en plus de cette régularité, par des joints vifs sans espace interstitiel. Cependant, les faces non ravalées (ou bûchées postérieurement) ne permettent pas de distinguer si l’on se trouve en fondation ou dans une maçonnerie « coupée » lors d’une phase de récupération de matériau. Le caractère monumental de l’architecture ne fait, par contre, aucun doute, même si son identification est impossible en l’état. Il constitue le premier vestige de cette importance dans ce secteur de Ruessium souvent considéré comme le centre public de la cité, mais sans construction l’attestant.

14On relève aussi de nombreux blocs antiques en remploi. Ceux portant des inscriptions (deux blocs : la dédicace à Etruscille, le seul en granite, et celui, brisé au-dessus de la baie romane du pignon est) ou celui correspondant à un segment de pilastre à cannelures, relèvent clairement de ce groupe. Les blocs de grand appareil en arkose, comportant ou non un aménagement technique (trou de louve ou de pince), sont considérés comme antiques, du fait du module et par analogie avec les données archéologiques de Ruessium, où ce matériau est reconnu pour cette période.

15Cinquante blocs, en remploi, sont appareillés en partie haute du pignon est. En façade nord l’utilisation de blocs d’arkose se limite à la chaine verticale, qui occupe toute la hauteur de l’élévation à 2,5 m de l’extrémité est. En façade sud, on retrouve de nombreux blocs d’arkose, comportant parfois des trous de louve (décentrés). La totalité se trouve en position de remploi dans les parties modernes : porte de la grange et oculus qui le surmonte, et partie habitation, où ils sont utilisés sans calepinage ou prise en compte de hauteur d’assises. La seule exception concerne quelques éléments en remploi dans l’ouverture ogivale insérée dans la maçonnerie médiévale.

16En dehors de ces blocs de grand appareil, plusieurs moellons d’arkose, probablement issus du débitage de plus grand bloc, sont utilisés de façon aléatoire dans les maçonneries. Seules les élévations identifiées comme appartenant à la construction de l’église n’utilisent pas ce matériau.

L’église Notre-Dame du Haut-Solier

17L’existence de cet édifice est reconnue grâce au toponyme, aux textes, et à quelques éléments d’architecture repérés dans les façades. Plusieurs pans de maçonnerie et éléments d’architecture ont pu être identifiés permettant de proposer des hypothèses de restitution, mais également d’alimenter les interrogations.

Les données présentes dans les élévations

18Le contrefort conservé en façade nord représente la maçonnerie la plus symptomatique de l’architecture religieuse de ce bâtiment. Il constitue, à plusieurs titres, une sorte de repère ou d’étalon pour cette période.

19Les brèches qui forment le matériau unique semblent correspondre à un vrai marqueur pour toutes les maçonneries liées à l’église. Il est bien conservé puisque les assises sont complètes, montrant une mise en œuvre soignée avec des hauteurs concentrées autour de 0,40 m et des blocs « plein sur joint ». La base indique peut-être un niveau de sol, qui semble conforté par les observations du seul sondage stratigraphique. Sa liaison avec les maçonneries adjacentes pose question : côté ouest, l’harpage est bien conservé indiquant la continuité de la construction et donc l’appartenance probable de l’élévation adjacente à l’église. De l’autre côté, le chainage est au contraire totalement absent. Au-delà des rapports directs qu’entretient le contrefort avec les maçonneries adjacentes, c’est surtout son emplacement qui permet de comprendre (ou d’interroger) par analogie d’autres parties du bâtiment, et notamment de retrouver les autres contreforts de l’église.

20Ainsi, il est possible de restituer deux autres contreforts dont les arrachements sont encore visibles : l’un, également en face nord, est encadré par deux fissures sur toute la hauteur du mur et marqué par un léger creusement. Le sondage 1, ouvert au pied, montre également la présence de blocs aménagés en ressaut, qui pourraient avoir servi de fondation. Enfin, cet arrachement se situe au point d’inflexion du mur correspondant à l’extension moderne pour la reconversion agricole du bâtiment. Il pourrait donc marquer la limite occidentale de l’église. D’autant plus que l’on retrouve la même limite, matérialisée par une fissure, en façade sud, mais sans trace de contrefort. En revanche, un autre arrachement est bien présent au sud, en symétrique du contrefort nord. Celui-ci a gardé toute son emprise avec une largeur d’environ 1 m qui parcourt l’élévation sur toute sa hauteur et constitue donc une véritable limite entre deux pans de maçonnerie différents. À l’est la partie habitation vient en appui contre la reprise. À l’ouest, la superposition de huit grands blocs taillés de brèches correspond à l’ancienne chaîne d’angle entre le contrefort et le pan de mur constitué de blocs de brèches de moyen et petit appareil disposés en assises réglées. L’alternance de blocs buchés et proprement taillés le long de cette ligne confirme la présence d’un ancien harpage. Il repose, au même niveau que la base du contrefort nord, sur un massif de blocage qui a été largement bûché et qui s’interrompt au droit du bord est de l’arrachement, contre la partie habitation.

21Ces observations extérieures sont confortées par celles faites à l’intérieur, au « revers » de cet arrachement et du contrefort nord. On trouve en effet de chaque côté plusieurs blocs parallélépipédiques de brèches orientés perpendiculairement au mur et dépassant de quelques dizaines de centimètres de celui-ci, montrant l’existence d’une ancienne maçonnerie est-ouest, liée aux murs sud et nord.

22L’hypothèse d’un édifice antérieur apparaît comme une explication possible.

Hypothèse de genèse du plan de l’église

23Les élévations pouvant appartenir à l’église ne sont présents que par segments dans les gouttereaux nord et sud. Toutefois, la confrontation de ces données avec la lecture du plan permet de préciser l’emprise possible de l’édifice qui ne correspond sans doute pas à celle du bâtiment actuel.

24On constate qu’il existe une partie centrale, dans laquelle est située les éléments architecturaux de cette période, à la géométrie plus régulière avec des murs parallèles d’épaisseur constante. Nous avons vu que ce segment est borné, à l’est, par le contrefort conservé au nord et par l’arrachement symétrique au sud. Ces deux éléments sont à leur tour « reliés » par une amorce de maçonnerie chainée de chaque côté à la face interne des gouttereaux. A l’ouest, la limite est formée, côté nord, par un autre arrachement et une fondation en ressaut à son pied, et côté sud, par une fissure sur toute la hauteur du mur. Dans les deux cas, ces éléments se font face aux mêmes distances sur les deux murs. Au milieu de ces deux segments, se trouve, de chaque côté, les portes de grange qui ont détruit les murs sur toute leur hauteur, prenant peut-être la place de deux contreforts opposés. L’analyse du plan montre que non seulement ces éléments se trouvent à mi-distance, mais que celle-ci correspond à la largeur dans l’œuvre (5,5 m) de cette partie du bâtiment. L’implantation de trois contreforts sur chaque gouttereau correspond alors à deux carrés générant deux travées régulières, pouvant être couvertes par des arcs doubleaux et soit des voutes en plein cintre, soit des voutes d’arêtes. L’emprise de cette construction serait d’environ 13 m x 6,8 m hors œuvre.

25On remarque toutefois que cette trame ne permet pas d’inclure la partie orientale de l’édifice, entre le contrefort le plus à l’est et le pignon (M4). Par contre elle correspond parfaitement à l’interruption verticale composée de blocs de grand appareil antique située dans le mur nord. Nous avons vu que cette partie pourrait exister avant la construction de l’église. Il est donc possible que celle-ci se soit « inspiré » de dimensions préexistantes en reportant cette trame dans l’extension vers l’ouest.

Les enseignements du pignon est

26Ce pignon constitue la façade la plus emblématique du bâtiment, mais nous avons vu qu’elle est en fait très hétéroclite. On peut toutefois distinguer des zones aux caractéristiques différentes, qui permettent de mieux appréhender son évolution.

27En partie basse, essentiellement en sous-sol, la présence de trois assises de grand appareil en arkose en place constitue évidemment une information capitale en soi, dans ce quartier toujours reconnu comme celui du centre monumental, mais sans vestige correspondant. Mais c’est aussi son intégration dans le bâti postérieur et particulièrement le traitement de la partie haute de cette façade qui est intéressant. Il témoigne en effet d’un remploi maîtrisé avec la retaille des blocs suivant une nouvelle modénature en alliance avec un autre matériau. L’arkose ne semble pas être utilisée comme une simple ressource facile à « extraire », mais recrutée aussi pour des valeurs esthétiques et de prestige.

28La zone centrale de cette partie qui regroupe une dizaine d’assises en grand appareil, située de part et d’autre de la corniche se distingue par sa plus grande régularité. Les blocs mélangent l’arkose, en remploi, et les brèches, qui ont été (re)taillés pour former un ensemble homogène. La corniche est également en arkose, hormis deux petits blocs en brèche aux extrémités, dans des zones remaniées. L’ouverture située au-dessus du ressaut s’intègre dans cette architecture avec l’embrasure taillée dans les blocs. On ne retrouve pas cette modénature dans d’autres parties du bâtiment : au pied du mur, des blocs d’arkose en grand appareil témoignent d’une architecture romaine, et dans les parties relevant de la construction médiévale, seules les brèches sont utilisées, et dans des modules inférieurs. Il nous semble que cet ensemble pourrait donc témoigner d’un, ou plusieurs états intermédiaires entre ces deux périodes.

29Le rapprochement avec une chapelle castrale, préexistante à l’église, est tentante. D’autant plus que dans ce cas elle constituerait le chœur de la nouvelle église, en raison de son emplacement, à partir duquel serait entrepris l’extension de l’édifice religieux. Dans ce cadre, le sous-sol délimité par les blocs antiques en place ne serait pas loin de s’apparenter à une crypte. En tout état de cause le fait d’asseoir un nouvel édifice sur ces blocs antiques en place, reflet d’un ancien monument, n’est pas fortuit. On constate toutefois que la zone de maçonnerie appareillée, utilisant conjointement l’arkose et les brèches, n’occupe pas toute l’élévation : elle est limitée à une partie haute et centrale. La présence de mobilier céramique et d’une sépulture datant du haut Moyen Âge amène à s’interroger sur la possibilité d’un édifice antérieur à une chapelle castrale, peut-être réinvesti par cette dernière. L’architecture des assises supérieures de cette façade, et sa proximité, tant matérielle que « spirituelle » avec le monument antique sur lequel elles s’appuient permettent d’évoquer l’hypothèse d’un édifice paléochrétien, dont elles constitueraient les seules bribes conservées.

30Il apparaît donc que cette façade, figure de proue du bâtiment, n’en constitue peut-être pas seulement l’élément le plus insolite, mais conserve en condensé toute son évolution.

Les grands absents du Moyen Âge

31Parmi les problématiques concernant le « Haut-Solier », celle de l’existence ou non d’une motte castrale et d’une chapelle associée reviennent systématiquement. Cette opération n’apporte pas d’élément de réponse directe pour le premier point, ni en ce qui concerne la forme d’une éventuelle fortification et notamment d’une tour souvent évoquée.

32Si les vestiges matériels d’une motte ne sont pas caractérisés pour le moment, l’analyse du bâtiment montre, en « négatif », l’existence possible d’une plate-forme, sensiblement à la même altitude que la place du Haut-Solier, sur toute la longueur du bâtiment. Celle-ci expliquerait à la fois la conservation des assises en grand appareil à la base de M4, mais aussi la possible récupération d’assises identiques situées juste au-dessus, lors des décaissements modernes intervenues dans cette partie orientale du terrain, faisant écho aux descriptions de découvertes spectaculaires au xixe s. L’établissement de l’église au niveau de la base des contreforts visibles sur les deux murs gouttereaux, pourrait également être dû à la présence de cette terrasse, le « bon sol » se situant sur la place environ 3 m plus.

L’établissement agricole

33À l’ouest, le pignon, les cinq premiers mètres occidentaux jusqu’au point d’inflexion des murs latéraux, dénotent un agrandissement du bâtiment. Ils présentent une construction homogène différente des autres maçonneries. La fonction actuelle d’étable semble être à l’origine de ce chantier, comme l’indiquent le porche de ce pignon, ainsi que deux portes de granges ouvertes dans les murs latéraux. Ces travaux sont à placer après la vente de l’église, en 1789, en tant que bien national. Il est probable que cette acquisition ait été motivée, comme ce fut souvent le cas, par la facilité à transformer le volume d’une petite église en grange. On peut toutefois s’interroger sur le millésime de 1783 placé au-dessus de la porte de grange sud. Ces travaux ont, en tout cas, probablement détruit les contreforts de l’église.

L’habitation

34Cette fonction occupe la dernière période du bâtiment, en cohabitation partielle avec les activités agricoles. L’emprise globale du bâtiment ne semble pas avoir bougé avec ces travaux. Les travaux se sont déroulés progressivement, essentiellement au xxe s. Toutefois, les modifications de la partie orientale du bâtiment pourraient être assez importantes. Cette partie semble avoir été décaissée par rapport à la partie ecclésiale limitée par le contrefort nord et le massif de fondation qui soutenait probablement un autre contrefort au sud. La reprise des maçonneries semble avoir concerné toute la façade sud, l’extrémité de la façade nord, et donc les angles avec le pignon est. Ces transformations se poursuivent aujourd’hui, mais ne concernent que les aménagements intérieurs, puisqu’elles sont à l’origine de la prescription de cette opération.

Fig. 1 – Façade ouest

Fig. 1 – Façade ouest

Clichés : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 2 – M3, partie est, US 62, blocs de grand appareil en remploi

Fig. 2 – M3, partie est, US 62, blocs de grand appareil en remploi

Cliché : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 2 – Plan chronologique et hypothèse de restitution de l’église

Fig. 2 – Plan chronologique et hypothèse de restitution de l’église

DAO : équipe de fouille (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Façade ouest
Crédits Clichés : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/65628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 854k
Titre Fig. 2 – M3, partie est, US 62, blocs de grand appareil en remploi
Crédits Cliché : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/65628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Fig. 2 – Plan chronologique et hypothèse de restitution de l’église
Crédits DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/65628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Saint-Paulien – Notre-Dame de Haut-Solier, rue Estruscille » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 07 février 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/65628

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search